On’

Carte postale : cap sur l’Espagne (partie 4/4)

Marisol nous offre des cartes postales de son voyage en Espagne. Voici la dernière. Attention départ imminent !

21 avril 2020: Oviedo: un musée à l’air libre!

Oviedo, telle une capitale de principauté digne de ce nom, offre une vie culturelle exceptionnelle (n’ayons pas peur des grands mots). Pour ne citer qu’un exemple, mentionnons celui du Prix Princesse des Asturies qui s’y déroule depuis octobre 1981. C’est le plus prestigieux prix espagnol, délivré par la Fondation Princesse des Asturies. Il récompense des travaux d’envergure internationale dans huit catégories : arts, sports, sciences sociales, communication et humanités, concorde, coopération internationale, recherche scientifique et technique et lettres.

Mais le sujet sur lequel nous allons nous concentrer aujourd’hui est, disons, plus original. Si vous avez passé ne serait-ce qu’une matinée à Oviedo, quelque chose aura sans nul doute frappé votre esprit (il suffit d’être un minimum observateur). Si ça n’est pas le cas, laissez-moi vous faire part d’une particularité propre à cette ville: une centaine de statues peuple les rues de Vetusta. Un vieux monsieur assis sur un banc regarde les passants, un chien attend son maître patiemment, une menina surveille le va-et-vient des gens près de gare routière, une bande de fesses anime le rond-point le  plus emprunté de la cité, des chevaux se font admirer place de la Escandalera. 

Commençons donc la balade dans le vieille ville: place del Fontan, le marché couvert: c’est l’une de mes places préférées d’Oviedo. Lorsqu’arrivent les beaux jours, les balcons colorés fleurissent cette espèce de grande cour animée. C’est en quelques sortes un lieu de rendez-vous, aussi bien pour les carbayones que pour les touristes. C’est ici que nous pouvons discuter avec la “belle Lola”, qui est perdue dans ses pensées, où qui observe quelque chose qui nous échappe, à  nous simples spectateurs néophytes.  Cette statue a été donnée par la mairie de Torrevieja (province d’Alicante) à Oviedo, lors du jumelage des deux villes.

La voilà, avec son air mélancolique, elle fait fi des passants!

A l’extérieur de la place, là où chaque week-end un petit marché s’y déroule (on peut notamment acheter de vieux bouquins pour 3 sous), nous partons à la rencontre des très célèbres “vendeuses du Fontan”, qui n’ont jamais terminé de vendre! Si vous recherchez un pot en terre cuite, adressez-vous à elles, les leurs sont d’une qualité indéniable! La preuve, depuis le temps qu’elles sont là, il n’y en n’a jamais eu un ne serait-ce que fêlé!

N’hésitez pas à leur demander votre chemin, je pense qu’elles connaissent les rues d’Oviedo comme leur poche! Mais pour l’instant, laissons-les à leur commerce, voilà un groupe de touristes qui s’approche! Hasta luego señoras!

Continuons notre route  vers la place de la mairie. Cependant, ici nous ne rencontrerons personne! Aucune statue n’ose s’y aventurer. Elles préfèrent les lieux plus discrets ! Un peu plus loin, nous arrivons dans un lieu enchanteur: la place Trascorrales! J’espère que vous aimez le poisson, car si c’est le cas, vous ne serez pas déçu(e): voici la poissonnière et le vendeur de poisson:

S’ennuie-t-elle ou est-elle simplement rêveuse? Posez-lui la question pour voir. J’ai bien essayé, mais elle n’a pas daigné me répondre! Peut-être aurez-vous plus de chance!

Attention, poussez-vous, la laitière aimerait passer avec son âne! OUF, il était moins une! Elle passe par cette place tous les jours à la même heure , tout le monde attend ce moment avec impatience. La marche lente du burro fait tinter les brocs chargés de lait tiède!

Après avoir pu nous enivrer de l’odeur de la morue, et nous délecter de lait tiède, faisons quelques pas en arrière et retournons place de mairie pour ensuite nous diriger vers la place de la cathédrale: ici se trouve quelqu’un que vous connaissez déjà bien: j’ai nommé : “La Régente”!

Mais de grosses gouttes de pluie commencent à tomber. Quelques coup de tonnerre se font entendre! Nous ferions mieux de nous abriter! A demain pour poursuivre notre balade à la rencontre du peuple muet d’Oviedo!

Marisol Roullier

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.