On’

What’s Up Paris #43

« Ne pouvoir se passer de Paris, marque de bêtise ; ne plus l’aimer signe de décadence », ce n’est pas nous qui le disons, mais Flaubert ! Alors, soyons raisonnables et écoutons le clairvoyant auteur de L’Éducation sentimentale, qui ne nous a jusqu’ici jamais déçu par ses pointilleuses analyses de la société. En 2020, la capitale de l’art de vivre parvient encore à nous surprendre, parfois pour le pire, mais souvent pour le meilleur. Passons donc tout de suite aux recommandations de la rédac’ !

Samedi 25 juillet – confrontez les musiques actuelles à celles des 90’s, dans un dancing nostalgique dans le Xe

Pour évoquer les musiques de leurs folles années, nos parents nous disent souvent que « C’était mieux avant ». En opposant « Michael Jackson, Michel Berger et Gainsbourg » à « Bieber, Maitre Gims & Kaaris », le dancing « Les Étoiles » semble défendre cette thèse. En tous les cas, que vous soyez critique musical « intertemporel » ou simple nostalgique, cet ancien théâtre centenaire transformé en night-club vous convie sur sa piste pour une soirée mémorable. Au programme, de minuit à six heures du matin : « tous les tubes de ces 40 dernières années »… 

https://www.facebook.com/events/2517149224973558/?event_time_id=2517149411640206

Dimanche 26 juillet – Pitch me et sa « jam session »… ou comment allier le juste et le moral à l’agréable

Face à la menace persistante du coronavirus, nous vivons un processus de renfermement des individus, qui menace les liens sociaux. Ainsi, il devient fondamental d’inventer des moyens de maintenir des interactions et, par la même occasion, de les redéfinir et les réorganiser dans la visée d’une meilleure vie en communauté. Pitch me contribue à cet objectif : loin d’être seulement un steakhouse ou un bar chaleureux, il s’agit plutôt d’un véritable espace d’échange, une « zone d’autonomie partagée », dans laquelle chacun peut apporter un fragment de soi, que cela soit par sa cuisine ou par ses talents musicaux et littéraires, qu’il est possible de partager avec la salle. 

Cette semaine, c’est la « jam session » de ce lieu multifonction qui est mise en avant. La magie ensorcelante de l’improvisation musicale participative s’associera parfaitement avec l’envoûtement éthylique des cocktails de la maison (à consommer avec modération, n’est-ce pas ?). En outre, aucune raison de culpabiliser du bon temps passé, puisque l’évènement est en soutien au personnel soignant de l’hôpital Ténon. Comment refuser un plaisir altruiste ?

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/614927789434152/ 

Lundi 27 juillet – l’exposition 59, présentant les artistes du « 59 Rivoli » : symbole d’un changement de mentalité dans le monde de l’art ?

Le 1er novembre 1999, Gaspard Delanoë, Kalex, et Bruno Dumont forcent la serrure d’un bâtiment haussmannien laissé à l’abandon, et y établissent leur propre collectif d’artistes ; situé au numéro 59 de la rue de Rivoli, c’est tout naturellement que ce regroupement prend le nom de « 59 Rivoli ». Devenant un symbole de la création artistique, le projet est tantôt adulé par les amateurs d’art, tantôt décrié par la ville, qui sort plusieurs fois la menace de l’expulsion… Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes : au total, chaque année, au moins 70 000 visiteurs poussent la porte de cet atelier atypique. Une autre preuve de la reconnaissance progressive du lieu est l’exposition « 59 », à la Galerie Grand E’terna (VIIIe arrondissement ; du 2 juillet au 29 août). Exposition collective dévoilant quatorze artistes du 59 Rivoli, elle nous prouve l’approbation de lieux d’expositions plus académiques, envers un art ayant longtemps fait polémique. 

Le coup de cœur de la rédac : l’artiste Francesco Bouhbal (cofondateur du 59 Rivoli), qui dit lui-même de son œuvre qu’elle « n’est pas conceptuelle. La matière, le mouvement, le processus de création, et le tangible doivent prévaloir. Passerelles pour l’émotion, les sens et l’imaginaire ». Sa peinture que j’ai choisie représente une jeune femme un peu triste. Sublimée par une sorte de feu formé des couleurs rouge, jaune et bleu, sa silhouette offre un résultat à la fois tonique et doux : un résultat intéressant pour les yeux !

Pour vous laisser transporter par l’exposition « 59 », rendez-vous sur le site officiel du 59 Rivoli : https://www.59rivoli.org/2020/07/08/59/.

Mardi 28 juillet – toutes les étoiles du ciel seront mises dans tes yeux… mais pas parce que ton père est un voleur ! 

