On’Media

Sorties ciné du 1/12

Bien le bonjour décembre ! Un mois qui débute et clôturera la fin de cette année 2021 marquée par la résurrection du cinéma post-covid. Et en cette première semaine… les réalisateurs internationaux nous ont bien régalé ! Au menu : le récit du parcours des sœurs Serena et Venus Williams qui s’échangent la réplique ainsi que la balle sur les courts de la côté californienne. Ensuite, retour en Europe pour réviser son espagnol grâce au nouveau film d’un des plus grands réalisateurs au monde, Pedro Almodovar. Enfin, On’ vous conseille de revenir sur les traces d’un mathématicien polonais qui a marqué le cours de l’Histoire durant la seconde guerre mondiale… Que choisirez-vous parmi cette sélection ?

Madres Paralelas (Mères Parallèles) de Pedro Almodóvar

Le voilà après 5 ans d’attente ! Depuis Douleur et Gloire (2016), le réalisateur septuagénaire espagnol n’avait sorti que le court-métrage La voix humaine en VOD en 2020, avec pour personnage principal l’excellente Tilda Swinton. Et pour son 24ème long-métrage, Almodóvar ne fait pas de folies avec un drame sur le thème de la maternité. Pour rester dans sa zone de confort, il fait appel à ses acteurs de prédilection, dont sa muse Pénélope Cruz (qui a par ailleurs reçu la Coupe Volpi de la meilleure actrice lors du Festival de Venise 2021 pour ce rôle dans Madres Paralelas). Elle y incarne (encore une fois) le rôle d’une mère, aux côtés (encore) de Rossy de Palma, mais aussi et surtout de la jeune Milena Smit et de l’espagnol Israel Elejalde. La BO est aussi signée Alberto Iglesias… comme à l’accoutumé. On ne change pas une équipe qui gagne ! ¿verdad?

Résumé : Deux femmes, Janis et Ana, se rencontrent dans une chambre d’hôpital sur le point d’accoucher. Elles sont toutes les deux célibataires et sont tombées enceintes par accident. Janis, d’âge mûr, n’a aucun regret et durant les heures qui précèdent l’accouchement, elle est folle de joie. Ana en revanche, est une adolescente effrayée, pleine de remords et traumatisée. Janis essaie de lui remonter le moral alors qu’elles marchent telles des somnambules dans le couloir de l’hôpital. Les quelques mots qu’elles échangent pendant ces heures vont créer un lien très étroit entre elles, que le hasard se chargera de compliquer d’une manière qui changera leur vie à toutes les deux.

La méthode Williams (King Richard) de Reinaldo Marcus Green

Après avoir travaillé sur des courts-métrages et des séries, le réalisateur nous présente ici son second long-métrage après Good Joe Bell sorti l’année dernière. La méthode Williams est un biopic dramatique d’une durée de 2h18 avec Will Smith, qui possède une quarantaine de films à son actif. Mais on y retrouve aussi la jeune Saniyya Sidney (Les Figures de l’ombre ; American Horror Story ; Fences de Denzel Washington) ainsi que Demi Singleton : deux américaines de 14 et 15 ans. Le film dresse un portrait fidèle de la famille des deux joueuses de tennis les plus connues de la planète : le portrait de deux jeunes filles brillantes et déterminées à s’accomplir. Les vraies Venus et Serena Williams ont d’ailleurs été les productrices exécutives du film, avec leur sœur Isha Price. 

Résumé : Focus sur la personnalité de l’entraîneur de tennis Richard Williams, père des joueuses mondiales Vénus et Serena. Il n’avait aucune expérience dans le sport mais lorsque ses filles ont eu quatre ans, il a élaboré un plan de 78 pages décrivant l’entraînement des futures championnes. Les sœurs Williams sont devenues deux des plus grandes joueuses de l’histoire du tennis. Serena est sans conteste la meilleure tenniswoman de tous les temps, avec 23 victoires en tournois du Grand Chelem. Venus Williams a remporté sept titres en Grand Chelem.

Les aventures d’un mathématicien de Thorsten Klein

Réalisateur de la série Babylon Berlin diffusée en 2017, il s’agit de son second long-métrage après le film d’horreur Lost Place sorti en 2013. Le réalisateur allemand nous présente un biopic dramatique avec le polonais Philippe Tlokinski (qui sera aussi à l’affiche de The Resistance Fighter à la fin du mois), la française Esther Garrel (Call me by your name) et l’irlandais Sam Keeley (This Must Be The Place). Un casting mixe à l’affiche de ce film qui a été présenté en première mondiale à Palm Springs, en Californie. Le scénario s’inspire de l’autobiographie du même nom de Stanislaw Ulam publiée en 1976 : un mathématicien ayant joué un rôle important lors du projet Manhattan en contribuant à l’élaboration de la bombe à hydrogène et le premier ordinateur ! L’affiche du film n’est sans rappeler celle du biopic de Stephen Hawking avec Eddie Redmayne et Felicity Jones (Une merveilleuse histoire du temps sorti en 2014) mais qui n’égale pas et qui n’est même pas parvenu pas à séduire la critique anglophone… À aller voir toutefois pour le récit historique intéressant !

 

Similitudes des affiches (crédit photos : senscritique.com et livroscope.blogspot.com)

Résumé : 1942, Nouveau Mexique. Stan Ulam, mathématicien polonais, rejoint un groupe secret de chercheurs venus du monde entier pour collaborer à la création de la bombe à hydrogène. Loin de sa famille restée en Europe et tiraillé entre questionnement éthique, avancée scientifique et urgence politique, il prend part à un épisode crucial de l’Histoire. 

Couverture du livre (crédit photo : Fnac)

Pour contacter la rubrique « Cinéma & Technologie », et/ou proposer un article : rubrique.cinema@on-media.fr

Cynthia Zantout

Cynthia Zantout

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media