On’

Sorties VOD du 5/01

Cet article aurait pu être le plus réjouissant de tous et annoncer la réouverture tant attendue des cinémas… mais le Covid en a décidé tout autrement. Mais ne vous en faites pas, On’ est toujours là pour vous conseiller des films de qualité : au programme cette semaine, du drame, de la comédie romantique des années 90 en passant par un documentaire sur le Monsieur “Happy End” d’Hollywood.

Pieces of a woman de Kornél Mundruczó 

Inconnu au bataillon, ce film a pourtant été nominé dans plusieurs grands festivals de cinéma et l’actrice principale a emporté la coupe Volpi, le prix de la meilleure interprétation féminine. Le film narre l’histoire d’un deuil. Martha accouche à la maison mais perd son bébé malgré l’assistante d’une sage-femme. Elle va devoir affronter cette perte et faire le deuil notamment en attaquant en justice la sage-femme.

La mère, interprétée par Vanessa Kirby que l’on a vue dans The Crown ou encore en femme puissante et dominatrice dans Mission Impossible : Fallout, change de registre et donne à voir un jeu sensible et dramatique sur un sujet peu traité : le deuil d’une mère. En face, Shia Laboeuf est Sean, le compagnon de Martha, il donne le change lui aussi en se démarquant des films dans lesquels on a l’habitude de le voir. Certains médias décrivent ce film dans la lignée de Marriage Story (film de 2019 avec Scarlett Johansson) qui avait ému les abonnés netflixards. Alors que l’heure est à celle des films feel-good, ce film promet la surprise et se lance déjà dans la course des Oscars. 

Résumé : Après un accouchement à la maison catastrophique, une femme sombre dans l’abîme du chagrin, se coupant de son partenaire et de sa famille. La sortie est prévue le Sortie le 7 janvier sur Netflix. 

Ghost de Jerry Tucker 

C’est un classique mais qu’on retrouve avec plaisir. Sam, interprété par Patrick Swayze (Dirty Dancing) et Molly (Demi Moore) forment un jeune couple qui vient d’emménager à Manhattan. Alors qu’ils rentrent du théâtre, le couple se fait agresser de nuit par un pickpocket et Sam est tué d’un coup de feu. Ce dernier devient alors un fantôme et comprend que Molly est en danger lorsque son assassin s’infiltre chez eux. Il essaye alors de communiquer avec Molly pour l’avertir (on ne laisse pas Bébé dans un coin) et harcèle une voyante. Un film entre le fantastique et la comédie romantique, Sam se lance dans un véritable périple pour protéger sa fiancée de son assassin. Le film est émouvant, drôle et dans lequel on ne s’ennuie pas. Il donne envie d’entendre “Je t’aime” et de répondre “Ditto” à votre être aimé (vous comprendrez la référence en regardant le film).

Résumé : Sam Wheat, cadre dans une banque d’affaires new-yorkaise, et Molly Jensen, sculpteur, s’aiment. Mais tout bascule lorsque Sam Wheat est agressé dans la rue et abattu. A sa grande surprise, il devient un fantôme et réussit à communiquer avec une voyante hystérique. Il tente alors d’entrer en contact avec sa femme et découvre qui a voulu le tuer.

Disponible depuis le 1er janvier sur Amazon Prime Video.

Il était une fois l’Amérique de Dimitri Kourtchine

Le parcours de Frank Capra a tout du rêve américain : immigré sicilien, il débarque à Ellis Island* avec ses parents à 6 ans. Il commencera par habiter dans un ghetto, puis le destin va le faire entrer en tant que scénariste de gag. La chance toquera une nouvelle fois à sa porte et il s’imposera petit à petit dans le cinéma hollywoodien. Il va développer la “Capra’s Touch”, il va façonner des films empreints de son parcours mais sous la forme de conte de fées, et imposera le “happy end” au cinéma. C’est lui qui a signé les films tels que L’extravagant Mr Deeds, New-York-Miami (5 oscars- du jamais vu en début de carrière) ou encore le très joli film de Noël La vie est belle (It’s a Wonderful Life). Un documentaire à revoir sur Arte jusqu’au 26 février.

Résumé : Arte narre la vie de ce réalisateur hors du commun qui a su imposer son style à Hollywood. Ce qu’on apprécie particulièrement c’est que le documentaire ne nous fait pas tomber dans le panneau des légendes qu’a construit Capra autour de sa vie et souligne aussi la part d’ombre que l’on peut observer dans ses films…

*Ellis Island : l’île où pendant longtemps les immigrants ont débarqué avant d’entrer aux États-Unis

https://www.arte.tv/fr/videos/094480-000-A/frank-capra-il-etait-une-fois-l-amerique/

A voir absolument : La Vie est belle (It’s a Wonderful Life) de Frank Capra 

Résumé : Le décès de son père oblige un homme à reprendre l’entreprise familiale de prêts à la construction, qui permet aux plus déshérités de se loger. Il entre en conflit avec l’homme le plus riche de la ville, qui tente de ruiner ses efforts. Au moment où il approche de la victoire, il égare les 8 000 dollars qu’il devait déposer en banque. Le soir de Noël, désespéré, il songe au suicide. C’est alors que le Ciel dépêche à ses côtés un ange de seconde classe, qui pour gagner ses ailes devra l’aider à sortir de cette mauvaise passe… 

Anaïs Martinez



Anaïs Martinez

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.