On’

Pour la première fois de notre Histoire, nous pouvons demander un référendum

C’est un événement historique. Pour la première fois de l’Histoire de la Ve République, un Référendum d’Initiative Partagée a été déclenché par des parlementaires opposés à la privatisation des Aéroports de Paris. Pour que ce référendum devienne réalité, il doit réunir 4,7 millions de signatures. Du pourquoi au comment, On’ vous dit tout ici. 

En juin 2018, le gouvernement annonçait son souhait de privatiser le très fructueux groupe Aéroports de Paris (ADP). Un an plus tard, ce sont 248 parlementaires de tous bords politiques (excepté le parti présidentiel) qui décident de s’unir pour déclencher un Référendum d’Initiative Partagée (RIP). Un seul but : que le peuple souverain lui-même déclare ADP « service public national », et rende donc ce fleuron aéroportuaire insusceptible de privatisation.

Un long chemin qui peut être franchi

La procédure de déclenchement dure RIP, instaurée avec la réforme constitutionnelle de 2008, est elle-même très complexe. Pour faire simple, elle doit suivre quatre grandes étapes :

1) Un cinquième des parlementaires doivent proposer ensemble une loi référendaire

2) Cette proposition de loi doit être validée par le Conseil Constitutionnel (l’instance juridique suprême qui vérifie entre autres la conformité des lois avec la Constitution)

3) Une fois validée par le Conseil Constitutionnel, la proposition de loi doit recueillir sur une plate-forme spéciale du Ministère de l’Intérieur le soutien d’au moins 10% des électeurs dans un délai de 9 mois. Dans notre cas, il s’agit précisément de 4 717 396 soutiens avant mars 2020.

4) Si le nombre de signatures est atteint et que les deux chambres du Parlement décident de ne pas revenir sur le texte de loi, le Président de la République est tenu d’organiser ledit référendum.

Les deux premières étapes ont été franchies avec un succès inespéré. La plate-forme de recueil des signatures est quant à elle ouverte depuis le 13 juin dernier et compte bientôt 700 000 signatures.

Comment soutenir le référendum ?

Chaque électeur a dès à présent son mot à dire. S’il soutient la demande d’organisation d’un référendum pour empêcher la privatisation d’ADP, il peut cliquer ici pour y remplir le formulaire de soutien, muni de son passeport ou de sa carte d’identité.

Il est important de renseigner ses informations avec attention, tant les bugs se sont multipliés depuis l’ouverture du site. Assurez-vous enfin de la bonne prise en compte de votre soutien en téléchargeant votre récépissé comme preuve de votre signature !

En cas de difficultés à signer 

Si vous êtes face à un site qui refuse de prendre en compte votre signature, ou si vous n’y comprenez tout simplement rien, il vous reste encore des cartouches dans votre besace :

• Rendez-vous sur www.signons.fr ou sur https://www.adprip.fr/signez.html pour consulter les conseils et erreurs à éviter.

• Le collectif www.signons.fr a lancé début septembre un numéro vert (gratuit) que vous pouvez appeler pour vous faire guider par des bénévoles. Le numéro est le 01.84.60.86.07.

• Les mairies sont désormais équipées de formulaires CERFA pour vous faire signer sur papier. Rendez-vous avec une pièce d’identité dans votre mairie, vous y serez guidé pour soutenir le référendum.

Bonne chance !

Crédits : AFP / Philippe LOPEZ

Le site on-media.fr rappelle qu’il ne tient aucun engagement moral ou politique. Les idées exprimées dans cet article sont celles du rédacteur.

Pablo Deharo Berlinzani

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.