On’

What’s Up Confinement #2 – le conFILMent de Keziah !

Dans ce deuxième opus de What’s Up Confinement, « Keziah Pell-Beraud. 19 ans. Paris, étudiant à l’école de cinéma « La Générale » à Montreuil. », nous raconte ses singulières créations du premier confinement. « Moteur… et… action ! »

Le « déclencheur » d’une étincelle  

« Je suis passionné par le cinéma depuis très très longtemps : petit, j’ai été choisi par un réalisateur pour apparaître quelques secondes dans une pub. Grâce à ce tournage, j’ai compris comment se réalisait une publicité, et cela a été pour moi un élément déclencheur de ce que je voulais faire plus tard : écrire des histoires qui seraient mises en images. J’ai donc commencé avec des petits récits, à mon échelle. » 

Des tâtonnements à la réal’, dès 14 ans

« Puis je suis passé à l’étape supérieure, par le biais de l’association Silhouette, puis de la maison du geste et de l’image, ainsi que la Maison européenne de la photographie, avec lesquelles j’ai appris à réaliser des films. Deux stages (en 3e et 2nde) dans une société de production m’ont fait découvrir les différents métiers de l’audiovisuel. Mon Bac L spé cinéma et audiovisuel, m’a donné la chance d’assister à des festivals (Cannes, Angers, Acid…) pour approfondir mes connaissances cinématographiques.

Avec une amie, Carmen Ducatillon, nous avons réalisé plusieurs courts-métrages et un moyen métrage (une adaptation de Phèdre, de Racine, financée par un crowdfunding). D’ailleurs, mon court-métrage de bac a été sélectionné à sept festivals : « Pocket film de Montpellier », « Tout Court ! Festival de La Bobine d’Or », le « Festival international du court métrage Brèves d’images », Le « court festival », « Lift-Off Global Network », et « No te cortes y muestra tu corto ». »

L’arrivée du confinement : « une solution : faire nos courts métrages à distance » !

« Puis le confinement est arrivé, compromettant mes plans de nouveaux films avec Carmen. Mais en nous concertant, on a trouvé une solution : faire nos courts-métrages à distance ! Ainsi, chacun écrivait son scénario, puis l’envoyait à l’autre pour en discuter ensemble et l’améliorer. 

Ensuite, on le tournait dans le respect des gestes barrières : on se filmait avec nos téléphones, que l’on posait sur un stabilisateur, puis Carmen me l’envoyait par mail afin que je télécharge. 

Puis on s’appelait par Skype, et je faisais un partage d’écran de Final Cut (le logiciel de montage que j’utilise), en procédant de la même manière que d’habitude : je regardais les rushes un par un, et sélectionnais ceux qui étaient bien, en les mettant dans l’ordre chronologique de l’action. 

C’est toujours sur la phase de montage que l’on revient en arrière sur les idées que l’on avait auparavant, en se rendant compte que certaines séquences ont plus d’importance que d’autre. 

Avec cette méthode, on a réalisé trois films durant le premier confinement. » 

Une production personnelle, portant sur sa grand-mère

« Un des films est focalisé sur ma grand-mère, qui a été hospitalisée pendant le confinement pour un problème cardiaque. C’est un court métrage dans lequel je nous filme ma mère et moi, qui allons chez elle afin de récupérer ses affaires et les lui apporter à l’hôpital. J’ai filmé notre trajet en voiture dans un Paris désert, et notre passage dans son appartement. 

La photo avec les pommes de terre germées, montre bien le temps de son hospitalisation. C’est un film en voix off avec des cartons noirs : Carmen et moi avons reconstitué l’appel de ma mère au SAMU et, à la fin, on peut entendre réellement la voix de ma grand-mère qui nous parle au téléphone pour nous remercier. »

« Contre toute attente », son souvenir de tournage…

« Le tournage le plus marquant a été celui que j’ai écrit, « Contre toute attente ». C’était la première fois que j’essayais de donner l’illusion que les trois protagonistes étaient ensemble pour surprendre le spectateur car, dû à la pandémie, on ne pouvait se rassembler. La partie la plus compliquée fut au moment du montage, pour donner l’impression que c’était une conversation Skype.Ce film a été réalisé avec une amie compositrice, musicienne et chanteuse, Elisa le Cam (lien de sa chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCFzyFh6PFl_QifFosJJ39YQ). Il s’agissait aussi de mieux faire connaître ses talents, le film se clôturant sur un live Instagram (qui était un vrai live,fait de son compte Instagram personnel). » 

Un bilan concluant 

« C’était une expérience originale, puisque la méthode de travail changeait : on ne pouvait pas se voir pour discuter des erreurs de scénario, et on ne pouvait pas avoir de comédiens. 

Cette période nous a permis de continuer à être créatifs tout en étant confinés, en nous apprenant à travailler différemment, et à avoir encore plus confiance envers l’autre. »

Merci encore à Keziah pour sa participation ! Pour visionner ses films et mieux connaître son ingénieux travail, allez faire un tour ici : https://linktr.ee/lateenproduction. La preuve que les jeunes talents, même en l’absence des traditionnelles salles de spectacle, ne s’éteignent jamais… 

Pour le mot de la fin, nous retrouvons Kipo et sa recette étudiante de la semaine ! Au menu : son fameux « riz à la tomate en nounours »…

💸: €

🌿: Complètement végétarien !

💪: Moyen

• Lavez votre riz rond (une tasse pas personne), puis mettez-le dans une casserole avec de l’eau, devant dépasser à peine au-dessus du riz.

• Mettez un quart de jus de tomate en boîte + un petit peu de safran et la moitié d’un bouillon en cube.

• Laissez bouillir puis, à feu doux, couvrez jusqu’à ce que l’eau soit imbibée

• Une fois cela fait, enlevez la casserole du feu et rajouter 1 ou 2 cuillère(s) à café de vinaigre de riz

Le riz est prêt !

• Pour le dressage, j’ai utilisé des moules ronds de diverses tailles pour faire le corps du nounours, des feuilles de Nori pour le visage, de l’omelette pour le vêtement et les oreilles, et des graines de sésame blanches et noires… 

Le résultat est trop mimi ! 🧸

Retrouvez d’autres recettes de Kipo sur son compte Instagram : @__kipoo__ (https://instagram.com/__kipoo__?igshid=rpc4rt2sue4c). On’ se retrouve la semaine prochaine, pour le numéro 3 de What’s Up Confinement, avec les aptitudes de couture de notre secrétaire générale Adèle… bon courage à vous, et portez-vous bien ! 

Les vidéos de Keziah et Carmen : https://linktr.ee/lateenproduction 

Les chansons d’Elisa, l’amie de Keziah : https://www.youtube.com/channel/UCFzyFh6PFl_QifFosJJ39YQ

Les recettes de Kipo : https://instagram.com/__kipoo__?igshid=rpc4rt2sue4c 

Paul Philipon 

Paul Philipon

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.