On’

Prix On’ 2021 / Bandes dessinées : « Le chanteur perdu » de Didier Tronchet

Pour cette nouvelle édition du Prix littéraire On’, nos jurés se sont penchés sur quatre bandes dessinées de l’année littéraire 2020. Toutes les deux semaines, découvrez ce qu’ils ont pensé des ouvrages en compétition. Au programme cette semaine : « Le chanteur perdu » de Didier Tronchet, aux éditions Dupuis.

Jean, bibliothécaire parisien, décide de remonter le temps à la recherche d’un chanteur de sa jeunesse : Rémy-Bé. Le temps, il en a, puisqu’il est en plein burn-out, et cette recherche devient sa raison d’être et surtout sa façon de se sentir vivant. Ses seuls indices sont les paroles de la douzaine de chansons qu’il connaît presque par cœur depuis trente ans. De la Bretagne à son Pas-de-Calais natal, il croise sur ses chemins de traverse une série de personnages qui sont l’étrange miroir de sa dérive. Sa quête désordonnée le mènera sur une île de l’océan Indien où il vivra une véritable épiphanie.

Océane Caillat : « C’est une histoire vraie fascinante qui offre une touchante évasion »

Face à cette première de couverture, une promesse vous est faite: celle d’être embarqué. Vous suivez la quête de notre protagoniste Jean, un grand désillusionné. Obstiné à retrouver son idole d’antan, c’est à travers les couplets de ce dernier qu’il tente de retrouver sa trace. Je m’attache progressivement à cet homme perdu lancé sur une route dont il ignore la destination. Ce bibliothécaire trop ordonné se retrouve entraîné dans cette soudaine expédition qui semble à première vue insensée. La recherche de cet amour musical du passé est aussi pour lui celle de sa jeunesse mais avant tout d’un nouveau départ. Le fantasme qu’il porte à ce chanteur disparu traduit ses regrets sur celui qu’il aurait finalement aimé être. Je partage ses joies et ses déceptions. Ma curiosité s’éveille pour cette quête désespérée : qu’est donc devenu ce mystérieux chanteur volatilisé ? Impatiente, j’essaye comme lui de déchiffrer les indices.

De la Bretagne avant de finir sur une île paradisiaque, le voyage se fait sans turbulences. Le trait de crayon de Didier Tronchet est sobre et efficace. L’usage de l’aquarelle et d’un thème monochrome sert parfaitement le récit. Les cases défilent et se ressemblent assurant l’environnement d’une narration simple et captivante.

L’auteur met ainsi en fiction son histoire en distribuant des ondes de liberté et nous offre une jolie parenthèse littéraire. Une fois l’aventure terminée, il nous invite à poursuivre l’évasion en évoquant ensuite la (vraie) rencontre qu’il a eu avec cet homme après l’avoir retrouvé. On se retrouve alors plongé dans des archives : quelques photos mais aussi les liens pour écouter l’album du réel chanteur perdu. Une très belle expérience pour refermer cette bande dessinée qui a plus qu’assuré sa promesse de voyage !

Nicolas Moreno : Un(e) vague à l’âme

Le chanteur perdu est une bande dessinée à l’image de son personnage principal: dépressive, en quête de sens, prenant prétexte sur n’importe quelle vague fantaisiste pour en faire une épopée palpitante. Bien que l’ouvrage propose une expertise réjouissante de sujets actuels (mode de vie capitaliste menant à la dépression, recherche d’un ailleurs gangrené par le colonialisme d’antan), le récit manque d’une certaine forme de vitalité. La pluie, la France profonde et la recherche d’un chanteur passé ne parviennent à tenir le lecteur en haleine, les différents cadres s’enchaînent (ou s’accumulent?) sans jamais nous embarquer sur ce qui semble être un voyage beau et poétique. C’est peut-être là la véritable beauté de ce projet, un poil contre le gré de son dessinateur Tronchet: à manquer le coche d’une aventure qui dynamite la vie morose d’un bibliothécaire, le spectateur se retrouve noyé par un(e) vague à l’âme indésiré, indésirable. C’est toujours plus d’émotion qu’une bande dessinée faite à la chaîne et interchangeable comme nous ont habitué les grandes maisons d’édition américaines de comics de super héros.

On se retrouve très vite pour notre dernier ouvrage : Peau d’homme d’Hubert et Zanzim aux éditions Glénat !

Nicolas Moreno, Océane Caillat

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.