On’

La playlist d’On #11

Alors que le mois de mai débute, le soleil pointe le bout de son nez. Quoi de mieux qu’une bonne playlist pour profiter du beau temps en musique ? Cette semaine, On’ vous propose un choix musical varié : de la pop avec Ed Sheeran, du métal avec Apocalyptica mais également du rock avec Céline Dion, il y en aura donc pour tous les goûts !

Don’t – Ed Sheeran

Ed Sheeran, le chanteur britannique aux plus de cinquante millions d’albums vendus dans le monde, a commencé récemment la tournée de =, son nouvel album qui succède notamment à +, ÷ et ×. C’est dans ce dernier album que figure Don’t, sûrement l’un de mes titres préférés d’Ed Sheeran. La chanson parle d’une rapide histoire d’amour et de la rupture qui s’en suit, mais contrairement à la majorité des chansons sur ce sujet, Ed Sheeran en a fait quelque chose de joyeux et dansant. 

Favourite lyrics :

And I wasn’t looking for a promise or commitment

But it was never just fun and I thought you were different

J’irai où tu iras – Céline Dion et Jean-Jacques Goldman

Avec son timbre de voix reconnaissable entre mille, Céline Dion a su, depuis ses débuts dans les années 1980, trouver une place dans nos playlists et nos collections de CD. Aujourd’hui, c’est J’irai où tu iras que j’aimerais réintégrer à vos playlists ! Sur un fond de guitare électrique et de piano, cette chanson, composée par Jean-Jacques Goldman en 1995 pour un duo avec la chanteuse canadienne, ne peut que donner envie de se lever pour danser le rock. D’eux, l’album d’où vient J’irai où tu iras, est l’album francophone le plus vendu de l’histoire, preuve de son succès et de son caractère indémodable.

Favourite lyrics :

J’irai où tu iras, mon pays sera toi

J’irai où tu iras qu´importe la place

Qu’importe l´endroit

Cold Blood – Apocalyptica

Apocalyptica est un groupe de métal finlandais atypique. En effet, ici, pas de guitares électriques mais bien des violoncelles. L’instrument classique est associé à la batterie pour créer une musique digne des grands groupes de métal. Les trois violoncellistes (Eicca Toppinen, Paavo Lötjönen et Perttu Kivilaakso) et le batteur du groupe (Mikko Sirén) se sont associés en 2015 au chanteur Franky Perez pour donner naissance à Shadowmaker. Cet album est de loin mon préféré, il fait ressortir toute la beauté et la douceur du violoncelle en l’alliant à la voix puissante de Franky Perez. C’est par exemple le cas dans Cold Blood où la performance technique des violoncellistes dégage la douceur de l’instrument mais aussi sa force.

Favourite lyrics :

Maybe some distance can heal us both now

We had it one but we lost it somehow

Maybe the dark clouds are finally behind us

Manon Berdou

Manon Berdou

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .