On’

Tour d’horizon #2 : la Hongrie

Cette année, la Rubrique Internationale lance un nouveau concept ! Chaque mois, partez à la découverte d’un pays – parfois – méconnu du « grand public » grâce à notre tour d’horizon. Profitant d’une actualité significative du pays (élection, évènement culturel ou sportif, manifestations…), nous vous le présenterons en moins de 5 minutes afin que vous puissiez briller en société. Amateurs de géographie ou simples curieux, nous vous donnons rendez-vous chaque mois !

Hongrie — Wikipédia

La Hongrie c’est un peu moins de 10 millions d’habitants et plus de 93 000 km² en plein centre de l’Europe. Membre de l’Union Européenne depuis 2004, elle fait pourtant preuve d’une politique de plus en plus déconnectée des traités. 

Histoire 

Place des héros à Budapest : Sur les traces des Magyars - Vanupied
La place des Héros à Budapest, célébrant l’arrivée des Magyars en Hongrie

Au Moyen Âge, les nomades Magyars venus de Russie envahissent un territoire d’Europe centrale : la Hongrie est née. En l’an 1000, le premier roi est couronné et la Hongrie devient un Etat chrétien organisé. Par la suite, le pays est d’abord dominé par l’empire Ottoman puis par la famille Habsbourg d’Autriche. Le territoire est alors divisé en trois entre la royauté hongroise, les Habsbourg et les Turcs. Au tout début du XVIIIe la principauté du souverain hongrois se rebelle contre l’ingérence des Habsbourg. Sans succès : la principauté est vaincue et placée sous tutelle. Dès lors, la Hongrie est largement sous domination autrichienne.

En 1848, un groupe de révolutionnaires inspirés des évènements français réclame l’unification et l’indépendance de la Hongrie. Après des années de luttes matées, le compromis austro-hongrois est signé en 1867. L’Autriche-Hongrie vit une époque prospère jusqu’en 1918, date à laquelle la Première Guerre mondiale provoque la séparation des deux états.

De son côté, la Hongrie devient communiste en 1919. Béla Kun y proclame la République des conseils, pour quelques mois seulement, puisqu’en 1920 la dictature monarchique est rétablie. La même année, le traité de Trianon fait perdre deux tiers de son territoire à la Hongrie ainsi que son accès à la mer. 

En 1949, la République populaire de Hongrie, inspirée du gouvernement de Kun de 1919, entre dans le bloc de l’Est. Il s’agit-là de l’un des gouvernements les plus répressifs d’Europe communiste. 

Budapest 1956, le Tiananmen hongrois - AgoraVox le média citoyen
La statue de Staline décapité lors de ce que l’on appellera le « Tiananmen hongrois »

Pourtant, à Budapest, en 1956, le peuple se révolte, faisant symboliquement tomber la statue de Staline. Imre Nagy est nommé au pouvoir. Il installe le multipartisme, annonce vouloir sortir du Pacte de Varsovie et met en place un “socialisme démocratique”. Mais cet élan finit écrasé sous les chenilles des chars russes.

Janos Kadar devient le leader de cette république jusqu’en 1989. Toujours sous domination soviétique, il contribue tout de même à amorcer un mouvement de libéralisation économique et politique. En 1989, alors que l’URSS court à sa perte, la Troisième République de Hongrie est proclamée et devient le premier pays d’Europe de l’Est à adhérer au Conseil de l’Europe.

Politique

À partir de 1990, il y a une certaine alternance au pouvoir entre la gauche et la droite, attestant d’une transition démocratique plutôt réussie. Cependant, la voix des nationalistes, nostalgiques de la Grande Hongrie, se fait de plus en plus entendre. 

En 2010, après huit ans de gouvernement socialiste, Viktor Orbán, leader du Fidesz, est nommé Premier Ministre à nouveau. En  2011, l’Assemblée nationale – dans laquelle le Fidesz règne en majorité – adopte une nouvelle Constitution liberticide et répressive. Les médias deviennent un service public contrôlé par le gouvernement, la liberté de la presse est restreinte, le mariage homosexuel est déclaré anticonstitutionnel. La dérive autoritaire du régime est amorcée.

Viktor Orbán s'impose en chef de file de la droite dure européenne |  Tribune de Genève
Viktor Orban lors de sa campagne de 2018 qui le mènera à son troisième mandat.

Le gouvernement d’Orban est aussi connu pour sa défiance envers les règles européennes. Le 30 octobre dernier, la Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction envers la Hongrie pour “application incorrecte de la législation de l’UE en matière d’asile”. L’administration hongroise profite de la crise sanitaire actuelle pour qualifier tout migrant comme potentiellement “contaminant”. En effet, depuis 2015 et la construction d’une clôture le long de la frontière serbe, la Hongrie n’a de cesse de rejeter l’immigration. 

De plus, ce 10 novembre, le gouvernement hongrois a déposé un projet d’amendement pour inscrire dans la constitution que “la mère est une femme, le père est un homme”. Et depuis le mois de mai il est légalement interdit d’inscrire un changement de sexe à l’état civil.  Cette promotion de “l’illibéralisme” défit explicitement la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne.

Culture et sports

De nos jours, la culture hongroise peine à dépasser ses frontières. Cependant, la Hongrie, par ses performances ou destins illustres, se démarque dans quelques domaines. En littérature, la Hongrie reçoit en 2002 son premier Prix Nobel. C’est Imre Kertész, survivant de la Shoah, qui en est le lauréat.

En termes de musique, la Hongrie n’est pas caractérisé par un genre particulier. Mais le génie de son compositeur classique le plus célèbre du XIXe siècle continue de rayonner : Frantz Liszt est le pionnier d’une technique pianistique orchestrale qui inspira des générations entières.

https://i.eurosport.com/2020/08/03/2859374-58933488-2560-1440.jpg
Ervin Zador, jeune joueur hongrois de water polo à l’engagement politique affirmé 

Le sport national hongrois est le water polo, sport dans lequel l’équipe masculine est la plus titrée aux jeux olympiques. Ce sport est même érigé en un symbole de l’insoumission des hongrois à l’URSS. En décembre 1956, la demi finale des JO d’Australie qui oppose la Hongrie et la Russie est le théâtre d’une bagarre violente. Cet évènement restera dans les mémoire comme le « bain de sang de Melbourne ».

Comme chez certains de ses voisins, la spécialité culinaire hongroise est la soupe de goulasch. Il s’agit d’une préparation en sauce à base de viande, de légumes et de la fameuse épice très utilisée en Hongrie : le paprika.

Photo libre de droit de Le Bograch Soupe Au Paprika Viande Haricot Légume  Dumpling Goulash Hongrois
Le goulash hongrois cuit au charbon.

Lucie Ducos-Taulou

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.