On’

Portrait citadin 1 : Tlaxcala, ville du maïs

Tlaxcala en nahuatl, langue indigène encore pratiquée par environ 1,7 million de personnes,  signifie lieu de production du maïs. Le ton est donné. Tortilla à toutes les sauces. Sous toutes les formes. Plus ou moins garnies, plus ou moins croustillantes. La variété est telle que même les locaux s’y perdent.

Un squelette urbain

Dans ma première déambulation je réfléchis à ce qu’est une ville. Un centre s’organisant autour d’institutions pratiques. La mairie, la poste. Et une place centrale que l’on nomme au « zocalo » soit « socle » , une référence ironique au socle de la statue équestre de Carlos IV, longtemps restée sans… statue. Juste un socle donc. 

Le Zocalo de CDMX (Ciudad de Mexico), ou Place de la Constitution est d’ailleurs la place la plus impressionnante puisqu’elle mesure 240 mètres de côté. Elle abrite des manifestations en tout genre qu’elles soient climatiques ou politiques. On trouve y aussi des diseurs de bonne aventure. Cette place s’avère être un véritable point de rencontre, au milieu de cette ville tentaculaire, là où jadis s’érigeait le marché aztèque de l’ancienne Mexico – Tenochtitlan. 

Le zocalo de Tlaxcala, lui, est plus humble. Une fontaine régit le centre du zocalo où le marché artisanal s’organise. Devant le Palais du Gouvernement (Palacio del Gobierno), se tient, tous les lundis, l’hommage au drapeau, cérémonie solennelle et hautement patriote. C’est aussi là où les stands de comidas corridas s’alignent (stands de nourriture de rue), sur le trottoir, gênant allègrement le passage.

Les bâtiments religieux sont nombreux, comme témoignage d’une colonisation spirituelle. Néanmoins, il s’agit de joyaux architecturaux, témoin de l’exubérance du baroque local. Mes élèves m’expliquent dans un français qui traduit plein d’efforts, l’histoire de la ville, en suivant les murales du Palacio du Gobierno. Ils ont été réalisés par un peintre au nom nahuatl qui testera ma diction : Desiderio Hernández Xochitiotzin. 

Une ville historique du colonialisme

Cette ville fait partie du plus petit état fédéral du Mexique du même nom, Tlaxcala. Celui-ci, souvent moqué pour sa petitesse jouit néanmoins de ressources importantes qui lui ont permis de lutter durant l’embargo économique que les Mayas ont mis en place en guise de revanche, lorsque la ville a décidé de s’allier avec les Espagnols.

Ainsi, le maguey est la plante servant à créer nombre de boissons aux effets plus ou moins enivrants comme le pulque (boisson divine en fin de fermentation dans votre estomac), la tequila, le mezcal… Et vous l’aurez compris par son nom, le maïs ne manque pas ici. Choix stratégique ou non, les colons ne leur en tiendront rigueur qu’un temps. La figure de la Malinche, traductrice pour Hernan Cortés, prend racine à Tlaxcala. Elle enfantera notamment du conquérant et ils vivront quelques années dans l’antre du Palais du gouvernement de la ville.

Une zone à la géographique sismologique

De plus, zone géographique intéressante, elle est encadrée par trois volcans : Cuatlapanga, la Malinche et Xalapasco , dont un en activité (la Malinche), qui constitue mon observation-rituel matinale. Tel le Mont Fiji, jamais un jour ne se ressemble dans les cimes de la Malinche. Plus loin, le Popocatepetl (ou Femme endormie), volcan en activité également. 

Curiosités tlaxcaltèques

La ville se situe à deux heures de la capitale et semble coincée dans le temps. Les routes sont pleines de nid de poules, les coqs chantent le matin, les maisons sont pleines de barbelés pour dissuader d’éventuels voleurs, et des cabines téléphoniques parsèment la ville. Le tacos à la canasta trouve son origine à Tlaxcala et dans la série Netflix Historia de los tacos, on lui rend même hommage le temps d’un épisode. Cette petite entité citadine observe une quiétude agréable bien que jouxtée par un village pratiquant le proxénétisme. 

Je rencontre des amis de l’alliance française. Un d’eux glisse avec humour : le Mexique est chaotique. Les seules choses pour lesquelles le pays est organisé sont le crime et une danse typique, ressemblant à notre madison français.

Crédits photos : https://www.lineadecontraste.com/se-preve-ambiente-templado-durante-el-dia-para-tlaxcala-2/ et Jeanne Aulanier

Jeanne Aulanier

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'