On’

Les sorties VOD du 04/05

Quel bonheur de commencer ce joli mois de Mai avec l’idée que l’on pourra bientôt retrouver nos si précieuses salles obscures. En attendant impatiemment la réouverture des cinémas, On’ vous a concocté un programme VOD présentant des films ayant marqué le Septième Art. Au programme, du cinéma social et engagé made in Belgique, des corps à l’esprit burlesque inspirés de Chaplin ou Keaton, et un sublime portrait de cinq femmes libanaises…

Collection Frères Dardenne sur Salto – Rosetta (1999), sortie le 7 mai

Cette année, il faudra patienter quelques mois de plus pour suivre l’un des plus prestigieux événements cinématographiques au monde : le Festival de Cannes, traditionnellement tenu au mois de Mai, et décalé de manière exceptionnelle en Juillet. L’occasion de (re)découvrir l’une des plus belles Palmes d’Or du festival : le Rosetta des célèbres frères belges, également révélateur de la très talentueuse Emilie Dequenne, âgée alors de seulement dix-huit ans. Jean-Pierre et Luc Dardenne se sont imposés comme l’un des duos de cinéastes les plus importants de notre génération ; excellent moyen de découvrir une part du cinéma social européen.

Résumé : Rosetta mène tous les jours une guerre sans relâche. Une guerre pour trouver du travail, une place qu’elle perd, qu’elle retrouve, qu’on lui prend, qu’elle reprend, obsédée par la peur de disparaitre, par la honte d’être une déplacée. Elle voudrait une vie « normale » comme eux, parmi eux.

Collection Jacques Tati sur Netflix – Playtime (1967), sortie le 1er mai

Cinéaste français incontournable du XXe siècle, Jacques Tati est l’auteur de six longs-métrages à l’immense travail sonore et gestuel, oscillant entre cinéma muet et parlant, tout en étant pleinement ancré dans son temps. Si la réception de ce film a été mitigée, il est pourtant considéré comme l’un des chefs d’oeuvres du réalisateur, dont nombreux et nombreuses se souviendront toujours du fameux Monsieur Hulot…

Résumé : Des touristes américaines ont opté pour une formule de voyage grâce à laquelle elles visitent une capitale par jour. Mais arrivées à Orly, elles se rendent compte que l’aéroport est identique à tous ceux qu’elles ont déjà fréquentés. En se rendant à Paris, elles constatent également que le décor est le même que celui des autres capitales…

Caramel (2007) de Nadine Labaki, disponible jusqu’au 31 mai sur Arte

Dernier mois pour voir le premier long-métrage de la géniale réalisatrice libanaise Nadine Labaki, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes. Ses personnages, filmés avec tant de beauté, d’intimité, et souvent même d’autodérision, prennent place dans un brillant récit où est dénoncé le poids de la famille et des traditions. Filmé quelques jours avant le début du conflit israélo-libanais de 2006, cette Histoire est une immanquable du cinéma libanais.

Résumé : A Beyrouth, cinq femmes se croisent régulièrement dans un institut de beauté, microcosme coloré où plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient.

Anna Lodeho

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.