On’

Lu et approuvé #3 : La source des mots d’Adèle Jaillet

L’été est là. Les vacances aussi. Pour lutter contre notre inactivité chronique sur les plages, les éditeurs ne savent plus quoi inventer pour nous inciter à acheter leurs polars sans suspense, bourrés de violence, ou encore leurs histoires d’amour à l’eau de rose qui sentent le classique reconditionné. Dans ce cas-là, que faire ? Se tourner vers les petites maisons d’édition indépendantes, qui regorgent de pépites, comme La Source des mots, petit ouvrage conseillé par une amie, qui a su égayer mes lectures de l’été.

Qu’il est bon parfois d’avoir un bel objet entre les mains !

Un livre sans couverture, sans image, juste pour le plaisir des mots. Voilà le projet proposé par Adèle Jaillet, rédactrice de On’ que vous avez sûrement déjà lue. Cette fois ci, c’est dans une perspective sinon biographique, au moins intimiste qu’elle nous raconte sa ou la découverte de l’écriture d’Estelle.

Et tout commence avec des lectures. Estelle est ce miroir du lecteur, qui aime s’enfoncer dans le vieux fauteuil du salon, ou le hamac pour se plonger dans le monde magique des mots. Lectrice avide de mots, Estelle lit tout ce qui lui tombe sous la main. Petite, elle se confronte à une quantité de mots qui la font rêver. L’identification est alors évidente, si bien qu’une fois entré dans le monde d’Estelle, impossible pour le lecteur de le quitter.

L’histoire d’une écriture

La source des mots, qu’elle est-elle ? Que recherche le personnage à travers cette quête infernale des mots ? Une plongée dans sa propre source à elle, une découverte de ses origines. Voici la quête, voici le chemin qui nous prend, nous emporte. Plus que cela, l’œuvre entière nous donne à lire une écriture qui se constitue sous nos yeux. Chaque apposition, chaque adjectif n’est qu’une petite pierre dans cette construction individuelle et dans la formation de la plume d’une écrivaine. La progression est alors autant stylistique qu’existentielle.

Une fois ce livre terminé, une seule envie reste : celle de trouver sa propre voix. Cette alliance du plaisir de la lecture mais aussi de l’incitation à l’écriture est autant plaisante qu’une expérience véritable de lecture créative. Et les vacances ne sont-elles pas la plus belle occasion de s’essayer à l’écriture ? Parce que les étudiants ont du talent et Adèle nous le montre bien !

Victoria Yanes

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.