Les mauvais dragueurs n’auront jamais été si proches de la vérité : mardi, les multiples constellations traverseront bien vos mirettes, grâce à l’Association Française d’Astronomie qui organise des sessions d’observation dans presque tous les parcs de la capitale. Durant tout l’été, des Buttes-Chaumont au parc Montsouris, en passant par les jardins d’Éole, des montreurs du ciel vous fourniront télescopes et autres instruments en tous genres pour admirer de près les merveilles de l’espace. Rien de mieux que d’oublier ses préoccupations prosaïques et de se faire emporter dans la danse nébuleuse de corps célestes le temps d’un instant. 

Ce 28 juillet, c’est dans le pittoresque parc André Citroën du XVème que se dérouleront les réjouissances. Rendez-vous donc à cet évènement gratuit, et laissez les astres illuminer (littéralement !) votre soirée. Les détails de la rencontre sont décrits dans le lien suivant : https://www.afastronomie.fr/paris?fbclid=IwAR076P9W50MMF_tmzqsOFTbNrNSwn_GTGTI4DyGd14SmgWAxV3U2VGY-ZfA 

L’événement Facebook consacré au dispositif « Paris sous les étoiles », répertoriant les dates pour tous les parcs de Paris : https://www.facebook.com/events/1011733089249822/.

Mercredi 29 juillet – le temps d’un été, initiez-vous aux tips « éco-responsables » et ludiques offerts par la REcyclerie

Depuis sa désaffectation en 1993, l’ancienne ligne de chemin de fer « la Petite Ceinture » offre un cadre verdoyant et reposant aux curieux qui s’y engagent. Cet été, sous l’initiative de la REcyclerie, l’art se lie à la biodiversité abritée par ce refuge parisien ; exposition engagée, promenade sonore immersive et participation à une belle fresque, vous seront proposées en entrée libre. Mais ce tiers-lieu éco-responsable prodigue également des conseils concrets et ludiques pour réduire son empreinte carbone : ainsi, les amoureux de la cuisine assisteront à des stages conviviaux pour appendre à créer et entretenir leur propre « potager urbain ». À la clé : de futurs petits plats bons, plus sains, et produits localement !  

Pour découvrir tous les événements réalisés à la Recyclerie en juillet et en août, cliquez ici : http://www.larecyclerie.com/programmation/?fbclid=IwAR0S_6ltsGv_MTwfLY_57woY56IVsglFCg5rAHU-0YYCvDFvXIYt9fTs0as.

Jeudi 30 juillet – fuyez la canicule, lors d’une après-midi mouillée à l’île de loisirs de Cergy-Pontoise

À seulement une heure en RER A de la Capitale à partir de Châtelet, l’île de loisirs de Cergy-Pontoise est une bonne occasion d’expérimenter un été parisien plus doux. Pour 4€ par personne (tarif étudiant), vous pourrez prendre une bonne baignade rafraichissante, ou bronzer sur une plage de sable fin de 5000m². Les plus aventureux auront leur dose de sensations fortes, avec des séances de rafting ou de ski-nautique proposées à un tarif dérisoire (20€ et 21€/heure). Des pédalos sont également disponibles à la location, promettant de belles promenades entre amis autour de l’étang…

Informations supplémentaires et tickets sur : https://cergy-pontoise.iledeloisirs.fr/

Vendredi 31 juillet – « du rosé, des cocktails et des copains » : rejoignez La croisière s’amuse, en embarquant à bord du River’s King

Tous les vendredis, la péniche du River’s King vous accueille à partir de 19h, dans une atmosphère bucolique offerte par sa proximité avec le Jardin des Plantes. Vers 21h, la péniche quitte le quai Saint-Bernard pour se lancer dans une folle croisière. Tout en admirant le panorama parisien sur la terrasse du navire, vous serez bercés par un DJ doté d’une sélection musicale éclectique. Une fois revenue sur terre, l’une des plus grandes salles de réception navigante de Paris continuera d’honorer son titre, en vous servant des street food faits maison et créatifs, composés à partir de produits frais. Vous pourrez prolonger l’évasion en compagnie de vos amis jusqu’à 2h du matin, assis sur les quais de Seine avec un cocktail ou un verre de rosé…

Pour plus d’informations, voir la page « J’peux Pas J’ai Péniche ! Croisière & Douceur tous les vendredis » sur Facebook : https://www.facebook.com/events/802558810275170/ (comptez 10 €/personne pour l’accès à la péniche).

Paul Philipon et Antoine Leclerc

Propos et peinture de Francesco Bouhbal issus du site http://cargocollective.com. Crédits photos : http://facebook.com, http://afastronomie.fr, http://unpetitpoissurdix.fr, http://tripadvisor.fr, http://lesitedespeniches.fr

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.