On’

Sorties VOD du 16/2

Alors que le froid et la neige balayent nos devants de porte, tout ce dont on a envie c’est de se lover à côté de son date en profitant des nouvelles séries VOD. On vous présente une petite sélection spéciale séries, triée sur le volet pour s’échapper de ce froid glacial, de la dépression hivernale et d’une St-Valentin confinée.

Hache saison 2 sur Netflix

Incarnée par la sublime Adriana Ugarte (Amoureux de ma femme, Julieta, Palmiers dans la neige), cette série vous a peut-être échappé. Celle-ci nous plonge dans le milieu noir abyssal du commerce d’héroïne gérée par des mafieux barcelonais. Helena, l’héroïne de l’histoire, alors prostituée, fait une rencontre fortuite avec le chef de la bande, le ténébreux Malpica, alors qu’elle est en manque d’argent. Séduit par la belle brune, celui-ci fait d’elle sa maîtresse et progressivement elle entre dans les affaires. Malgré elle, Helena devient prisonnière de Malpica et n’arrive plus à retrouver sa vie d’avant. Parallèlement, on suit l’enquête d’un policier qui se démène pour percer à jour ce trafic et arrêter Malpica. Les personnages oscillent entre le devoir moral et instinct. La saison 2 s’ouvre un an après la disparition de Malpica. Quant à Helena, alors qu’elle veut démarrer son labo d’héroïne, certains protagonistes vont essayer de contrer son projet.

Ce qu’on aime : l’ambiance des bas-fonds barcelonais, sans virer dans la violence gratuite, et l’interprétation d’Adriana Ugarte à la fois mère dévouée, prostituée, prisonnière, manipulatrice et femme puissante. On aime principalement la série grâce à elle, à la versatilité de son jeu et la place qu’elle prend dans la série, à rebours des séries classiques de gangsters. Le suspense de l’enquête policière nous tient toute la saison sans nous lasser.

https://www.youtube.com/watch?v=KwKN_ZN5Ap0

Paris Police 1900 de Fabien Nury sur Canal +

Une nouvelle série noire débarque sur Canal. Sur fond de La Belle Époque, la série met en scène une enquête policière qui prend place suite à la découverte du corps d’une femme dans la Seine. Le tournant du siècle est miné par l’affaire Dreyfus et par une multitude de suicides qui étonne la police. Antoine Jouin, interprété par Jérémie Laheurte (La vie d’Adèle, Tu mérites un amour) campe un jeune inspecteur de la brigade criminelle qui doit mener l’enquête de cette affaire étrange. Cette série au contexte historique et politique prenant saura-t-elle nous séduire ? En tout cas, d’après la bande annonce, on pourra se réjouir de la place que peuvent prendre les personnages féminins dans cette fiction et de l’ambiance noire des bas-fonds parisiens.

Ce qu’on aime : à la base scénariste de bande-dessinée, c’est la première série dont Fabien Nury est le créateur. On espère retrouver quelques clins d’œil à son autre art.

Résumé : 1899, la République est au bord de l’explosion, prise en étau entre les ligues nationalistes et antisémites et la menace anarchiste. Le cadavre d’une inconnue retrouvé dans la Seine va propulser un jeune inspecteur ambitieux au cœur d’une enquête criminelle qui révèlera un lourd secret d’État. Il va croiser la route de Lépine, de retour à la tête d’une Préfecture vérolée par les luttes de pouvoir, de la première femme avocate et d’une courtisane reconvertie en espionne… Ces personnages que tout oppose vont s’unir pour affronter un coup d’état. La Belle Époque n’a de belle que le nom.

En thérapie du célèbre duo Eric Toledano et Olivier Nakache sur Arte

Les attentats de Novembre 2015 en ont ébranlé plus d’un. C’est le point de départ de cette série créée par Eric Toledano et Olivier Nakache (Le sens de la fête, Intouchables, Hors normes) et la première série des deux réalisateurs. Elle est adaptée d’une série israélienne « BeTipul ». Le pari semble gagné face à l’effervescence médiatique et l’engouement des spectateurs lors du lancement : 1,8 million de spectateurs. Une série qui nous plonge dans le quotidien d’un psychanalyste, une pratique souvent dénigrée à travers le temps après Freud. Le casting est de taille : Mélanie Thierry, Reda Kateb et Pio Marmaï (cœur sur lui) ou encore Carole Bouquet. La série nous fait passer devant le divan et non plus sur le divan, et ouvre les portes d’un cabinet qui déontologiquement restent fermées. Elle passe en revue les traumatismes des uns, la fragilité des autres, sans oublier les faiblesses du psychanalyste.

Cette série en a séduit plus d’un comme en témoigne les 5 millions de vues avant son lancement jeudi 4 février. La fiction est-elle assez cathartique en cette période pour affronter notre quotidien covidé ? A vous de nous le dire.

Résumé : Paris, automne 2015. Philippe Dayan reçoit chaque semaine dans son cabinet à deux pas de la place de la République, une chirurgienne en plein désarroi amoureux, un couple en crise, une ado aux tendances suicidaires et un agent de la BRI traumatisé par son intervention au Bataclan. A l’écoute de ces vies bouleversées, le séisme émotionnel qui se déclenche en lui est sans précédent. Pour tenter d’y échapper, il renoue avec son ancienne analyste, Esther, avec qui il avait coupé les ponts depuis près de 12 ans.

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-020578/en-therapie/

Anaïs Martinez

Anaïs Martinez

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.