On’

Le journalisme chez On’

A On’ nous considérons que tout le monde peut faire du journalisme, mais pas n’importe comment. C’est pour cela que nous proposons une véritable formation pour les membres de notre rédaction et que la rédaction travaille au quotidien avec ses rédacteurs pour les aider à progresser dans leur approche journalistique.

On’ est une école du journalisme, pas une école de la pensée. Nous familiarisons nos rédacteurs à l’écriture journalistique, en aucun cas à une forme de pensée.

  • Si la forme pose problème, c’est que nous avons mal fait notre travail, et nous nous en excusons. La rédaction ne fonctionne qu’avec des étudiants bénévoles, aussi, il nous arrive de faire des erreurs. Si vous en constatez : n’hésitez pas à les relever, ou mieux, à rejoindre l’aventure pour participer à l’amélioration qualitative du journal.
  • Si le fond pose problème, c’est que vous n’êtes pas d’accord avec l’angle proposé, mais pas d’inquiétude, vous pouvez si vous le souhaitez proposer une autre approche ! Nos auteurs sont libres de penser ce qu’ils veulent, tant qu’ils le disent bien. Nous ne sommes pas des arbitres, seulement une possibilité d’expression tout en apprenant.

Et la ligne éditoriale alors ? Elle est simple : étudiante. Les étudiants ne pensent pas tous la même chose, alors pourquoi le ferions-nous ? Trop de journaux proposent une approche partisane. Nous proposons une approche plus diverse. Par conséquent chaque article reflète non pas la pensée du journal en tant que structure, mais la pensée d’un membre du journal qui s’exerce et s’exprime par le biais de notre journal.

Nous pensons que la neutralité en journalisme n’existe pas, nous préférons donc laisser nos étudiants s’exprimer librement sur les sujets qui les intéressent en affirmant s’ils le souhaitent un certain positionnement. La seule condition étant que la forme soit respectée. S’entend par forme à la fois l’expression correcte et journalistique, mais aussi que chaque affirmation soit vérifiée, sourcée, soutenue par une argumentation solide. Les affirmations gratuites n’ont pas leur place dans un article, sauf exception dans le cadre de manifeste ou de tribune (précisé en haut de l’article dans ce cas).

Si l’on considère les journalistes comme des passeurs, alors il faut envisager les journalistes étudiants comme une entité étudiante plurielle, protéiforme qui passe des idées diverses d’étudiants à d’autres étudiants. Le journal est un moyen de dialoguer entre les étudiants, donc ne vous sentez pas censurés, si vous souhaitez écrire : bienvenu à On’ ! N’oubliez pas que le journalisme comme les étudiants sont le brouillon de l’histoire. Rien n’est encore figé, rien n’est définitif, surtout nos idées !

Lilian Vimal de Murs
Président du journal

Logo On'