On’Media

Bons baisers de Pékin et Asie Now : une exposition dans l’exposition

Afin de célébrer les dix ans du Prix Yishu 8, le Musée national des arts asiatiques-Guimet (MNAAG) accueille jusqu’au 27 février 2023 l’exposition Bon Baisers de Pékin. Elle présente le travail d’une vingtaine d’artistes ainsi que de quatre autres artistes mis en avant par la foire d’art contemporain Asie Now du 21 au 23 octobre. Une exposition qui nous fait voyager à travers tout le musée.

Un voyage entre artistes

« Une histoire humaine, une histoire d’artistes »

Voici comment Christine Cayol, la fondatrice de l’association Yishu 8, qualifie la nouvelle exposition du MNAAG. Elle met en avant vingt artistes français et chinois, lauréats du Prix Yishu 8, qui ont choisi un objet en symbiose avec leur démarche pour écrire à d’autres artistes des cartes postales.

Ce choix a son charme car ces quelques phrases écrites, ou dessins, révèlent la façon dont l’objet choisi par l’artiste lui « parle aujourd’hui ». Ces cartes postales sont à retrouver dans les vitrines du musée, créant alors un jeu de piste tout en proposant une forme de poésie à travers certains objets de la collection. L’histoire de l’objet et la mémoire se croisent alors. Nous avons le sentiment de nous laisser porter par ces correspondances poétiques entre les artistes tout en découvrant un art traditionnel se mélangeant au contemporain.

Un dialogue entre tradition et contemporanéité

A travers cette exposition, le président de l’association Yishu 8, Henry-Claude Cousseau, explique qu’il fallait répondre à la question « Comment créer un dialogue, un face à face puissant, une surprise ? » Si vous pensez assister à une simple exposition mettant en avant des œuvres traditionnelles, détrompez-vous. L’effet de surprise qu’amène l’art contemporain est visible dès le début de l’exposition avec l’œuvre Bon Baisers du Ciel de Wang Enlai. Une œuvre surprenante et d’une originalité séduisante. La visite se poursuit avec les magnifiques céramiques picturales de l’artiste Wifredo Lam.

Céramique de Wifredo Lam

Ce parcours temporel nous emmène vers les photographies de Bae Bien-U, qui invitent le visiteur au voyage, à se perdre dans les paysages photographiés. Puis, nous glissons naturellement vers les photographies d’Anne de Henning qui transmet des images fortes du Bangladesh et du Pakistan lors de la guerre de libération du Bangladesh. Pour la photographe, ces photos captées dans l’urgence sont fortes car « elles inspirent à la résistance ».

Nous terminons notre voyage avec Ram Rahman, un artiste indien qui a choisi de mettre en relief les deux formes d’art présentes à cette exposition : l’art traditionnel et contemporain. C’est avec un œil attentif que l’on peut remarquer que ses photographies sont placées en face d’une collection de pierres précieuses indiennes. Le choix de la photo en noir et blanc renforce également le contraste entre deux temps. Ici, le photographe attire notre œil sur une Inde décalée et non l’Inde Bollywood, du Taj Mahal et des grands palais.

Street smart de Ram Rahman
L’impression de l’auteure:
Bon Baisers de Pékin et Asie Now sont deux expositions pleines de richesses, qui en se croisant, nous permettent un moment d’évasion. Vous pouvez les voir jusqu'au 23 janvier 2023, et l'exposition est gratuite pour les jeunes de 18 à 25 ans (inclus) ressortissants de l’UE! 


Manon Bastien

Photo de bannière : Anne de Henning et Claire Bettinelli

Manon Bastien

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media