On’

La bande dessinée sportive : une histoire de genre ?

Album Michel VaillantAffaire à suivre 

En cette période de confinement, vous avez peut-être eu l’envie, pour vous occuper en l’absence de compétitions, de vous plonger dans une bande dessinée relatant les exploits sportifs de vos héros préférés. Mais qu’en est-il des héroïnes ?

La bande dessinée a longtemps été un monde d’hommes. A cause de la censure en place sur les publications destinées à la jeunesse, les femmes n’ont longtemps eu qu’un rôle secondaire. A partir des années 1970, cependant, de nombreuses héroïnes voient le jour, mais peu dans le domaine du sport. 

Des sports collectifs qui placent les femmes au second rang

En effectuant une simple recherche « BD Sport » sur le site Amazon, il est facile de se rendre compte de la place moindre qui est accordée aux femmes dans les bandes dessinées sportives. En effet, le premier résultat proposé, en ce mois de mai 2020, apparaît à la onzième place. Il s’agit du dix-huitième tome de la série Les Rugbymen, de Poupard et Béka, intitulé poétiquement Le rugby c’est un sport de gonzesse. Ce nouvel opus, paru en février, donne sans conteste une place importante aux femmes dans une activité sportive encore majoritairement considérée comme masculine. Cependant, et malgré le caractère humoristique évident de la série, le fait que l’entraîneure de l’équipe des « Paillettes » se nomme Madame Grololo rappelle que la place donnée aux femmes reste stéréotypée et sexualisée.

Un autre cas intéressant est celui du football. En effet, depuis l’édition 2019 de la Coupe du Monde Féminine qui s’est tenue en France, ce sport a connu une hausse évidente de sa visibilité, au moins dans l’Hexagone. Pourtant, de manière paradoxale, rares sont les ouvrages mettant en scène des équipes féminines. Un premier tome de Filles de foot est paru récemment, et la série Foot 2 Rue rappellera des souvenirs. Cependant, ces deux exemples sont destinés à la jeunesse, et force est de constater que dans les publications plus généralistes, les femmes sont absentes du football. Dans le même temps, les plus importantes équipes de Ligue 1 disposent de leur propre série de bande-dessinées, comme la PSG Academy du Paris Saint-Germain, rédigée et dessinée par Mariolle, Bento et Perdorolle ou le Droit au but de l’Olympique de Marseille, écrit par Agnello Zampano et dessiné par Garréra. 


Des sports individuels où la place des femmes est revalorisée

De manière surprenante, ce sont les ouvrages de sports mécaniques qui semblent offrir la plus grande place aux femmes, peut être car, étant des sports individuels, ils permettent une meilleure scénarisation autour d’une héroïne. 

L’exemple le plus parlant est évidemment l’immense œuvre de Jean Graton, Michel Vaillant, qui, depuis 1957 met en scène toutes les facettes du sport automobile, en donnant une part importante aux personnages féminins. En effet, et même si certains des premiers albums laissent encore entendre que le sport automobile est une « affaire d’hommes », très rapidement, dès le premier tiers des années 1960, les personnages fictifs féminins s’embarquent dans des rallyes et des courses d’endurance. A l’époque, la démarche est novatrice et plait beaucoup. Dans cette série, il n’existe aucune différence « genrée » (l’idée même n’existait pas encore dans la plupart des esprits dans les années 1960) en ce qui concerne la place des personnages. Allant même plus loin, Jean Graton, à partir de 1976, produit une série éponyme basée sur Julie Wood, jeune motarde américaine indépendante et très bonne pilote. La force de cet auteur aura à coup sûr été d’ancrer ses histoires dans la réalité et de pouvoir ainsi représenter la réalité du sport automobile et donc la part croissante de femmes pilotes sur les grilles de départ. 

Il est à remarquer ici que la place des femmes dans les bandes dessinées évolue non seulement en fonction des mentalités de l’époque, mais aussi en fonction des attentes du public. Si les ouvrages sur le football féminin ne fleurissent pas encore, c’est peut-être également car les audiences et retombées commerciales ne sont pas assez grandes pour que les éditeurs y voient un marché. A l’inverse, depuis les années 1960, les femmes sont présentes en sport automobile et il paraîtrait étrange de dessiner une BD sans qu’on y croise une femme ayant un rôle majeur. Comme dans bien d’autres domaines artistiques, le Neuvième Art est fortement influencé par le contexte de création dans lequel il se place. 

Tristan GIL 

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please check your username/hashtag.