On’Media

Un festival Jazz à moitié prix pour les étudiants ?

Après un article sur le festival Rio Loco de Toulouse, on voyage cette fois dans le Gers. Retour sur un festival de jazz à ne pas rater !

On pourrait penser que les amateurs de jazz font partie d’un club très fermé de fins connaisseurs, et que pour des oreilles novices il est difficile de l’apprécier. Le festival de jazz in Marciac réunit depuis 1978 la crème des artistes dans ce genre musical. Les invités sont internationaux et savent parler à un public divers. Retour sur expérience et découverte du jazz en immersion…


Une programmation éclectique

La 44ème édition du festival marque le renouveau après une année blanche en 2020 à cause de la Covid-19. En 2021, l’édition fut réduite à dix jours. Cette année, quinze jours de festival ont eu lieu, plus de 1000 bénévoles étaient recrutés pour encadrer l’événement se tenant du 22 juillet au 6 août 2022. La soirée d’exception du 24 juillet réunissait, sur scène, l’américaine Melody Gardot en première partie, suivie du guitariste Jeff Beck et de son invité Johnny Depp. Malgré la tempête judiciaire grondant aux États-Unis contre ce dernier, la star s’est rendue en France en ses qualités de … musicien ! C’est en creusant cette information qui m’a d’abord étonnée que j’ai eu l’occasion de découvrir l’album commun de Johnny Depp et de Jeff Beck, « 18 ».

Était également attendu, parmi d’autres grands noms: Asaf Avidan, James Blunt et Chilly Gonzales, auteur-compositeur canadien, dont j’apprécie grandement les douces balades au piano (Solo Piano, 2004).

Plusieurs scènes

Le chapiteau a accueilli 36 concerts et plus de 200 musiciens. Le festival bis (dans la rue, sur la jolie place centrale de la ville, jouxtant les artisans locaux) 150 concerts gratuits, plus de 150 musiciens. En 2019, 250 000 festivaliers avaient été accueillis. L’Astrada, une autre scène, ouvre également ses portes à des stages instrumentaux et des stages de Tap Dance.


Les (re)découvertes

Émile Parisien, a fait ses armes dans la région. Il était accompagné du Louise Sextet feat. Theo Crooker (à la trompette). Le saxophoniste dirige le sextet, et celui-ci est baptisé en hommage à sa mère Louise, mais également à l’artiste Louise Bourgeois et ses sculptures. (cf. image ci-contre de la qculpture baptisée Mother). Les sept musiciens présents sur scène étaient coordonnés, partageant le sens du rythme paisible et fou par la même occasion, et ont, pour le plaisir de nos oreilles, interprété de nombreuses compositions tirées de leur dernier album Louise, sorti en 2022.

Avishai Cohen et son trio, Shifting Sands, furent une vraie révélation. La fougue des trois musiciens, qui relèvent le défi de proposer un son uniforme, harmonieux, et enveloppé d’esthétisme, malgré les rythmes complètement distincts de chaque instrument. Le bassiste, en corps à corps avec son instrument, nous a également offert des moments hors du temps, en posant sa voix sur ses compositions, mais aussi en reprenant des chants en acoustique, tels qu’une prière juive (Shalom aleichem), et la très belle chanson Alfonsina y el mar de Mercedes Sosa. J’ai été également impressionnée par la virtuosité de la jeune bassiste, Roni Kaaspi, repérée à l’âge de 21 ans par Avishai Cohen.

Ce festival fut également l’occasion de recroiser Keziah Jones, et ses deux acolytes, Alexander Miller et Joshua McKenzie. Cet artiste nigérian mélange avec brio les styles de blues, funk, rock, jazz, ainsi que des sonorités d’Afrique de l’Ouest : c’est ce qu’il nomme le « Blufunk ». Ses messages sont engagés, il interroge la place de l’homme noir dans la société, et invite le public à entamer des chants d’unité. On notera le trait d’humour dans l’interprétation de la chanson Pass the joint chez un public au crâne grisonnant, qui semble désormais plutôt sage. Chemise ouverte sur un temps un peu plus clément qu’à Rio Loco, la posture nonchalante, tenant sa guitare de côté, Keziah fait enfin se lever le public ! On avait bien envie de danser !

La prochaine édition se tiendra à cheval sur fin juillet, et début août. Les dates sont à confirmer.
Suivez l’actualité sur le site internet du festival.
Les premiers prix, pour un concert, varient entre 20 à 40 euros. Moitié prix pour les étudiants et demandeurs d’emploi.

Jeanne Aulanier

Jeanne Aulanier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media