On’

Des études de rêve et de prestige au Royaume-Uni, mais à quel prix ?

Angéline nous rapporte les propos de Rosie, une étudiante en Angleterre qui a daigné nous accorder une interview à propos des études au Royaume-Uni.

La réputation qu’ont les universités d’Oxford et de Cambridge séduit bon nombre d’étudiants outre-manche. Le Royaume-Uni est une destination prisée des étudiants étrangers, à Oxford ils représenteraient un tiers de la population estudiantine. C’est le gouvernement qui fixe les frais de scolarité, en 2018, ils s’élevaient à 9 250 livres par an, soit près de 10 970 euros. Ces frais s’appliquent à l’échelle nationale, que vous alliez à l’université de Cambridge, Londres ou bien Birmingham.

Pour les étudiants étrangers, le prix à payer est différent et peut atteindre le double. Il est commun pour les jeunes britanniques de contracter un prêt étudiant qu’ils rembourseront après l’obtention d’un emploi. De plus, la somme à rembourser dépendra du montant du salaire qu’ils percevront ! A travers une brève entrevue accordée par Rosie, assistante de musique dans un lycée du Yorkshire, nous en apprenons un peu plus sur le système universitaire britannique et sur coût de la vie des étudiants. 

  • Pourrais-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Rosie, j’ai 21 ans. Je suis de la région de Londres et je suis allée à l’université de Durham. 

  • Quel est ton poste à Ampleforth College ?

Je suis l’assistante de musique, j’ai également une responsabilité pastorale. J’aide le département de musique la moitié du temps, autrement je travaille au sein de Bede’s House.

  • Qu’est-ce que ton poste en tant qu’assistante de musique implique ?

J’aide lors d’activités parascolaires, notamment avec l’orchestre : je joue de la trompette et aide les trompettistes. J’aide également les choristes et je chante avec eux lors de la messe dominicale. Je m’occupe aussi des tâches administratives et des musiques destinées au choeur et à l’orchestre. J’interviens lors des cours de théorie de la musique au collège et à SMA (Saint Martin’s Ampleforth, école primaire

  • Qu’as-tu étudié avant de venir travailler ici ?

J’ai étudié la musique !

  • Avais-tu déjà d’autres expériences professionnelles auparavant ?

J’avais donné des cours particuliers de musique à des enfants, principalement de trompette, de chant, et de piano, mais à part ça, non !

Université de Durham (tatler.com)
  • Peux-tu me parler de la vie étudiante au Royaume-Uni ?

Au Royaume-Uni, c’est assez important de partir de chez soi et d’acquérir une expérience de vie loin de notre région d’origine ! C’est donc l’occasion d’aller quelque part de complètement différent. En ce qui me concerne, je viens de Londres, je suis allée à l’école dans le centre puis je suis rentrée à l’université de Durham. Bien que ce soit considéré comme une grande ville puisqu’il y a une cathédrale, c’est en fait assez petit. La différence était donc bien réelle, en plus de venir du sud-est pour déménager dans le nord-est ! La culture y est très différente, les gens, la manière de vivre … En plus, on est comme à l’intérieur d’une bulle, notre journée repose principalement sur ce que l’université a à nous proposer en matière d’activités : les événements, les cours, les sorties etc… Tout tourne autour de la fac. 

  • La vie est chère pour les étudiants britanniques ?

Oui ! Car on paie déjà 9 000 livres l’année, sans compter le logement qui est très cher : 130 livres par semaine, et ça n’inclut pas la nourriture… Même lorsqu’on déménage en deuxième et troisième année, les loyers restent élevés à Durham. Bien que Durham soit une région pauvre, la ville reste chère car les gens prennent en compte la présence considérable des étudiants et ils en profitent ! Par contre, si on sort, le prix des verres est beaucoup plus abordable, j’étais surprise quand je suis retournée à Londres : un double (verre comportant la quantité d’alcool fois deux) coûtait 8 livres alors qu’à Durham c’est 2 livres !

  • Peux-tu me parler des prêts étudiants, comment ça fonctionne ?

Je commencerais à rembourser mon prêt étudiant dès que je gagnerais au moins 22 000 livres par an. Pour le moment je n’ai pas besoin de le rembourser ! Mais en fait, beaucoup de gens ne remboursent finalement pas leur prêt étudiant : en général ce sont plus les médecins, les avocats qui remboursent parfois même plus que ce qu’ils ne doivent ! Par exemple, ils peuvent devoir 27 000 livres mais rendent entre 40 000 et 50 000 livres !

  • Et il n’arrive rien à ceux qui ne remboursent pas leur dette ?

Non ! Je crois qu’une fois arrivé à 50 ans, la dette est effacée donc on n’a pas à la rembourser. 

  • Quels sont tes projets pour l’année à venir ?

L’année prochaine, je retourne à la fac : à l’université de Roehampton au sud-ouest de Londres, c’est près de chez moi donc je vais rester vivre là afin d’économiser de l’argent ! C’est trop cher de vivre autre part. Je vais faire mon PGCE primary, ce n’est pas un master, c’est un certificat d’éducation de deuxième cycle, c’est ce dont j’ai besoin pour devenir institutrice dans le primaire l’année suivante.

  • Ça te plairait de devenir professeur de musique ?

Pas pour le moment, le diplôme que je vais passer va essentiellement me permettre de devenir institutrice. Je pourrais tout enseigner mais je pourrais aussi me spécialiser dans la musique, donc si j’en ai assez d’enseigner toutes les matières, il me sera tout à fait possible d’enseigner exclusivement la musique.

  • Qu’est-ce que ton expérience à Ampleforth t’a apporté ? 

  Cela m’a non seulement confortée dans l’idée de devenir enseignante mais cela m’a aussi permis d’être plus ouverte et compréhensive face aux problèmes que peuvent rencontrer les élèves, surtout dans un cadre tel que le pensionnat. Tout ce qui tourne autour des problèmes familiaux, du stress, des disputes entre amis … ça nous amène à comprendre davantage les élèves et de se soucier de leur éducation tout en tâchant de les valoriser !

Propos recueillis et traduits par Angéline Perruchot

Crédits photo : Durham University

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'