On’Media

C’est juste la fin du monde… au revoir Ulliel

Ça s’est passé au ski, l’étoile filante du cinéma français nous a quitté. Gaspard Ulliel : fossette mythique, yeux bleus magnétiques et sa voix si singulière, ont marqués l’histoire du cinéma et on aurait bien voulu que cela continue. Celui qui a travaillé avec les plus grands comme Bertrand Tavernier, Scorsese, Xavier Dolan… Pour lui rendre hommage, la rédaction a dressé la liste des films marquants de sa (trop) courte carrière. En tant que fan d’Ulliel, voici une liste non exhaustive des longs-métrages à voir absolument. 

1. Fougueux et désinvolte dans Les Égarés d’André Téchiné

Le film se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, une route est prise d’assaut par les ennemis mais une famille s’en sort. Emmanuelle Béart joue une mère qui fuit dans la forêt avec ses enfants et qui se réfugie dans une maison abandonnée. Un jeune homme débarque, venu de nulle part, mal élevé et illettré. La mère décide alors de le prendre sous son aile. Une relation de séduction commence à s’installer sans jamais passer à l’acte. Tête à claques, il devient l’homme en devenir qui teste sa virilité et son pouvoir de séduction envers une femme. Sans être exagéré, le duo Béart-Ulliel fonctionne et on est pris dans ce monde à part, qu’ils arrivent à recréer au milieu du chaos. Il y interprète bien cet entre-deux : l’adolescent révolté et l’homme en devenir. Leur relation ressemble à The Reader de Stephen Daldry, avec l’apprentissage comme vecteur de rapprochement spirituel et corporel. Il s’agit du film qui l’a vraiment révélé au public. 

Crédits : Allociné

2. Jeune et touchant dans Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet

Remarqué au cinéma dans Les Égarés, il joue un jeune bleu envoyé dans les tranchées pendant la Grande Guerre. Il a l’air d’avoir 15 ans dans le film, dans ce rôle de jeune soldat propulsé dans ce monde d’hommes et d’horreurs de la guerre. Gaspard Ulliel interprète donc Manech, amour de Mathilde, qui s’automutile pour la rejoindre. Il émeut par son jeu et sa douceur, en plein cœur des mutineries ou quand il partage une nuit d’amour avec Mathilde : « Quand Mathilde et Manech ont fait l’amour pour la première fois, il s’est endormi la main posé sur le sein. Et chaque fois que la blessure le lance, Manech sent le cœur de Mathilde battre dans sa paume. » Il y incarne la jeunesse et l’innocence d’un adolescent amoureux. Parti au combat, on voit peu de scènes avec Gaspard Ulliel car Mathilde -jouée par Audrey Tautou- reste sur le devant de la scène, dans sa quête pour le retrouver.

3. Révolutionnaire dans Jacquou le Croquant de Laurent Boutonnat

Le film raconte une révolte paysanne, tiré de faits réels qui se sont déroulés au XIXe siècle dans le Sud-Ouest de la France. Jacquou, un orphelin, se bat contre l’injustice qu’a subi son père, tué par les mains du comte de Nansac. Gaspard Ulliel danse, mène une révolte, et tombe amoureux de deux jeunes femmes, dont la fille de son rival. Un film qui rappelle le dilemme de Don Rodrigue dans le Cid de Corneille. Même en paysan, Gaspard Ulliel fait toujours rêver… On se laisse happer par le film, on a envie de savoir comment la troupe va s’en sortir dans cette lutte pour la justice et le triomphe des cœurs. NB : Pour les fans, Gaspard n’arrive qu’après le premier tiers du film comme le long-métrage commence à l’enfance du personnage principal.

4. Parfait dans Saint Laurent de Bertrand Bonello

Ce n’était pas gagné pour sortir ce film ! Une bataille a eu lieu entre ce biopic et celui plus « officiel » : Yves Saint Laurent de Jalil Jespert qui avait le soutien de Pierre Bergé, le compagnon d’Yves Saint Laurent lui-même. On découvre un Gaspard Ulliel métamorphosé. Il a effectué tout un travail sur sa posture, sa ligne de main quand il fume et surtout sur sa voix pour coller à l’authentique. Il est touchant dans sa délicatesse et sa féminité, qu’on n’avait pas eu l’occasion de découvrir dans d’autres films. Ici, il ne joue plus un homme séducteur (rôle dans lequel on est habitué à le voir), mais un créateur et un artiste, tourmenté entre ses démons et ses ambitions.

