On’

Récap de l’US Open de Surf 2021

Si le titre de cet article vous a surpris, c’est que vous pensiez sûrement que la compétition de l’US Open était réservée au tennis, mais détrompez-vous. De nombreux sports s’affrontent lors de championnats au même nom. C’est le cas pour d’autres disciplines comme le golf, le squash, le taekwondo, l’athlétisme et même les danses swing ! Dans cet article, nous parlerons de la pratique artistique qui sent bon la wax fraîche et l’écume des vagues, et des graines de champion qui se sont affrontées sur la côte californienne du 20 au 26 septembre 2021.  

L’histoire et l’organisation des compétitions de surf

Créée en 1976, la World Surf League (WSL) est l’entreprise américaine qui organise les épreuves du championnat du monde de surf dans le cadre du Championship Tour (circuit CT d’élite de première division), ainsi celles de la Challenger Series (CS), la ligue de deuxième division qui mène au CT (tout comme les ligues 1 et 2 au football ou les Formules 1 et 2 en automobile). C’est donc dans ce second circuit que s’inscrit l’US « open », qui signifie que c’est un tournoi « ouvert à tous ». En effet, les groupes de surfeurs sont certes composés des stars du CT, mais aussi des talents émergents issus des sept WSL Regional QS (Qualifying Series), un autre circuit ayant lieu en début d’année. Il existe aussi des championnats d’Europe et des Jeux Olympiques de surf organisés par L’International Surfing Association (ISA) qui est la Fédération internationale de surf : la seule reconnue par le Comité International Olympique. On a d’ailleurs pu y voir s’illustrer le Brésilien Gabriel Medina aux JO de Tokyo, à la fin du mois de juillet. 

Depuis la création de l’US Open de surf en 1959, le spot de Huntington a accueilli les meilleurs athlètes comme les iconiques Kelly Slater (11x champion du monde, et 54 victoires en CT) et Layne Beachley (7x), ou encore Andy Irons et Lisa Andersen (tous deux 4x). Il s’agit de la première étape des quatre Challenger Series. Prenant d’abord place à Huntington aux USA, puis à Ericeira au Portugal, Hossegor en France et Haleiwa à Hawaii au mois de décembre. En fin de saison, les 10 premiers du classement messieurs et les 6 premières du classement dames seront qualifiés pour accéder au circuit principal. Tous s’affrontent ici dans la Surf City, surnom également convoité par la ville côtière de Santa Cruz. Un événement diffusé en direct sur la chaîne Youtube de la WSL. 

L’US Open 2021 : fonctionnement et résultats

Cette année le sponsor officiel qui a présenté la compétition a été l’entreprise japonaise Shiseido, la plus ancienne entreprise de cosmétique au monde *FYI*. La compétition des hommes est composée de sept rounds (contre six pour les femmes). Le premier est composé de 96 participants qui s’affrontent d’abord par 4 durant 24 et 12 manches (Heats), puis en trio et enfin en duo jusqu’en finale. Pendant 7 jours, du 20 au 26 septembre 2021 sur la baie de Huntington Beach en Californie, les gagnants de chaque round sont qualifiés pour l’étape suivante. Chaque manche dure 30 minutes et seules les deux meilleures rides de chaque surfeur sont comptabilisées. Si les vagues ne sont pas au rendez-vous après 10 minutes et qu’aucun surfeur ne s’est lancé, un « Heat restart » est effectué et le compte à rebours est remis à 30 minutes. Le score est calculé sur la moyenne des notes de cinq juges. 

Jack Marshall à l’envers durant la compétition 

Pour la France, cette année, dix hommes représentaient le pays sur 96 participants. En huitième de finale, tous les Français se sont retrouvés avant-dernier ou dernier, excepté le Polynésien Michel Bourez présent aux JO, qui a rapidement quitté la compétition au round suivant en finissant dernier de son Heat. Le côté féminin étant moins nombreux avec 64 participantes, seules quatre françaises y ont concouru dont Maud Le Car – compagne du champion du monde français Joan Duru – qui exactement comme son mari s’est faite éliminée dès le début avec le moins bon score, aux côtés de sa compatriote Tessa Thyssen. Seule restait Vahine Fierro, également éliminée en huitième de finale. C’est finalement l’Américaine Caitlin Simmers (âgée de seulement 15 ans) qui n’a cessé de briller en occupant la première place et qui est parvenue à remporter la compétition face à l’Hawaïenne Gabriela Bryan (19 ans) avec 13,90 points.  

Ce sont donc deux américains qui ont brandi leur coupe, avec Griffin Colapinto âgé de 23 qui s’est imposé dès le début avec des performances éblouissantes et des manœuvres parfaitement exécutées. Une maîtrise qui lui a valu de battre Jack Marshal (22 ans) avec un excellent score de 15,20. Une jeunesse en forme puisque la moyenne d’âge des quarts de finale avoisinait les 23 ans, tout comme l’âge du double vainqueur de cette compétition Kanoa Igarashi qui n’a malheureusement pas su se défendre en quart de finale. Rendez-vous du 2 au 10 octobre pour la suite des qualifications au Portugal ! *signe shaka de la main*

Caitlin Simmers et Griffin Colapinto : Les deux gagnants de l’US Open of surfing 2021 

Source photo bannière : YouTube de la WSL Source photo 2 : https://www.waves.com.br/  Source photo 3 : http://surf.blogs.sudouest.fr/ 

Cynthia Zantout

Cynthia Zantout

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .