On’

10 raisons de découvrir les films de Pedro Almodóvar

Comme pour Truffaut, Demy ou Dolan, Pedro Almodóvar est un cinéaste dont il faut avoir vu la filmographie. Je compte donc vous présenter dans cet article dix bonnes raisons de découvrir le cinéma de ce septuagénaire, illustre représentant de la nouvelle vague espagnole. A l’instar du poète Catalan Joan Maragall, le réalisateur propose lui aussi une ode à l’Espagne traditionnelle, moderne et inclusive qu’il chérit tant.

Vous pouvez regardez la bande annonce du film Rétrospective ici :

https://www.youtube.com/watch?v=8odZ1o5D0iw

1. Les couleurs

Almodóvar est un réalisateur haut en couleur… Depuis son premier film Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier, sorti en 1980, il n’a jamais cessé de présenter des intérieurs saillants. Parapluies multicolores, vêtements pailletés, rayés et éclatants, sont un trait caractéristique de son univers. De plus, rien n’est laissé au hasard. Chaque couleur porte une signification et une symbolique très forte comme le rouge dans tous ses films, mais aussi bien des couleurs chaudes ou froides en fonction des émotions de la séquence.

2. La sincérité

Également scénariste, Almodóvar représente les difficultés du quotidien presque à la manière d’une telenovela dans Femmes au bord de la crise de nerfs. Il est aussi question de dépression, d’engagement social avec son film La mauvaise éducation, de sa carrière et de son homosexualité dans Douleur et gloire, de vérité, de tabous, de culpabilité et de famille comme dans Volver. Beaucoup de ses films se déroulent à Madrid, sa ville d’adoption. De plus, le fait que son frère Agustín joue et produise ses films avec leur boîte de production illustre bien ce dévouement personnel.

Scène du film Douleur et gloire

3. La poésie

Ses films sont un véritable hommage aux amants perdus, aux femmes, aux douleurs et aux retrouvailles. Son rapport au corps et à l’érotisme est très particulier. Il en dévoile les plaisirs comme les douleurs, toujours avec profondeur, puissance et parfois cruauté. En effet, c’est souvent des amours folles et passionnelles qui mènent au drame comme pour Attache moi ! ou La loi du désir… En parallèle, le théâtre et la mise en scène sont des thèmes récurrents à l’intérieur de l’histoire, qui racontent le processus d’inspiration et de création des artistes avec quelques muses et beaucoup de lettres d’amour.

Scène issue du film Julieta

4. Les décors

Quel que soit le scénario, Almodóvar arrive à créer des scènes splendides. Que ça soit au bord d’un lac paisible, dans une cuisine, une église ou une voiture léopard, il impose une esthétique toujours très travaillée jusque dans les moindres détails.

Scène d’Attache-moi
Scène du film La mauvaise éducation

5. L’originalité

Les plans sont audacieux et novateurs, il va même jusqu’à incruster des schémas en 3D comme dans son dernier film Douleur et gloire. Un travail original largement récompensé car le cinéaste compte à son actif une quasi cinquantaine de prix gagnés tout au long de sa carrière. Enfin, les scènes de théâtre sont omniprésentes, ce qui crée des mises en abîme assez déconcertantes.

6. Les personnages

Certains acteurs lui sont fétiches comme Antonio Banderas depuis 1982, Pénélope Cruz, Carmen Maura, Victoria Abril ou Rossy de Palma. Ses personnages sont très expressifs et authentiques. Almodóvar raconte l’histoire de séducteurs tout comme de femmes qui s’affirment, surnommées les « chicas Almodóvar ». Le réalisateur Espagnol est aussi très inclusif. Il met en scène des transsexuels dans beaucoup de films comme Tout sur ma mère, mais également un aveugle dans Etreintes brisées, des toxicomanes, une femme de maison débordée dans Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? et une chanteuse punk dans Le Labyrinthe des passions

Étreintes brisées
Les amants passagers: avion, sexe et confidences | Le Soleil - Québec
Les amants passagers

7. L’humour :

Souvent exubérant, parfois absurde comme dans Kika. Son ciné c’est des gifles, des flingues, des baisers langoureux et du gazpacho volant dans Femmes au bord de la crise de nerfs ou encore une médium nymphomane et des stewards gogo dancers dans Les amants passagers ! Ce n’est pas caractéristique de son cinéma mais ça vaut le détour.

Scène issue du film Attache-moi

8. Les émotions

Le cinéaste nous plonge autant dans la nostalgie d’une enfance que dans la gravité d’un deuil. Il y a des fous rires, l’adrénaline d’une course-poursuite, le désir ardent d’une romance, une prise d’otages et quelques meurtres… Le film Julieta, qui traite de la blessure d’un manque ou Étreintes brisées sont les plus émouvants selon moi. Almodóvar aime se frotter au drame, tout en évitant l’appellation de mélodrame qu’il trouve moins rigoureux et synthétique, quitte à se réapproprier le genre. 

9. La réalisation

Le mouvement a une grande importance dans son cinéma. Des gros plans, des lignes, des contre-plongée… Un travail très inspiré que le monteur José Salcedo n’aura cessé de sublimer pendant près de 40 ans avant de décéder en 2017. Julieta sorti en 2016 est selon moi, l’ultime illustration de ce travail minutieux.

La loi du désir

10. La musique

Elle accompagne toujours l’histoire à la perfection. Tension, tristesse, mambo, chants religieux, folk, accordéon, flamenco, boléros… Tout y passe ! Elle permet d’accentuer encore davantage la scène et de nous immerger dans l’histoire sans aucun détachement. Comme pour le montage, c’est le fruit d’une collaboration de plus de 20 ans avec le compositeur Alberto Iglesias qui rend les bandes originales si convaincantes. Celle de La piel que habito est un chef d’œuvre.

Extrait de La piel que habito

Et puis si ces raisons ne vous suffisent toujours pas, cela vous permettra d’améliorer votre niveau en espagnol… Qu’à cela ne tienne, adiós los lectores !  

Image de présentation issue du film Tout sur ma mère

Cynthia Zantout

Cynthia Zantout

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.