Credits : © 2014 MANDARIN CINEMA – EUROPACORP – ORANGE STUDIO – ARTE France CINEMA – SCOPE PICTURES / CAROLE BETHUEL

Extrait :

5. Transcendant dans Juste la fin du monde de Xavier Dolan

Louis, écrivain, doit annoncer à ses proches que ses jours sont comptés. Sa compagnie dérange les autres personnages quant elle ravit le spectateur. Il n’a pas besoin de parler pour exister. Xavier Dolan le filme avec une douceur certaine. L’émotion se fait sans les mots : la transpiration sur une nuque, une voix qui tremble, la tête dans l’embrasure de la porte…

6. Prédateur et séducteur dans La Danseuse de Stéphanie Di Gusto

C’est moins pour parler de Gaspard Ulliel que du film en lui-même que nous avons fait ce choix. Un film six fois nommé aux Césars, portant sur la vie de la danseuse atypique Loïe Fuller (interprétée par la chanteuse Soko). Le personnage qu’interprète Gaspard Ulliel a été inventé par la scénariste pour « ajouter une présence masculine dans ce monde féminin », celui de la danse. Il interprète le protecteur qui veut profiter de sa position pour séduire la danseuse. Il y joue ce personnage tranquille oscillant entre prédation et séduction : un regard mauvais et dédaigneux le jour et séducteur (voire forceur) le soir dans l’alcôve.

7. Écrivain-imposteur et secret dans Eva de Benoît Jacquot

Un écrivain en panne d’inspiration fait la rencontre d’une mystérieuse prostituée nommée Eva. La rencontre entre Gaspard Ulliel et Isabelle Huppert s’opère pour la troisième fois au cinéma. Ici, la fiction prend le pas sur la réalité dans ce thriller psychologique. La tension dramatique révèle le jeu des deux acteurs dont on ne sait pas lequel est le plus dangereux. Gaspard Ulliel ne lâche pas son personnage à la fois écrivain imposteur, malsain, homme dangereux et séducteur. C’est son avant-dernier film dramatique. 

8. La série à voir : Il était une seconde fois de Guillaume Nicloux

Peu habitué du petit écran, Gaspard Ulliel s’illustre dans ce thriller romantique aux côtés de la belle Freya Mayor (La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil). Cette mini-série développe l’histoire de Vincent dans la reconquête de son amour perdu, Louise. A l’aide d’un colis magique, il remonte le temps afin de la retrouver. Une série comme on les aime, un duo qui fonctionne à merveille sur fond de questionnement sur les « et si j’avais fait ça… ». Excellent dans les films à suspense, Gaspard Ulliel tient un vrai rôle dans une série qui ne se veut pas gnagnan.

On’ vous recommande en plus les films suivants : (parce qu’on ne se lasse pas de Gaspard Ulliel)

9. Un barrage contre le Pacifique (2008) : Adapté du roman de tendance autobiographique de Marguerite Duras, ce film a été réalisé par Rithy Panh. Ulliel joue le frère tyrannique, qui symbolise la figure paternelle après la disparition de ce dernier. C’est la deuxième fois qu’il joue avec Isabelle Huppert, qui interprète le rôle de la mère.  

10. La Princesse de Montpensier (2010) : Tiré du roman éponyme de Madame de La Fayette sur fond de guerre de religion, il interprète ici le Duc de Guise : l’amour de toujours de Marie qui est obligée de se marier avec le prince de Montpensier. Gaspard n’est pas le personnage principal, c’est pour cela qu’on vous le recommande quand même. Un beau film historique réalisé par le grand Bertrand Tavernier.

Ses obsèques ont eu lieu à l’église Saint-Eustache à Paris jeudi 27 janvier dernier et il fût inhumé au cimetière du Père Lachaise. Même après cet article, nous n’arrivons toujours pas à croire qu’il a rejoint les étoiles filantes du cinéma français… 

Anaïs Martinez

Anaïs Martinez

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media