On’

Le rugby français en proie à des divisions internes

Le monde du sport doit s’adapter aux mesures et restrictions liées à la pandémie du COVID-19. L’ovalie n’y échappe pas notamment le rugby français qui fait également face à des luttes internes intenses. 

Le calme avant la tempête

Tout avait pourtant si bien commencé. Fabien Galthié est nommé sélectionneur du XV de France masculin en novembre 2019 et impose son fonctionnement et son plan de jeu à l’Équipe de France avec l’aide du nouveau manager, Raphaël Ibanez. La nouvelle formule fonctionne car dès le Tournoi des 6 Nations 2020, le XV de France est métamorphosé : 3 victoires en 4 matchs dont deux de rang face à l’Angleterre et une au Pays de Galles. 

C’était sans compter sur l’imprévu : la pandémie du COVID-19, qui vient bousculer la “flèche du temps” si précieuse au duo Galthié/Ibanez. Car l’objectif est clair, depuis sa prise de fonction à la tête du XV de France, Fabien Galthié a tout organisé pour que ses joueurs soient prêts pour la Coupe du monde de 2023 qui se déroulera en France. Le Tournoi des 6 Nations est obligé de s’arrêter avant son terme en même temps que le monde se confine pour faire face à la pandémie. La France n’a pas pu jouer son dernier match contre l’Irlande. La tournée de juillet 2020, prévue en Argentine, est aussi annulée, privant le XV de France de trois matchs internationaux de préparation en vue de 2023. Le plan de Fabien Galthié doit être retravaillé. 

Une nouvelle organisation à trouver

World Rugby (organisme international qui gère le rugby à XV et à VII -), Six Nations Rugby et les fédérations décident que pour combler le manque de matchs internationaux, mais aussi, pour remplir les caisses, de revoir l’organisation de la fenêtre automnale. Le Conseil de World Rugby indique que les joueurs internationaux devront être mis à disposition de leurs équipes nationales durant 7 semaines pour 6 matchs, entre le 24 octobre et le 5 décembre 2020. Il est précisé dans le communiqué que les premiers week-end du 24 et 31 octobre permettront de jouer les derniers matchs du Tournoi 2020 qui n’ont pu se tenir. Le dernier match prévu entre la France et l’Irlande se jouera donc le 31 octobre, même dans un Stade de France désert (le couvre feu de 21h à 6h est imposé à la population), les droits télévisuels pourront rapporter de l’argent. 

S’ajoute, une nouvelle compétition organisée par Six Nations Rugby, nommée l’Autumn Cup où 8 équipes s’affronteront durant quatre week-end. On retrouve les six équipes européennes qui composent le Tournoi des 6 Nations ainsi que la Géorgie et les Fidji. Le XV de France doit donc jouer cinq matchs entre le 31 octobre et le 5 décembre avec seulement un week-end de pause. La Ligue Nationale de Rugby (LNR), en charge du rugby professionnel et représentante des clubs, pourvoyeurs des joueurs pour l’équipe nationale et employeurs (salaire versé par le club), accepte l’effort de jouer cinq matchs internationaux à la place de trois (initialement prévus pour la Tournée de novembre 2020). 

Des luttes intestines qui font rage 

L’acte de solidarité de la LNR pour le rugby français aurait pu se suffire à lui-même mais cela ne pouvait effacer les réels besoins économiques des fédérations durant cette crise sanitaire sans précédent. La Fédération Française de Rugby (FFR) a décidé qu’un sixième match international se jouera entre la France et le Pays de Galles le 24 octobre. Ce match est désigné comme un “warm-up”, un “test match”. Il n’a donc ni lien avec le Tournoi des 6 Nations 2020 ni avec la nouvelle compétition créée (Autumn Cup). Ce sixième match qui sort un peu de nulle part est la goutte d’eau de trop pour la LNR dont les relations avec la FFR ne sont pas au beau fixe depuis déjà plusieurs années. Les temps sont durs, la crise sanitaire a des effets désastreux pour l’économie des clubs qui sont obligés de jouer leur match presque à huis-clos. Se séparer de leurs internationaux plus de 5 semaines alors que l’effort avait déjà été fait de la part des clubs est une ligne rouge qu’il ne faudrait pas franchir. 

Bernard Laporte, président de la FFR, réélu le 3 octobre dernier avec 51% des voix malgré des ennuis judiciaires, mais aussi vice-président de World Rugby n’en démord pas, ce sixième match se jouera : Les gens s’imaginent que c’est Bernard Laporte qui décide, que c’est le roi. Mais ce n’est pas ça, c’est World Rugby qui décide. (…) Si je ne fais pas les six matchs, je serai sanctionné et on va me demander de sanctionner les clubs...”. La LNR et les clubs, aussi, ne souhaitent pas se laisser faire et sont prêts à défendre leurs droits. La discussion et les négociations sont devenues impossible entre les deux institutions au vu des très fortes tensions, à tel point que la LNR avec le soutien des clubs dépose à la mi-septembre un recours en référé auprès du tribunal administratif. L’affaire sportive se joue dorénavant devant les tribunaux. Le 9 octobre le Conseil d’État, la plus haute instance administrative, a rendu sa décision. Par le biais de communiqué de presse, la FFR et la LNR ont partagé leurs avis sur celle-ci : le Conseil d’État leur donne raison … à toutes les deux ! 

Cette situation ubuesque semble prendre fin le jeudi 15 octobre. En effet, un accord a vu le jour après que le ministère des sports ait mis la pression aux deux parties pour qu’elles s’entendent. Les six matchs se joueront cet automne. Néanmoins, un même joueur ne pourra être inscrit sur seulement trois feuilles de match. Les joueurs non retenus pourront être renvoyés dans leurs clubs. Pour la semaine de pause du 2 novembre, 28 joueurs seront mis à disposition des clubs. 

On pourrait résumer cette situation en “farce à la française” comme l’a fait le site gallois WalesOnline mais cette dernière met une fois de plus en avant les âpres luttes internes que connaît le rugby français depuis plusieurs années et que le COVID-19 a remis en lumière. 

Paloma Auzéau

Image de couverture : Bernard Laporte (président de la FFR) et Paul Goze (président de la LNR) / © Le Parisien – Jean-Baptiste Quentin

Paloma Auzeau

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.