On’

Quand les médias festivalent

Cette rentrée 2019 est marquée par un grand nombre d’évènements impossibles à décompter. De ce flot a émergé une nouvelle tendance : de plus en plus de journaux ou magazines proposent leur propre festival, aux environs de Paris. Petit zoom sur cette nouveauté de la rentrée avec des conseils pour vous aider à faire votre choix.

La traditionnelle Fête de l’Humanité, un modèle qui connait des difficultés

Erigé comme modèle, la Fête de l’Humanité rassemble chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes au Parc de la Courneuve. Le choix des artistes séduira tous les âges, avec parfois des moments d’émotion uniques, comme cette année le dernier concert des Shaka Ponk, ou encore en 2017 avec le chanteur Renaud qui a su faire vibrer les foules alors même qu’il rencontrait de sérieux problèmes de santé.

Néanmoins, il est à noter l’engagement toujours plus déclinant des festivaliers. Ils sont de moins en moins nombreux à soutenir financièrement le journal qui connait des difficultés financières grandissantes. Toutefois, l’espace de l’Agora reste un lieu emblématique de débats. On retiendra l’échange animé cette année de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, et Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites. Suivi par mille personnes, cet évènement est emblématique de la portée politique que peut avoir un tel festival.

Chaque génération, chaque tempérament peut trouver son compte dans ce festival : si certains préféreront les concerts, d’autres se tourneront vers le Village du Livre avec sa centaine d’écrivains ; et d’autres encore préfèreront les stands mettant en valeur les produits régionaux. Maintenant, il reste à espérer que le festival trouvera la formule pour sauver de manière pérenne le journal, en grande perte de vitesse.

Pour en savoir plus, cliquez ici !

Le choix de la gratuité pour le Parisien

C’est un petit jeune qui a su clairement se démarquer des autres en proposant trois jours de concerts entièrement gratuits (27, 28 et 29 septembre 2019, à l’Hippodrome d’Auteuil). En effet, cette année, les artistes seront nombreux et il y en a pour tous les goûts.

Pour ceux qui aiment danser, The Avener, Suzane le premier jour; pour les fans de la nouvelle scène française, Eddy de Pretto, Clara Luciani, Aloïse Sauvage, entre autres. À cela s’ajoutent des stand-up de personnalités que vous avez dû déjà croiser sur les réseaux comme Verino, Roman Frayssinet ou Paul Mirabel.

Et si vous en voulez encore, les activités ne manquent pas : skate, pétanque, danse swing, badminton. Pour vous détendre, des séances de yoga, avec des niveaux différents, pour trouver le cours fait pour vous. Mais bon, jusque là, ça ressemble simplement à un espace détente.

C’est sans compter sur la touche « écolo » du festival qui propose pour 5€ des ateliers DIY (Do it yourself) pour faire sa lessive, ses déodorants, ou encore pour apprendre à cuisiner, optique « zéro déchets« . Il est possible de se renseigner sur les mobilités douces de la capitale ou encore d’assister à des conférences proposant des alternatives à la cuisine d’aujourd’hui. Même s’il faut s’inscrire et que les places sont limitées, cette édition nous fait de belles promesses, qui seront, on espère tenues.

Toutes les infos sur le festival à porté de clique !

Le Monde opte pour les conférences-débats

Encore peu connu le Monde Paris Festival propose cette année du 4 au 7 octobre l’édition « Imagine« , une proposition de débats, rencontres et spectacles dans trois lieux authentiques parisiens : l’Opéra Bastille, les Bouffes du Nord et le cinéma Beau Regard.

Chaque évènement coûte 7€, et avec un Pass, il est possible d’obtenir un tarif moins élevé. Les débats varient, allant des « Ingérences de Poutine » à la mise en question de l’avenir de la démocratie, en passant par une interrogation sur la représentation queer sur la scène. Les rencontres sont nombreuses : Delphine de Vigan, Enki Bilal, ou encore l’humoriste Fary.

Ce festival fait donc le choix d’évènements éparpillés, mais le système payant apporte une forme de sérénité. Chacun aura une place assise, pourra entendre les intervenants, voire même poser des questions. Mais, les festivaliers, si tant est qu’il est possible d’employer ce terme pour désigner le public, ne peuvent pas percevoir la force du groupe, pourtant si intrinsèque à cette notion de festival. Les attentes sont donc nombreuses, espérons que l’investissement en vaudra la peine.

La page du festival est accessible ici !

Une volonté de s’engager au maximum pour Têtu

Les 21 et 22 septembre, le Festival Paris est Têtu vous accueillera toujours à l’Hippodrome d’Auteuil pour fêter la diversité. A travers des rencontres, des échanges mais aussi des concerts, la tolérance sera une condition sine qua non pour profiter de cette programmation façonnée par le média LGBTQ+.

Pour la somme de 60€ (tarif étudiant), vous pourrez profiter des concerts de stars internationales qui mettent en avant la différence. Entre autres, vous pourrez entendre Jake Shears, membre du groupe Scissor Sisters, groupe ouvertement queer, et ce, dès les années 2000, ou alors découvrir, si ce n’est pas déjà le cas, le voguing auprès de Kiddy Smile, icône LGBT qui rythme non pas une simple soirée mais bien une véritable extravagance.

Si vous ne connaissez pas les noms qui constituent l’affiche de l’évènement, pas de panique ! Le site de l’évènement vous propose déjà des playlists éclectiques pour vous mettre dans l’ambiance. Et à côté de l’ambiance festive, de nombreux ateliers seront proposés, ainsi que des projections-débats. Même si le format jusqu’ici du festival est assez classique, le choix d’artistes politiquement engagés depuis le début, de toute génération est intéressant et permet de faire la différence avec les artistes de la Fête de l’Humanité qui n’affichent que trop timidement leurs opinions.

Pour découvrir les playlists du festival, c’est ici !

Les festivals s’annoncent donc nombreux et mettent en avant leur identité propre, grâce à des choix qui ne sont pas sans risque. Reste à savoir si les paris seront tenus, et surtout gagnés.

Quels que soient vos choix, n’hésitez pas à vous laisser vos impressions, vos critiques, et ce, pourquoi pas dans un article ?

Crédit Photo : Urman Lionel / SIPA

Victoria Yanes

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .