/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); On’ se remémore #3 - On’
On’

On’ se remémore #3

Car rien n’est joué en sport, l’équipe de la Troisième Mi-temps vous fait revivre deux moments qui ont écrit l’histoire dans les dernières secondes : Kohei Uchimura et Floria Gueï entrent dans la légende. 

[Jeux Olympiques 2016] – Kohei Uchimura, plutôt deux fois qu’une 

L’enjeu était immense pour l’équipe japonaise de gymnastique masculine aux Jeux Olympiques 2016 à Rio de Janeiro. En effet, ses membres se trouvaient dans la position de candidats sérieux à la victoire dont Kohei Uchimura qui visait une seconde médaille d’or au concours général individuel. 

La HSBC Arena se transforme en véritable chaudron dans lequel se mélangent drapeaux, public, athlètes et agrès. La Japon s’y présente en position de favori ayant déjà remporté les championnats du monde de gymnastique en 2015. Parmi les membres de l’équipe, Kohei Uchimura a le plus à perdre… ou à gagner car tenant de la médaille d’or du concours général individuel aux Jeux de Londres de 2012. 

L’équipe remporte sans encombre le concours général par équipes. Uchimura ne quittera pas le Brésil les mains vides. Mais le plus important est à venir. Il le sait, les noms des athlètes vainqueurs durent plus longtemps que celui des équipes. Pourtant, depuis deux jours, il sait qu’il a été battu lors des qualifications pour le concours général individuel. Et à ce jeu, c’est l’Ukrainien Oleh Vernyayev qui s’est montré le plus fort. Il devance son concurrent Japonais de 1,4 points. Mais Uchimura ne voit pas cette seconde position comme une défaite, plus comme une motivation. Et le 10 août, jour de la finale, il est déterminé à remporter sa seconde médaille d’or. 

Les deux athlètes se surpassent, défient sans encombre les agrès, semblent les survoler, tournoyer dans les airs. Quand enfin tout se termine, les scores tombent. Uchimura remporte le concours général individuel 0,99 points devant Vernyayev ! Sur les six agrès, chacun a été meilleur sur trois. Ce n’est que parce qu’Uchimura a creusé un écart plus important qu’il a été sacré à la place de l’Ukrainien. Qu’importe, son nom rejoint désormais les rangs très étroits des doubles vainqueurs olympiques consécutifs. 

Pour Uchimura, ces Jeux ont été ceux de la confirmation et de la reconnaissance. Ayant gagné aussi bien avec son équipe qu’en individuel, il est parvenu à remettre le Japon sur le devant de la scène de la gymnastique internationale. Quant à Vernyayev, il quitte le Brésil avec la médaille d’or des barres parallèles. En 2017, au cours des championnats d’Europe de gymnastique en Roumanie, il remporte deux médailles d’or. Aux Jeux de Tokyo en 2021, si la rencontre entre les deux champions se produit à nouveau, sur les terres d’Uchimura, elle sera passionnante à suivre.

Pour (re)découvrir le parcours de Kohei Uchimura : 

[Athlétisme] – Championnats d’Europe 2014 : Un finish de folie !

Zurich accueille les championnats d’Europe d’athlétisme en 2014. L’équipe de France établira son record de médailles (24) lors de ces championnats, plus que toute autre nation. Parmi les neuf titres que remportera la France, celui du relai 4x400m féminin restera tout particulièrement dans les mémoires.

Nous sommes le dernier jour de la compétition où se déroulent habituellement les relais. L’équipe de France d’athlétisme mise davantage sur les relais courts (100 et 200) pour chercher la plus belle des médailles. Outsider lors de la finale avec ses compatriotes, Muriel Hurtis (championne du monde en 2003 lors du relais 4x100m) dispute alors la dernière course de sa carrière.

Marie Gayot, Muriel Hurtis puis Agnès Raharolahy prennent tour à tour le relais et la France est alors en quatrième position lorsque Floria Gueï prend le départ pour le dernier tour de piste. Distancée par la Grande-Bretagne, la Russie et l’Ukraine, on pense alors que le rêve de médaille ne peut que nous échapper. Les commentateurs ne laissent guère de doute : « il n’y aura pas de podium pour le 4×400 français parce que là on ne revient pas ». 

Pourtant, Gueï se rapproche peu à peu et ce n’est que lors du dernier virage qu’une médaille est accessible en cas de finish de feu. Mieux que cela, la Française va rattraper une à une ses concurrentes dans les tous derniers mètres de la course et finira par s’imposer d’un souffle devant l’Ukraine et la Grande-Bretagne ! 

Revoir la fin de cette course, c’est se rappeler qu’en sport rien n’est jamais terminé avant la ligne d’arrivée franchie. Floria Gueï nous l’a magnifiquement rappelé avec une course que l’on ne peut réaliser qu’une fois dans une vie.

Le dernier tour en vidéo : 

Alan GAUTHIER et Tristan GIL

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .