On’Media

Crise climatique : la folie des Jeux asiatiques d’hiver 2029

Le mardi 4 octobre, l’Arabie saoudite a été désignée pour accueillir en 2029, les Jeux asiatiques d’hiver à Neom, un projet de ville futuriste dans la province de Tabuk. Une décision qui divise sur le plan climatique.

« Les déserts et les montagnes d’Arabie saoudite seront bientôt un terrain de jeu pour les sports d’hiver » s’est réjoui le Conseil Olympique d’Asie. La désignation de l’Arabie Saoudite comme pays hôte a été prise à l’unanimité lors de son assemblée générale dans la ville de Phnom Penh au Cambodge. Si le projet semble en réjouir certains, il inquiète également par rapport au réchauffement climatique.


Un projet digne de la folie des grandeurs

L’Arabie saoudite a donc présenté le projet Trojena qui a pour but de « redéfinir le tourisme de montagne dans le monde » selon le prince héritier du pays, Mohammed Ben Salmane. Pour se faire, un lac artificiel pour les activités nautiques, des pistes de skis, des logements haut de gamme et des centres commerciaux seront créés. Le directeur de Neom, Nadhmi Al-Nasr, a pour sa part assuré que Trojena aura « des infrastructures adéquates pour créer une atmosphère hivernale au cœur du désert ». La région, aujourd’hui désertique, va connaître un changement radical dans les prochaines années.


Un scandale écologique

La désignation de l’Arabie saoudite pour accueillir les Jeux fait débat. En effet, la construction de ses infrastructures et leur future utilisation est un cauchemar pour notre planète. Selon Mael Besson, spécialiste de la transition écologique du sport, ex-responsable au WWF et ancien chef de mission « développement durable et transition écologique » au ministère des sports, ces jeux sont « une catastrophe pour l’environnement et les valeurs du sport ». Ce spécialiste parle également d’une contre-productivité car le projet compromet sérieusement la capacité de l’Homme à préserver une planète habitable, et donc la pratique d’activités sportives. De plus, selon le rapport 2021 sur le tourisme en montagne de l’expert suisse Laurent Vanat, l’Arabie saoudite ne figure pas parmi les 86 pays « où le ski est possible en extérieur ». L’espoir de conserver une planète habitable semble disparaître un peu plus chaque jour…

Manon Bastien

Source bannière : @neom.com / GEO

Manon Bastien

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media