On’

Juan Rulfo et le réalisme magique mexicain

Jeanne nous présente aujourd’hui un auteur mexicain, Juan Rulfo, une des figures majeures du réalisme magique d’Amérique latine.

Juan Rulfo est un auteur mexicain du XXème siècle qui a profondément marqué le pays. Ce n’est pas un auteur prolifique : il a écrit trois ouvrages reconnus mais sa prose, mêlant réalisme et fiction, est tout à fait singulière. Elle s’inscrit dans un courant littéraire que l’on nomme le réalisme magique, né en Amérique Latine, par la plume d’autres grands à l’instar de Gabriel Garcia Marquez (auteur colombien de Cien años de soledad, en français Cent ans de solitude), ou encore Alejo Carpentier, Carlos Fuentes, Julio Cortazar…

Le monde rural mexicain

Dans un de ses deux ouvrages les plus célèbres, Le Llano en Llamas (1953) – Le titre est à entendre comme la « ‘plaine’ en flammes »-, l’auteur dépeint la campagne mexicaine, et constitue une belle ode au monde rural et aux paysans travailleurs de la terre dans un pays post-révolutionnaire.

Les problématiques du pays en effet sont abordés : expropriation, pauvreté, météo peu clémente. Le Llano en Llamas, dessine un portrait de l’Etat du Jalisco d’une nature hostile, aride, sèche, retraçant avec authenticité la difficulté de travailler la terre.

Ses photographies sont aussi extrêmement parlantes, laissant apprécier la dichotomie entre la beauté d’un paysage aride et le combat contre cette infertilité peu lucrative. El Gallo de Oro, rédigé entre 1956 et 1958, (titre traduit : Le Coq d’Or) traite aussi de la réforme agraire mexicaine.

L’onirisme du réalisme magique

Dans Pedro Paramo (1955) , roman sans chronologie traitant du personnage éponyme, le lien interstitiel entre les vivants et les morts guide ce rêve éveillé. De plus, la relation particulière qu’observe le peuple mexicain à la mort est justement décrite. On peut penser là à la Fête des Morts, notre Toussaint à nous, célébration beaucoup plus joviale du passage vers l’au-delà et de la mémoire de nos défunts.

Cette étonnante association entre les termes ‘réalisme’ et ‘magique’ concentre toute la spécificité de ce genre littéraire. On approche le récit authentique, réel, rationnel, tout en incorporant les croyances ancestrales ayant pour lien la nature, le merveilleux, le fantastique.

Ce courant artistique a puisé ses sources dans l’art pictural, mais s’est aussi exporté hors continent latino américain. De fait, les autrichiens Franz Kafka et Milan Kundera s’en sont fait les héritiers. Cinématographiquement, Guillermo del Toro y a puisé ses racines, et récemment je me demandais si Inñaritu avec « Birdman » n’en avait pas été influencé.

Le boom latino américain

Le boom latino-américain est un mouvement littéraire dont l’appellation désigne la reconnaissance du travail d’un groupe d’écrivains hors continent à la fin des années soixante.

Ainsi sont désignés Julio Cortázar, Carlos Fuentes, Juan Rulfo, Mario Vargas Llosa, Gabriel Garcia Márquez, Guillermo Cabrera Infante et Juan Carlos Onetti. Leur influence venant du modernisme européen et nord-américain leur a valu une aura sans précédent, pour le plus grand plaisir des fins lecteurs.

Crédit photos : Juan Rulfo

Jeanne Aulanier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.