On’

Christo, disparition d’un artiste global


On le connaît pour ses projets grandioses d’empaquetage et d’emballage, en co-création avec Jeanne-Claude, sa compagne. Ils s’emparaient de monuments comme le Pont-Neuf de Paris, en 1985, qu’ils avaient enveloppé d’un polyester ocre-jaune, ou comme le Reichstag à Berlin, en 1995… Le report de son projet incorporant l’Arc de Triomphe, qu’il avait en tête depuis 1962, avait été annoncé, et sa mise en oeuvre était prévue pour septembre 2021, à cause de la crise sanitaire. Le projet est finalement annulé, car l’artiste est décédé à 85 ans, le 31 mai 2020, à New York. 

Projet sur les îles Biscayne à Miami en mai 1983 (https://courrierdesameriques.com/2018/09/26/expo-sur-les-iles-entourees-par-christo-et-jeanne-claude-a-miami/)


Une vie de créations avec sa compagne Jeanne-Claude

Après le décès de sa compagne Jeanne-Claude, en 2008, il prit le large avec la création artistique. 

On peut définir les artistes comme résolument contemporains. Lui Bulgare, elle Française, ils obtiendront la nationalité américaine et choisiront New-York comme lieu de domicile. 

Dans un reportage d’Arte, on le découvre mauvais en technologies, attachant, éternel blagueur, passionné, accessible avec les enfants, et déterminé. Par ses multiples conférences, notamment universitaires, il voulait partager sa passion artistique.

Le projet documentaire rend hommage à l’artiste décédé le 31 mai 2020 à New York et présente son projet initial, pensé avec Jeanne-Claude en 1970, « The Floating Piers » (“Les jetées flottantes”) où un pont est construit temporairement sur le lac d’Iseo, en Lombardie. Ce projet verra finalement le jour en 2016. Trois kilomètres de marche sur l’eau. Aérienne, aqueuse, éthérée, divine… quels adjectifs pour une oeuvre si singulière ? Philanthrope engagé, il contribue à une oeuvre du pape François en Afrique cette même année.

Un travail de drapés

Travail de la matière, passion de la forme, rêveur accompli. 

Il engueule son équipe avec verve quand il n’arrive pas au bout de ses visions. Il défend ses idées auprès de Vladimir, un de ses assistants qui le fait indubitablement préciser ce qu’il souhaite mettre en oeuvre, au nom de l’art, pour approcher la perfection. 

On redécouvre ainsi le Pont-Neuf drapé élégamment. 

Il travaille la couleur là où on ne l’attend pas. On se rappelle notamment l’encerclement des îles Biscayne à Miami par du propylène rose fushia, ou le Reichstag, d’un gris argenté rappelant les origines du brutalisme, toutefois revisité. 

Tel un iceberg, cet aplat blanc vient accomplir un rêve de tous les âges : marcher sur l’eau, à l’instar de créatures jouissant de super-pouvoirs. 

Redécouvrir l’espace, le paysage à 180 degrés seulement en tournant sur soi, le lac d’Iseo et ses montagnes imposantes, son froid conservant l’ambiance d’un arrêt dans le temps, l’exploiter en le respectant. Il peut enfin réaliser un projet aux allures de rêve. 

Et la matière de ces 220 000 cubes blancs assemblés les uns aux autres avec le même nombre de vis est immense, les projets sont toujours pensés pendant de longues années avant d’être accomplis. Il a utilisé avec son équipe pour ce projet 195 ancres, de 5 000 tonnes chacune. Seize jours d’installation au total pour « The Floating Piers » bien que la très grosse affluence du projet l’ait fait grandement douter de son maintien jusqu’à la date annoncée, par raisons de sécurités. Il a finalement trouvé une entente avec les autorités afin de restreindre le nombre de visiteurs sur l’installation. 

En collaboration avec le gouvernement italien et le préfet, tous les financements sont les siens, il puise dans ce que lui a donc rapporté sa vie d’artiste, il tient à préciser qu’il n’y a pas eu de mécénat. C’est un projet qui représente plus de vingt millions de dollars américains. 

Projet Running Fence, California, Sonoma and Marin Counties, California , 1972-76

Les éléments comme clés de sa création

Les photographies de sa création “Floating Piers” parviennent, avec brio, à capter l’ampleur de l’installation et le calme plat. 

Aléas climatiques oblige, le suspens réside sur le jour de l’inauguration, à cause de pluies importantes. 

Une équipe importante, tant dans les airs que sur la terre ou dans l’eau. Couturiers, hélicoptères, bateaux, oeuvrent à étaler et fixer par des mousquetons un tissu jaune soleil, orange mouillé qui permet de rendre plus visible la performance de loin ou en photographie mais aussi, peut-être, de connecter les éléments : ici le soleil, ou encore le feu avec l’eau.

Projet sur le Pont-Neuf à Paris en 1985


Ce sera finalement dans la nuit que l’oeuvre pourra être finalisée, en tendant le tissu une fois sec, après une demi-journée de pluie. 

L’inauguration, magistrale, aura enfin lieu sous l’égide du soleil et des cloches de la ville. 30 000 personnes étaient présentes. 

Christo fut un artiste global, que l’on peut voir sous le prisme de la performance.  

Photographie The Floating Piers project en plongée, tirée de designboom.com lac d’Iséo, Italie

Screenshot de la dernière image du film d’Arte, les mains de Christo en premier plan et le désert d’Abu Dhabi en second plan, réalisation Andrey M Paounov, 2018


Ses oeuvres sont toujours éphémères, non reproduites. L’image de fin du documentaire d’Arte, magnifique, semble saluer la direction de la photographie du film, aussi magnétique que l’oeuvre de Christo lui-même. On voit ici le travail de la matière lui-même, son inspiration puisant dans les éléments naturels : ici, le désert d’Abu Dhabi, majestueux, tel l’étendue d’un lac et les mains de l’artiste magnifiquement abîmées par le travail et le passage du temps. Il y puisera son projet -qui était en cours depuis 1977- The Mastaba.

Christo The Mastaba (Project for United Arab Emirates) Drawing 2009 in two parts  :
Pencil, charcoal, wax crayon, pastel, technical data and map  15 x 65″ and 42 x 65″ (38 x 165 cm and 106.6 x 165 cm)  Photo: Wolfgang Volz  © 2009 Christo  Ref. # 5-2009 , tiré du site de l’artiste https://christojeanneclaude.net/projects/the-mastaba )

Une rétrospective sur la vie et carrière des deux artistes est prévue par le Centre Pompidou du 1er juillet au 19 octobre. Réservation en ligne obligatoire. 

https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-c0a1759d-b14c-4969-988e-286f48305c75&param.idSource=FR_E-5d4cd406-038e-4c4c-a77d-3266b293a2dd

Le lien du documentaire : https://www.arte.tv/fr/videos/090151-000-A/christo-walking-on-water/

Le site des deux artistes : https://christojeanneclaude.net/projects/the-floating-piers

Esquisse du projet de l’Arc de Triomphe. 

Jeanne Aulanier

Jeanne Aulanier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.