On’

La Semaine en bref du 16/02

Encore une semaine chargée en actus que vous n’avez pas bien suivi ? Pas de panique On’ est là pour vous. Entre un vent de renouveau sur le César, le discours de la Palestine à l’ONU, un scandale dans la course à la mairie de Paris, et Matteo Salvini devant la justice italienne pour séquestration de migrants voici votre Semaine En Bref. 

Vent de renouveau aux César

Alors que dimanche dernier les Oscars décernaient pour la première fois le prix du meilleur film à un film en langue étrangère, Parasite de Bong Joon Ho, de nombreuses personnalités du cinéma français ont signé cette semaine une tribune afin de dénoncer l’élitisme et le manque de modernité au sein de l’Académie des César. Ils mettent en cause notamment l’opacité de la gouvernance, le vieillissement des membres et la gestion autocratique du président Alain Terzian. Ils demandent plus de démocratie et de parité.

C’est un nouveau coup dur pour l’Académie qui avait déjà été sous le feu des critiques en nommant dans douze catégories le film J’accuse du célèbre pédocriminel Roman Polanski. Face à ces scandales la direction de l’Académie des César a annoncé sa démission collective. L’organisation d’une assemblée générale est prévue après la cérémonie des César, qui se déroulera le 28 février, afin d’élire une nouvelle direction et de mettre en place les mesures de modernisation attendues.

Ce qu’en dit Le Monde

La Palestine à l’ONU

Suite au plan de paix israélo-américain, la réaction du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas était attendue. Il a prononcé mardi un discours devant le Conseil de Sécurité des Nation Unies dans lequel il dénonce la construction d’un Etat palestinien « fragmenté » et évoque une situation « d’apartheid ». Ce projet propose notamment la création d’une capitale palestinienne à Abou Dis alors que les palestiniens souhaitent Jérusalem-Est. Il propose aussi une redéfinition des frontières dans la vallée du Jourdain et un Etat démilitarisé, ce que Mahmoud Abbas dénonce comme une atteinte à la souveraineté du peuple palestinien.

Peu avant son discours de nombreux palestiniens ont défilé en Cisjordanie et sur la banque de Gaza en soutient de leur leader. Un nouveau bras de fer s’engage avec, comme à leur habitude, les Etats Unis aux commandes. Alors que la Palestine souhaitait demander au Conseil de Sécurité le vote d’une résolution rejetant le plan de paix, elle a du y renoncer face aux pressions américaines sur les pays la soutenant. Mais les négociations ne sont pas closes et vont se poursuivre.

Ce qu’en dit Le Monde

Abandon dans la course à la mairie de Paris

Drôle de Saint Valentin pour Benjamin Griveaux qui a vu partir en fumée en quelques heures son rêve d’être le prochain maire de Paris ainsi que l’image de famille parfaite qu’il avait construite durant sa campagne. En cause, la diffusion de vidéos à caractère sexuel impliquant le candidat et de captures écrans de conversations personnelles avec une femme autre que son épouse. Face à un tel scandale il a décidé d’abandonner la course à la mairie de Paris. Il a pu compter sur le soutient de la classe politique qui s’accorde pour dénoncer l’ignominie d’un tel acte.

Le Parisien a fait une rétrospective de la campagne du candidat de La République En Marche, et force est de constater que bien qu’annoncé en sauveur de Paris, il n’a jamais réussi à s’imposer en leader. On doit ces révélations à l’exilé russe Piotr Pavlenski notamment connu pour ses performances trash dénonçant le régime de Poutine. Il a avoué au micro de BFM TV qu’il allait continuer les révélations de ce type car il souhaite que les responsables politiques soient honnêtes. Les politiciens doivent être entrain de trembler face à l’inclusion d’un nouveau facteur dans le jeu politique, l’honnêteté. 

Ce qu’en dit Le Parisien

Accusation de séquestration de migrants pour Salvini

Le sénateur italien, chef de l’extrême droite, Mattéo Salvini a vu son immunité parlementaire levée par le Sénat et doit maintenant faire face à la justice pour abus de pouvoir et séquestration de personnes. L’été dernier le navire militaire Gregoretti avait pris à son bord 140 migrants venant de Libye. Certains avaient peu être évacués pour raisons médicales mais 116 étaient restés sur le navire pendant près d’une semaine. Ministre de l’intérieur à cette époque, Salvini avait fait adopté une loi renforçant ses pouvoirs, lui permettant de limiter et d’interdire l’entrée de navires pour des raisons de sécurité publique. Il n’avait alors pas délivré l’autorisation de débarquer au navire.

Mais ce n’est pas tout puisque le 27 février prochain une commission du Sénat devra statuer sur une demande de renvoie en justice concernant le navire humanitaire Open Arms, bloqué sur ordre de Salvini en août dernier pendant plusieurs jours. S’il est condamné en dernière instance par la Cour de Cassation italienne il encourt une peine d’inéligibilité de six à huit ans. Un retour de médaille pour le sénateur qui a fondé ses succès sur une politique raciste anti migrants.

Ce qu’en dit Le Figaro

Cassandre Bourdon

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.