On’

Docu-focus Netflix : Il était une fois… les féministes

Exit The Witcher et You, les nouveautés à ne pas louper sur Netflix se situent dans la rubrique… documentaire ! Souvent trop peu médiatisés lors de leur sortie, les documentaires produits ou diffusés par la plateforme abordent les thèmes d’actualité en multipliant les angles et les points de vue.

Dans le contexte actuel de libération de la parole des femmes, Netflix propose plusieurs documentaires qui retracent le parcours hors du communs des femmes qui se revendiquent féministes, des années 1970 à nos jours. Focus sur deux d’entre eux : Féministes, à quoi pensaient-elles ? de Johanna Demetrakas. Et Gloria Allred, l’avocate des femmes de Roberta Grossman et Sophie Sartain.

Féministes, à quoi pensaient-elles ? de Johanna Demetrakas

Un retour subtil et nuancé sur le réveil féministe dans les années 1970 aux Etats-Unis. 

C’est autour d’un livre de photographies que sont réunies des actrices, chanteuses et intellectuelles. Elles tournent les pages en attendant le moment où elles se reconnaîtront sur l’un des clichés. 50 ans les séparent de ce moment précis immortalisé par Cynthia MacAdams. On ne les reconnaît pas toujours. Leurs corps ont changé, leurs cheveux ont blanchi, mais leurs regards ne trompent pas.
Chaque photo fait revivre un souvenir et un moment de leur vie. Liés aux combats qu’elles ont menés : les victoires, mais aussi les injustices. 

Le regard qu’elles portent sur elles-mêmes est à la fois tendre et dur. Les victoires sont peu nombreuses et encore trop fragiles. Ces femmes sont lucides sur tout ce qu’il reste à accomplir. Sur la nécessité de poursuivre la lutte, qui n’a pas réellement évolué en un demi-siècle. 

C’est dans cette nuance que se dessine la justesse du documentaire. Johanna Demetrakas, la réalisatrice, capture les émotions sans tomber dans le travers des lieux communs sur la solidarité et l’espoir inconditionnel envers la cause. L’attention portée à saisir au mieux chaque histoire crée quelques longueurs. Les archives d’époque ne parviennent pas toujours à les effacer. Mais la force de ce documentaire est de montrer la réalité d’un combat sans occulter les doutes, les difficultés et les échecs qui l’accompagnent. Le rendant ainsi encore plus indispensable.  

Gloria Allred, l’avocate des femmesde Roberta Grossman et Sophie Sartain

Le portrait d’une femme au destin hollywoodien, devenue l’icône de la lutte pour le droit des femmes et des minorités aux Etats-Unis.

 Le rythme est soutenu, à l’image de la vie de Gloria Allred. Les scènes s’enchaînent et captent sans mal l’attention du spectateur grâce à une mise en scène et une narration soignées. On assiste à la création de celle qui deviendra la première avocate spécialisée dans les droits des femmes aux Etats-Unis. Et dans la lutte pour faire entendre la voix des victimes, notamment dans l’affaire Bill Cosby, quelques années avant le mouvement #metoo

Au-delà de son parcours brillant, tout l’enjeu tourne autour de la personnalité complexe et fascinante de Gloria Allred. A travers ses paroles et celles de ses proches, on découvre une femme qui se décrit elle-même comme « une survivante ». A l’image de celles qu’elle défend. Victime de nombreuses violences au cours de sa jeunesse, elle semble aujourd’hui imperturbable derrière un sourire assuré et mesuré. Souvent caricaturée en femme froide ou hystérique, elle oscille entre une profonde humanité et un controle presque permanent. Rien n’est laissé au hasard, car rien ne doit la détourner de ses combats.

La force de ce documentaire repose sur la finesse de la vision de Gloria Allred qui affirme et assume la situation de victime de chaque femme qu’elle défend sans jamais la réduire à ce statut. Son combat ne se limite pas aux droits des femmes. Elle soutient ouvertement la cause LGBT : car la lutte pour faire valoir ses droits est universelle et doit être fédératrice. 

Céline Surget

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.