On’

Sorties ciné du 19/06/2019

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue dans les sorties ciné. Cette semaine ensoleillée est gage de qualité, car placée sous le signe de la diversité. Au programme : une comédie barrée qui tourne au vinaigre, un drame bouleversant et un biopic virevoltant… Un conseil, accrochez-vous !

Le Daim de Quentin Dupieux

Présenté à l’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, cette comédie Franco-Belge jubilatoire avec Jean Dujardin, Adèle Haenel et Albert Delpy est un véritable coup de coeur.

Résumé : L’histoire est celle de Georges, 44 ans. Un homme parano et solitaire, en roue libre, qui décide de tout plaquer pour s’offrir un blouson 100% daim. Un objet pourtant si insignifiant, que Dupieux mystifie pour nous livrer une comédie loufoque sur la relation fétichiste et même morbide d’un homme et son vêtement. Un scénario a priori banal qui révèle les névroses d’une quête sanguinaire mystérieuse… L’occasion rêvée pour vous munir de vos camarguaises préférées.

Dirty God de Sacha Polak

Pour incarner le plus justement le rôle du personnage principal de ce drame, la réalisatrice néerlandaise a choisi de le confier à Vicky Knight. Défigurée à la suite d’un incendie criminel alors qu’elle n’avait que 8 ans, l’actrice de 23 ans confie que ce film lui a permis d’enfin s’accepter et de réaliser que son accident ne faisait pas d’elle un monstre. 

Résumé : Le visage à moitié brûlé et une petite fille de deux ans, c’est tout ce qu’il reste de la relation de Jade à son ex, qui l’a défigurée à l’acide. A la violence de cette relation amoureuse, succède désormais celle du regard des autres. Face à cette nouvelle vie qu’elle n’a pas choisie, Jade doit faire un choix : se laisser couler, ou s’accepter, réapprendre à sourire, et à aimer…

Noureev de Ralph Fiennes

Ce biopic britannique avec Oleg Ivenko, Adèle Exarchopoulos et Raphaël Personnaz met en scène la vie du jeune prodige du ballet du Kirov, Rudolf Noureev. Vivement critiqué avant même sa sortie, je vais tenter de vous donner quelques raisons d’aller voir ce film. Tout d’abord, pour l’artiste russe injustement méconnu qu’est Rudolf Noureev. Et rien que pour cela, le film a le mérite de lui rendre un bel hommage. Ensuite pour la grâce du ballet, des symphonies et du Paris des années 60. L’atmosphère et les personnages, même si je dois avouer que le jeu d’Adèle Exarchopoulos me déçoit beaucoup dans ces extraits… allez-y pour vous faire votre propre avis !

Résumé : A Paris, en juin 1961, pour se produire sur la scène de l’Opéra, fasciné par les folles nuits parisiennes et par la vie artistique et culturelle de la capitale, il se lie d’amitié avec Clara Saint, jeune femme introduite dans les milieux huppés. Mais les hommes du KGB chargés de le surveiller ne voient pas d’un bon œil ses fréquentations « occidentales » et le rappellent à l’ordre. Confronté à un terrible dilemme, Noureev devra faire un choix irrévocable, qui va bouleverser sa vie à jamais. Mais qui va le faire entrer dans l’Histoire.

Cynthia Zantout

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.