On’

La Semaine en Bref du 8 au 14 février

Ce dimanche la Semaine en bref revient pour parler des événements de la semaine. Dans cette édition on vous parlera donc du nouveau président du conseil des ministres italien Mario Draghi, du directeur du lycée parisien Saint-Jean-de-Passy accusé d’«agression sexuelle sur mineur» par un élève, de la 36 ème édition des Victoires de la musique, et enfin du second procès de destitution de Donald Trump.

Le nouveau président du conseil des ministres italien est officiellement nommé

Mario Draghi, l’ancien président de la Banque centrale européenne succède à Giuseppe Conte à la fonction de président du conseil des ministres. Pour rappel, l’ancien président du conseil des ministres a dû présenter sa démission suite à un désaccord avec Matteo Renzi, chef du parti Italia Viva et ancien président du conseil des ministres (2014-2016). Ce désaccord a conduit Matteo Renzi à retirer son soutien à Giuseppe Conte, celui-ci n’ayant donc plus la majorité. Il a donc dû présenter sa démission auprès du président italien, Sergio Mattarella.

Le nouveau président du conseil des ministres, Mario Draghi, a été choisi par Sergio Mattarella le 3 février. Son gouvernement jugé « hétéroclite » rassemble des ministres d’un large panel politique allant de la gauche à l’extrême droite.

L’institution de Mario Draghi a lieu le samedi 13 février.

Ce qu’en dit Le Monde

Le directeur du collège-lycée Saint-Jean-de-Passy, dans le 16ème arrondissement de Paris, mis en examen pour agression sexuelle

Daniel Chapellier, le directeur du collège et lycée Saint-Jean-de-Passy a été mis en examen pour « agression sexuelle sur mineur ». En effet, les parents d’un élève de 14 ans ont déposé une plainte pour agression sexuelle sur leur fils mineur, qui affirme que Daniel Chapellier l’aurait fait venir dans son bureau et lui aurait demandé d’avoir des rapports sexuels avec lui. L’homme de 71 ans a été mis en garde à vue mardi et y serait resté 48 heures.

Daniel Chapellier avait été le directeur du prestigieux lycée catholique Stanislas, pendant 13 ans. Il avait été nommé en septembre directeur provisoire du lycée Saint-Jean-de-Passy après le licenciement de l’ancien directeur François-Xavier Clément. Celui-ci avait été licencié au printemps dernier pour « pratiques managériales dysfonctionnelles portant atteinte à la santé et à la sécurité physique et psychique des collaborateurs » (d’après le conseil d’administration du lycée). Cette affaire a été classée sans suite en novembre 2020. D. Chapellier devait alors tenir le rôle de directeur remplaçant durant un an seulement, en attendant qu’une autre personne soit à la tête du lycée.

Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête sur Daniel Chapellier, qui a pris la décision de démissionner.

Ce qu’en dit France Inter

La 36e édition des Victoires de la musique

Vendredi 12 février, la 36e cérémonie des Victoires de la musique a eu lieu. À cause de la crise sanitaire, l’évènement n’a pas pu se dérouler dans les conditions habituelles. Il n’y a donc pas eu de public, mais environ 200 personnes ont été réparties dans la salle afin d’applaudir et de créer un effet pour la retransmission de la cérémonie à la télévision.

Les artistes Aya Nakamura, Suzane et Pomme étaient en lice pour le prix de l’artiste féminine. C’est finalement la chanteuse Pomme qui l’a obtenu, gagnant ainsi sa seconde Victoire. Celle-ci s’est récemment exprimée sur l’industrie de la musique qui aurait été pour elle « traumatisante ».

L’artiste Benjamin Biolay a lui gagné le prix de l’artiste masculin (les autres artistes nommés étaient Gaël Faye et Vianney). Il a également reçu le prix du meilleur album avec Grand Prix face à Julien Doré, Ben Mazué, Grand Corps Malade et Gaël Faye.

La gagnante du prix de la révélation féminine, Yseult, a tenu à s’exprimer sur l’égalité et la tolérance.

De cette 36e édition des Victoires de la musique, nous retiendrons que les artistes français ont des messages à faire passer et se servent de leurs textes pour influencer notre société.

Ce qu’en dit Le Monde

Le second procès de destitution de Donald Trump

Le second procès de Donald Trump, ancien président des Etats-Unis d’Amérique, a débuté mardi 9 février 2021. Ce second procès avait pour objectif de juger de la culpabilité de l’ex-président américain en ce qui concerne les émeutes qui ont eu lieu au Capitole en janvier dernier, et donc de décider d’une éventuelle mesure de destitution qui empêcherait D. Trump de se présenter aux futures élections présidentielles. En effet, il est considéré par certains que le discours prononcé par Trump début janvier, avait motivé les partisans de celui-ci à aller directement attaquer le Capitole, afin d’empêcher la victoire de Joe Biden.

Néanmoins, pour qu’un impeachment (destitution) soit prononcé, il aurait fallu un minimum de 67 voix contre Donald Trump. Seulement 57 élus ont jugé l’accusé coupable. Donal Trump ne sera donc pas destitué mais ce procès joue en sa défaveur et risque de constituer un obstacle dans son avenir politique. Il est tout de même le premier président des Etats-Unis à être visé par deux procédures de destitution.

L’ancien président a lui qualifié ces procédures de destitution de « chasse aux sorcières ».

Ce qu’en dit LCI

Ondine Barrier

Ondine Barrier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .