On’

Régionales en Ile-de-France : à la rencontre du candidat Julien Bayou

Candidat aux élections régionales en Ile-de-France sous la bannière écologiste, Julien Bayou porte aujourd’hui une liste rassemblant des candidats issus de son propre parti, Europe Écologie – les Verts (EELV), mais aussi des partisans de Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon, et d’écologistes centristes de Cap21, soutenus par Corine Lepage. A l’occasion de la conférence de presse présentant son programme orienté jeunesse, nous avons eu l’occasion d’aller à la rencontre du candidat, qui se dit prêt au rassemblement pour lutter contre la précarité, l’éco-anxiété et soutenir une génération qu’il qualifie lui-même “d’abandonnée” depuis le début de la pandémie.

Une vision du politique à 360°

Mercredi 17 mars 2021, au quartier général de campagne du candidat, sont réunis syndicats étudiants, journalistes et Julien Bayou. Autour d’une table, le candidat et les syndicats s’adonnent dans un premier temps à un exercice d’échange sur le thème de la précarité. Faisant part de leurs préoccupations, apportant des pistes de réflexion, sont présents des figures de l’Union Nationale Lycéenne (UNL), l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) et de l’Association Générale des Etudiants de Paris (AGEP). Face à eux, nous retrouvons un candidat aux régionales attentif, qui va scrupuleusement noter les revendications des représentants. Sous l’œil des journalistes, M. Bayou détaille ensuite son programme pour la jeunesse. Un programme auquel il tient, puisqu’il lutte depuis longtemps contre la précarité des jeunes. Il le rappelle, il interpellait déjà sur cette question avec Génération Précaire.

On retrouve un candidat qui entend lutter contre la précarité, l’éco-anxiété et l’immobilisme. Son programme se présente comme une vision de l’avenir prenant en compte le besoin de perspective de la jeunesse vis à vis des enjeux écologiques. Il détaille d’abord ses ambitions du point de vue de la santé. Il veut aller dans le sens d’un meilleur remboursement des soins généraux -notamment gynécologiques- face à la précarité menstruelle. Il évoque la mise en place de centres médicaux avec des médecins franchisés entièrement remboursés, dans le cadre des centres universitaires de soins. Il rebondit sur la question de la solidarité alimentaire, proposant un développement des circuits courts et du bio dans les cantines universitaires. Préoccupé par la problématique des logements, qui sont parfois très éloignés des établissements d’enseignement, il entend étendre l’offre de logements à long terme. Face aux enjeux thermiques que présentent aujourd’hui certains bâtis, notamment dans leur aspect de consommation énergétique, il souhaite ré-impliquer la Région de manière efficace. Un enjeu intimement lié à la problématique sanitaire de l’amiante. Rejoignant le représentant UNL, qui avait fait part de ses préoccupations en la matière, citant notamment l’exemple du campus de Coulommiers (77), J. Bayou n’écarte pas l’investissement économique considérable que représentent ces rénovations, de l’ordre de plusieurs millions d’euros. S’il est conscient du cadre budgétaire, il propose une priorisation des projets, qu’il estime conciliable avec un développement économique pour les artisans, petites et moyennes entreprises et autres bureaux d’études qui y prendraient part.

Il enchaîne sur la thématique du revenu. Partageant les ambitions de Benoît Hamon pour un revenu universel, il évoque le  RSA pour les moins de 25 ans, en expérimentation à Lyon. Il s’appuie sur le lien entre reproduction sociale et précarité : “ Au Canada, une étude aurait permis de montrer que le revenu de base permet aux jeunes de prolonger leurs études et donc de sortir mieux qualifiés, plutôt que de se priver de faire des études pour rentrer rapidement sur le marché du travail et gagner de l’argent.” 

Interpellé par les syndicats étudiants sur la question de la gratuité des transports, il aimerait proposer une offre adaptée pour les étudiants boursiers ainsi que les bénéficiaires de tarifs sociaux. Il évoque la nécessité de moderniser les lignes de RER notamment B et D.

En développant chacun des points de son programme, Julien Bayou se montre attentif à l’éco-anxiété et à la nécessité de donner la parole aux jeunes. C’est dans ce but qu’a lieu l’exercice du jour. Finalement, son programme s’articule autour d’un paradigme : construire l’avenir pour les jeunes et par les jeunes. En témoignent d’ailleurs certains candidats de la liste, âgés de 18, 20 ou 26 ans.

Conférence de presse, le 18 mars 2021, sur la jeunesse avec les syndicats et journalistes étudiants, au local d’EELV. © Léon Thiébault, Twitter.

La prévention au cœur de la sécurité des jeunes

Lors de la conférence de presse, Julien Bayou, sous les questions des journalistes, a évoqué les difficultés des étudiants étrangers, les problèmes de violences – aussi bien les rixes que le harcèlement scolaire – ainsi que l’insalubrité des équipements éducatifs. Le secrétaire national des Verts souhaite donner la possibilité aux jeunes d’étudier dans de meilleures conditions en leur proposant un accès au droit et à un système “pair à pair” pour les étudiants étrangers ; et plus de ressources humaines, techniques et financières afin de contrer les rixes et le harcèlement scolaire.

Rappelons-le, l’Essonne fait face à des affrontements -parfois mortels- entre jeunes. La jeunesse étant au coeur de la rencontre, nous, journalistes de On’, avions cherché à savoir ce que la liste verte ferait si elle arrivait à gagner l’Ile-de-France. M. Bayou évoque la mise en place d’une prévention avec “des correspondants de nuits et une police présente sur le terrain”. En faisant face aux violences domestiques et au trafic de stupéfiants par la légalisation du cannabis, il souhaite enrayer cette violence par la sécurité. De même pour le harcèlement scolaire : la prévention serait au centre des établissements scolaires.

A plusieurs reprises, il a évoqué le plan Borloo, ce plan de cohésion sociale commandé par Emmanuel Macron en 2018 et qui concerne essentiellement les banlieues. Ce plan est critiqué, contesté et surtout n’a pas été réellement mis en place – le président de la République ayant renoncé à un plan de politique publique.

Une union de la gauche possible en Ile-de-France ?

Les listes sont nombreuses à concourir pour remporter la Région. Pourtant, la droite de Valérie Pécresse gagne ces élections depuis 2015 et est encore donnée gagnante d’après le dernier sondage de l’IFOP (février 2021). La liste portée par Julien Bayou, comportant entre autres Benoît Hamon, candidat en 2017 et fondateur du mouvement Génération.s, et Corinne Lepage de Cap 21 (centre droit), réussira-t-elle à faire face à ce défi ? L’union de la gauche sera-t-elle possible avec la candidate des Insoumis, Clémentine Autain, et Audrey Pulvar, soutenue par le PS ? Ces élections pourraient prévoir celles, présidentielles, de 2022.

Après les Hauts-de-France où s’est (re)construite l’union de la gauche, toutes les cartes semblent être sur la table. Les élections régionales se tiendront les 13 et 20 juin 2021, mais des discussions sont en cours sur un possible report à l’automne.

Photo bannière : tract de la liste “L’Ecologie évidemment !”, pour les régionales 2021 Ile-de-France, portée par Julien Bayou, secrétaire national d’EELV.

Camille Fonkoua et Sarah Lavoine

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.