On’

Sorties ciné du 11/08

De fille à adolescente puis femme, de science-fiction à thriller puis drame…  les films de cette semaine mettent à l’honneur les femmes. Des États-Unis à la Chine en passant par l’Arabie Saoudite, leur condition révèle certains problèmes sociaux profonds. En les illustrant dans leurs combats et dans leur pluralité, le cinéma contribue à son échelle, à lutter contre ces problèmes. 

Light of my Life de Casey Affleck

Light of my Life est le second film de Casey Affleck. Connu pour travailler en famille, en 2007 il aide son grand frère Ben Affleck pour son premier film, Gone Baby Gone. En 2010, c’est Joachim Phoenix, son beau-frère, qui le soutient dans la réalisation de son docu fiction I’m Still Here. De même, à l’image de ces films, Light of my Life trouve son origine dans le cocon familial. En effet, père de deux enfants avides d’aventures, c’est par la création de récits grandioses qu’il parvint à contenter leur imagination. C’est de ces récits qu’émergea Light of my Life, un « film sur la parentalité, la tradition orale et le rôle des contes dans l’éducation des enfants » selon son auteur. 

Résumé : Dans un futur proche où la population féminine a été éradiquée, un père tâche de protéger Rag, sa fille unique, miraculeusement épargnée. Dans ce monde brutal dominé par les instincts primaires, la survie passe par une stricte discipline, faite de fuite permanente et de subterfuges. Mais il le sait, son plus grand défi est ailleurs : alors que tout s’effondre, comment maintenir l’illusion d’un quotidien insouciant et préserver la complicité avec sa fille ?

The Crossing de Bai Xue

The Crossing est le premier long métrage de la réalisatrice chinoise Bai Xue. Dans celui-ci, elle s’attache à retranscrire la réalité des « enfants transfrontaliers » qui comme elle, évoluent entre la Chine et Hong Kong. Ainsi nous est narré le quotidien de Peipei, une lycéenne rêveuse. Entraînée dans une quête identitaire à la croisée de mondes que tout oppose, nous suivons son cheminement : incarnation d’une époque et d’une jeunesse. 

Résumé : Peipei est une lycéenne de 16 ans qui vit avec sa mère à Shenzen et étudie à Hong Kong. Avec sa meilleure amie Jo, elles rêvent de vivre un jour de Noël sous la neige au Japon. Alors que Peipei cherche du travail pour financer le voyage, le petit ami de Jo lui propose de se faire de l’argent en passant illégalement des téléphones portables par la frontière. D’abord craintive, Peipei prend de l’assurance quand les entrées d’argent se font plus importantes…

The Perfect Candidate de Haifaa Al-Mansour

Première réalisatrice saoudienne, Haifaa Al-Mansour présente The Perfect Candidate son second film tourné entièrement en Arabie Saoudite. Monarchie Absolue Islamique depuis 1932, c’est en 2013 avec la sortie de son long métrage Wadjda, qu’elle parvint à imposer le cinéma dans un pays où l’art était tabou. Depuis, dit-elle « a commencé une période passionnante pour les cinéastes de mon pays ». Suite à son engagement, il a été décidé l’ouverture des 40 premières salles de cinéma saoudiennes entre 2018 et 2022. Consciente de la portée son art, avec ce nouveau film la cinéaste entend généraliser ce mouvement de tolérance en incitant les femmes « traditionnelles et culturellement conservatrices, d’épouser ce changement » affirme-t-elle. 

Résumé : Maryam est médecin dans la clinique d’une petite ville d’Arabie Saoudite. Alors qu’elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion. Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent. Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville. Mais comment une femme peut-elle faire campagne dans ce pays ?

Jesse Eko Ebongue 

Jesse Eko Ebongue

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.