On’

COVID 19 – une vision simplifiée (3/4)

Aujourd’hui, mettons encore le cap sur le coronavirus ! Un étudiant en médecine et en première ligne de la crise sanitaire nous explique comment fonctionne le Covid.

Partie 3: Organisation des hôpitaux pour répondre à la crise sanitaire

Comment la France fait face à la crise sanitaire de COVID-19 : Plan ORSAN REB, plan Blanc et plan Bleu.

Le SARS-COV-2, virus responsable de la pandémie de COVID-19, avec son caractère mortel, virulent et sa vitesse de contamination extraordinairement rapide, a ravagé presque tous les pays du monde. Depuis l’émergence du virus en Janvier 2020 et l’apparition des premiers cas en France en Février 2020, plusieurs dispositifs ont été mis en place par les autorités sanitaires françaises, en fonction de l’évolution de l’épidémie afin de mieux répondre à la crise sanitaire de COVID-19. Je vous propose d’étudier ces mesures sur deux aspects : la nature et l’évolutivité des dispositifs en fonction de l’évolution de l’épidémie.

1. Le plan ORSAN (Organisation de la Réponse du système de santé en situations Sanitaires exceptionnelles): dispositif créé en 2014 pour répondre à cinq type d’événement :

ORSAN AMAVI : accueil massif des victimes non contaminées

ORSAN CLIM : pris en charge de nombreux patient suite à un phénomène climatique

– ORSAN EPI-VAC : gestion d’une épidémie ou pandémie sur le territoire national, pouvant comprendre l’organisation d’une campagne de vaccination exceptionnelle par le système de santé

– ORSAN BIO : prise en charge d’un risque biologique connu ou émergent

– ORSAN NRC : prise en charge d’un risque nucléaire, radiologique ou chimique

Le plan ORSAN mis en place en réponse à la crise sanitaire de COVID-19 s’appelle ORSAN REB (risque épidémique et biologique). Ce plan a été déclenché par le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran  le 29 Février 2020 « en lien avec toutes les Agences Régionales de Santé, à la sortie de la réunion d’urgence qui a eu lieu à l’hôtel Matignon ».

2. Le plan Blanc : déprogrammation nationale des activités programmées, consultations et interventions, en vue d’une mobilisation des équipes médicales et paramédicales ainsi que les moyens matériels des établissements de santé en cas de crise sanitaire.

3. Le plan Bleu : dispositif spécifique pour les établissement médico-sociaux , les EHPAD (établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes) ou les établissements pour les personnes handicapées, mise en place en cas de crise sanitaire ou climatique.

L’évolution des mesures mises en place en fonction de la cinétique pandémique

Stade 1 et 2 : pas de circulation active du virus. Les dispositifs mis en place sont pour but d’assurer le prise en charge des patients et d’endiguer la propagation du virus. La stratégie d’endiguement repose sur 6 actions clés : (1) dépister les patients suspects, (2) protéger les soignants, (3) prendre en charge des patients graves, (4) assurer le classement des patients, (5) alerter l’ARS et orienter les patients, (6) prendre en charge les contacts. D’autres mesures pourraient être le contrôle des portes d’entrée dans le pays (aéroport, port, gare,…) afin de limiter l’importation du virus à partir des pays à risque.

Stade 3 : stade épidémique (circulation active du virus). Les dispositifs mis en place correspondent  à la stratégie d’atténuation. Les actions clés sont : (1) protéger les personnes à risque, (2) prendre en charge des patients avec signe de gravité en hospitalier, (3) prendre en charge des patients sans signe de gravité en ambulatoire. La prise en charge passe d’individuelle à collective, ce qui nécessite une mobilisation de tous les secteurs du système sanitaire (hôpital, médecine de ville, établissement médico-sociaux,…).

Pendant le confinement national (18/3 – 11/5), la France était en stade 3- stade épidémique du COVID-19, ce qui justifie une mise en place des dispositifs plus strictes et rigoureux sur l’ensemble du territoire. Le retour au stade 2 ou 1 après le 11/5 reste à démontrer.

La mobilisation des personnels de santé

Les personnels soignants des spécialités dont les activités (consultation, intervention) sont déprogrammées à cause du COVID-19 (chirurgien, dermatologue, ophtalmologue, pédiatre,…) se sont portés volontaires pour aider leurs confrères/consœurs dans les services COVID en faisant plusieurs fonctions différentes : brancardier, régulateur, aide-soignant,… Les étudiants en médecine en externat ou externe pour les intimes ont été réquisitionnés pour prêter main forte aux équipes soignantes dans les services COVID (réanimation, unité de soin intensif, unité de hospitalisation conventionnelle, SAMU). Plusieurs fonctions différentes leur ont été données : infirmier, aide-soignant, régulateur, soutien psychologique, participation à des essais cliniques,…  Les étudiants en soin infirmier ont été mobilisés pour travailler comme leur aînés diplômés. Les étudiants en pharmacie ont été aussi mobilisés pour renforcer les pharmacies en ville. Tout ceci était pour but d’assurer une prise en charge de qualité des patients, limiter la circulation du virus et mettre fin à cette pandémie diabolique.

En conclusion, le COVID-19 est une crise sanitaire de grande ampleur qui a ravagé plusieurs pays, dont le notre. Tout le système de santé de la France a été mis en alerte et tourner à son maximum.  Le confinement est terminé mais le virus est toujours là, circuler entre nous et une deuxième vague pourrait venir à n’importe quel moment. Portez vous bien, prenez soin de vous et de vos proches, respectez les gestes barrières. Ensemble, nous allons vaincre le SARS-COV-2 !

Dans la dernière partie de cette série dédiée à la crise sanitaire, nous allons aborder quelques cibles thérapeutiques potentielles et comment les experts envisageront un retour à la vie totalement normale.

Référence :

Trung Vu

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.