On’

La Fortnite World Cup, une réussite en demi-teinte ?

Il y a peu s’est déroulée la Fortnite World Cup, après des mois de préparation et de qualification.  Il va de soi qu’un événement de cette ampleur pour le jeu le plus joué au monde était attendu au tournant par beaucoup de monde. Cela pouvait difficilement être parfait et que tout le monde n’allait pas être satisfait. Retour sur l’événement.

La Fortnite World Cup s’est déroulée ces 26, 27, et 28 juillet. Elle est l’aboutissement de plusieurs mois de travail acharné pour plus d’une centaine de joueurs du monde entier. Ils auront pour beaucoup  longuement bataillé afin d’obtenir leur invitation dans le mythique stade Arthur Ashe, qui accueille le tout aussi mythique US Open. Les voici alors à portée d’un titre mondial et des millions de dollars qui s’ensuivent. L’evenement était divisé trois jours et autant de catégories :

  • Le mode créatif
  • Le mode duo
  • Le mode solo

’événement a longuement été peaufiné par Epic Games. Ainsi les millions de spectateurs sur internet ( via Twitch et YouTube notamment) se souviennent de cet événement comme celui qui aura su briller plus que n’importe quel autre en cette année 2019. Bien qu’il ait brillé de par sa résonance médiatique, l’événement n’a pas pour autant su exceller dans tous domaines. De nombreux reproches ont été faits à Epic Games qui aura de quoi faire pour sublimer sa prochaine édition.

Un show avant d’être une compétition ?

Plusieurs présentateurs pour nous maintenir en haleine. Des interviews des gagnants de chaque manche pour avoir des ressentis à chaud. Et même la venue de Ninja, 15 millions d’abonnés sur  Twitch, pour apporter son analyse. Et puis, pour un show encore plus réussi, quoi de mieux qu’un concert ? C’est ce qu’a accordé Marchmello, dimanche, avant le commencement de la finale solo. Tout était visiblement réuni pour un spectacle d’anthologie, dont les spectateurs se souviendraient longtemps. Changeons la caméra d’angle désormais. Une retransmission saccadée des parties à cause d’un « mode spectateur » encore imparfait. Des joueurs avec un équipement qui n’est pas le leur, le retour de la voix des commentateurs dans le casque des compétiteurs, et des interviews entre les parties pour les sortir de leur concentration s’ils ont l’audace de gagner une partie. Il est vrai que jouer en se sachant épié par des millions de personnes n’est pas un facteur de pression déjà assez important, surtout lorsqu’on sait que la moyenne d’âge des finalistes était de 16 ans.

La déception française?

S’il y avait bien une nation qu pensait repartir de New-York couronnée de lauriers, c’était bien la notre. Avec 5 duos contenant au moins un français, et 6 joueurs qualifiés en solo, le public français était rempli d’attentes et d’espoirs, surtout que certains de nos joueurs étaient annoncés comme favoris. La chute n’en fut que plus belle lors de la finale duo, ou seul Skite a réussi à atteindre la 10e place avec son partenaire suisse Vato. Airwaks et Nikof eux, pronostiqués champions par beaucoup, (dont moi je dois l’avouer) finirent tristement à la 29e place, soit la pire prestation côté français.

Cette journée noire dernière nous, le public français attaque la compétition solo avec un désir de revanche, qui fut cette fois assouvi. En effet, Skite, encore une fois, prouve qu’il est le meilleur joueur français en se hissant à la 7e place, et son coéquipier, Nayte, le suit à la 8e place. Une relative meilleure performance qui redore le blason français à l’internationale, mais qui laisse Skite encore insatisfait.

Cette insatisfaction se comprend lorsque l’on sait que Bugha, le grand gagnant de la solo , finit 6 places plus haut que lui et empoche 3M de dollars , soit 2,5M de plus que lui. Ce sont des regrets que lui et tous les autres français pourront avoir, mais qui leur permettront de revenir encore meilleurs aux prochaines compétitions sur ce jeu, qui s’annoncent nombreuses.

Si les défauts de cet événement sont nombreux, on ne peut lui reprocher sa portée médiatique, la visibilité qu’il apporte à ce milieu e-sportif encore naissant, tout comme on ne peut reprocher à Epic Games le fait qu’il a changé considérablement depuis 2 ans la vie de milliers de joueurs, streamers, agents, managers, et autres créateurs de contenus. Cet événement contribue au changement de mentalités qui est nécessaire à notre époque sur les jeux vidéo. Oui, on peut gagner confortablement sa vie en jouant aux vidéos, mais oui il faudra énormément travailler pour y parvenir, comme partout ailleurs.

Quelques vidéos pour aller plus loin :

Bruno Esteban Garay

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'