On’Media

La playlist d’On #5

Ami.es amateur.ices de musique, vous connaissez la chanson ! Pour ce nouveau rendez-vous hebdomadaire, On’ vous propose de poursuivre votre découverte (ou redécouverte) de chefs-d’œuvre musicaux sélectionnés par nos soins. Alors, lancez la playlist d’On et replongez-vous dans les classiques et les nouveautés, plus ou moins connus, qui ont construit notre patrimoine musical !

The James Hunter Six – I Don’t Wanna Be Without You

Entendu dans un escalator des Galeries Lafayette et promis, c’est pas de la musique d’ascenseur. Plongez dans une ambiance blues et soul des 60’ et 70’ en écoutant un morceau pourtant réalisé en 2018. Né en 1962, le chanteur britannique James Hunter commence en fait à tourner dans les années 1990. En 1994, il tourne avec Van Morrison, cette aventure donne lieu à l’album A night in San Francisco. Ce qu’on aime particulièrement dans la musique de James Hunter, c’est la manière dont les guitares, les percussions et les cuivres se répondent pour nous donner envie de danser, presque à la manière dont les morceaux de Aretha Franklin nous donnent envie de jiver. À écouter avec ses copains autour d’un verre de blanc et d’un bol de chips.

Celeste – Love is Back

Un équilibre parfait entre soul et pop avec une petite note de R&B. Imaginez un mélange habile entre le chant d’Adele et les instrumentations d’Amy Winehouse. Ajoutez des paillettes, des trombones et un sentiment de souffle coupé et vous tombez sur Celeste et sa voix de velours. Savoir (in)utile : c’est cette chanteuse britannique qui a composé et chanté la chanson épilogue Hear my voice du film Les 7 de Chicago. C’est à écouter absolument, parce qu’elle est incroyable, parce que sa voix est incroyable et parce que les musiciens qui l’accompagnent le sont aussi.

Cocoon – Owls

Douceur et joie en un morceau, parfait pour les après-midis sous le plaid ou pour une balade à vélo sous le soleil tiède d’hiver. Cocoon est un groupe assez connu pour son morceau Chupee. Fun fact : ce groupe est en fait un groupe français. Avec beaucoup de titres de folk fondés sur des airs de guitares sèches, de ukulélé et de piano, le duo chante sur des airs aigus mais doux. Plusieurs influences semblent se retrouver dans leurs morceaux : Lou Reed, Sufjan Stevens mais aussi des groupes comme Moriarty, Ben Harper ou Jack Johnson. Ce que l’on apprécie particulièrement dans ce morceaux : le fait que le duo soit accompagné de percussionnistes, de clarinettistes et de violonistes qui donnent plus de consistance et de profondeur à leur mélodie.

The Beatles – Something

Un petit moment pour remercier Disney+ qui nous offre l’occasion de reparler des Beatles grâces aux « images inédites » parues dans le documentaire Get Back. Il faut néanmoins noter que Something a été composée en 1969, soit un an avant le projet Get Back, elle est d’ailleurs parue dans l’album Abbey Road. C’est une des rares chansons écrites par George Harrison qui semble un an plus tard, dans les images de Get Back, tenter de s’affirmer de plus en plus entre Paul McCartney et John Lennon. Something pourrait être classée parmi les « chansons lentes » des Beatles, c’est une chanson d’amour inspirée par Pattie Boyd, celle qui était à l’époque l’épouse de George Harrison. Ce morceau est donc à la fois une bonne excuse pour (re)découvrir des chansons des Beatles, (re)découvrir le talent de George Harrison, lui rendre hommage et se plonger dans le documentaire Get Back qui, marquant l’album de fin des Beatles, nous invite aussi à les rencontrer chacun dans leur individualité et à comprendre comment leur parcours au sein des Beatles leur a permis de développer la carrière solo qu’ils menèrent après la dissolution du groupe.

Et pour les férues de lecture, ne manquez pas l’ouvrage éponyme paru en fin d’année sous la jaquette des éditions Seghers !

Ornella Vanoni, Toquinho et Vinícius de Moraes – La voglia, la pazzia

Encore un peu de douceur dans cette chanson de bossa nova composée par Toquinho ainsi que Vinícius de Moraes et chantée par l’Italienne Ornella Vanoni (1976). En plus de comporter des paroles en italien, ce morceau a la particularité d’appartenir à la MPB (Musique Populaire Brésilienne), un courant de la bossa nova qui se développe après le coup d’état de 1964. Ce genre musical revient vers des airs et traditions musicales brésiliennes populaires notamment afin de réaffirmer l’identité brésilienne après que le pays s’inscrit de plus en plus dans l’american way of life. En se mélangeant davantage avec la samba ou le choro, ce morceau est plus riche que d’autres morceaux de bossa nova en ce qu’il intègre davantage de percussions, de vents et surtout de chœurs.

Las Ketchup – Sevillianas Pink

Pour finir, une chanson pour danser ? Vous connaissez très certainement The Ketchup Song, la chanson la plus connue de l’album Hijas del Tomate. Cet album, paru en 2002, est d’ailleurs le seul du groupe, hormis le single Bloody Mary. Ayant un père guitariste de flamenco, les trois sœurs du groupes chantent sur des airs faisant un mélange assez bien maîtrisé entre la pop et le flamenco, avec parfois même des fonds de reggaeton (Lánzame Los Tratos, Baby). Attention cependant : quelques secondes de cet album et de ce morceau suffisent pour vous faire retomber dans les années 2000.

Julie Gatelier

Julie Gatelier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media