On’

Sorties ciné du 2/03

Comme souvent, les cinémas nous proposent de quoi contenter tout le monde en ce premier mercredi de mars. Du film de super-héros au drame touchant, les salles obscures montrent encore une fois que tous les genres y sont les bienvenus. Et en parlant d’obscurité… que diriez-vous de découvrir Robert Pattinson incarner la plus connue des chauve-souris dans le nouveau Batman dirigé par le réalisateur de la saga La planète des singes ? À moins que vous ne préféreriez vous replonger dans l’Irlande des années 60 avec Jamie Dorman ou Gérard Depardieu dans une comédie dramatique !

The Batman par Matt Reeves

Le Chevalier Noir a le droit à une nouvelle adaptation au cinéma. Celles-ci ont été nombreuses au long de ces dernières décennies, et la question de l’originalité vient logiquement se poser lorsqu’il s’agit de proposer un nouveau film du célèbre justicier. Le Batman que Matt Reeves veut transposer à l’écran se veut encore plus torturé qu’à l’accoutumée, violent, aussi sombre que l’univers hostile de Gotham City. Très attendu par les fans de super-héros, Robert Pattinson aura fort à faire en enfilant un costume qui a été porté par des acteurs tous très appréciés du public. La prestation de Christian Bale dans la trilogie de Nolan est encore évidemment dans la mémoire de beaucoup. Loin d’être un film de super-héros insipide où le réalisateur s’efface face à son sujet, Matt Reeves semble vouloir laisser sa patte dans l’univers de Batman en proposant notamment une esthétique véritablement originale et travaillée dans ce film de 2h57.

Résumé : Deux années à arpenter les rues en tant que Batman et à insuffler la peur chez les criminels ont mené Bruce Wayne au coeur des ténèbres de Gotham City. Avec seulement quelques alliés de confiance – Alfred Pennyworth, le lieutenant James Gordon – parmi le réseau corrompu de fonctionnaires et de personnalités de la ville, le justicier solitaire s’est imposé comme la seule incarnation de la vengeance parmi ses concitoyens. Lorsqu’un tueur s’en prend à l’élite de Gotham par une série de machinations sadiques, une piste d’indices cryptiques envoie le plus grand détective du monde sur une enquête dans la pègre, où il rencontre des personnages tels que Selina Kyle, alias Catwoman, Oswald Cobblepot, alias le Pingouin, Carmine Falcone et Edward Nashton, alias l’Homme-Mystère. Alors que les preuves s’accumulent et que l’ampleur des plans du coupable devient clair, Batman doit forger de nouvelles relations, démasquer le coupable et rétablir un semblant de justice au milieu de l’abus de pouvoir et de corruption sévissant à Gotham City depuis longtemps.

Belfast par Kenneth Branagh

Dans un film touchant, l’histoire vient nous dresser le panorama d’une époque décisive pour l’Irlande, alors ciblée par des attentats. Si les faits se déroulent durant des événements historiques majeurs, ces derniers ne servent que de toile de fond. Car la vraie histoire, c’est celle de Buddy qui veut de nouveau voir sa famille heureuse et ensemble. Dans un monde où tout s’écroule et où les adultes se réveillent tous plus pessimistes que la veille, le jeune garçon représente l’espoir et l’optimisme de l’enfance. Film en noir et blanc, ce long-métrage représente la garantie de revenir en enfance l’espace d’un instant. 

Résumé : Été 1969 : Buddy, 9 ans, sait parfaitement qui il est et à quel monde il appartient, celui de la classe ouvrière des quartiers nord de Belfast où il vit heureux, choyé et en sécurité. Mais vers la fin des années 60, alors que le premier homme pose le pied sur la Lune et que la chaleur du mois d’août se fait encore sentir, les rêves d’enfant de Buddy virent au cauchemar. La grogne sociale latente se transforme soudain en violence dans les rues du quartier. Buddy découvre le chaos et l’hystérie, un nouveau paysage urbain fait de barrières et de contrôles, et peuplé de bons et de méchants.

Robuste par Constance Mayer

Le titre du film « Robuste » ne cible pas spécialement un personnage, et c’est sans doute mieux ainsi tant il convient aux deux personnages. La qualité d’interprétation de Gérard Depardieu et de Déborah Lukumuena est bluffante. En ce qui concerne Depardieu, on ne saurait dire à quel point il y a mis du sien pour dépeindre un personnage qui n’est sans doute pas si éloigné de celui qu’il incarne dans la vie de tous les jours… 

Résumé : Ce long-métrage raconte l’histoire de Georges, un acteur vieillissant du cinéma français qui par le hasard des choses rencontre Aïssa, jeune femme de banlieue et championne de lutte qui devient son agent de sécurité. Ce sont alors deux univers qui s’entrechoquent, chacun ayant une méconnaissance profonde de l’autre à leur rencontre. Tout au long du film, une véritable alchimie se crée au sein de ce duo que tout oppose. Chacun arrive à trouver un nouvel élan, une part d’humanité touchante qu’il n’aurait pas soupçonnée. 

Bruno ESTEBAN GARAY

Bruno Esteban Garay

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .