On’

La semaine en bref du 09/06 au 16/06

Vous n’avez pas du tout suivi l’actu de cette semaine ? On’ a préparé rien que pour vous un petit résumé de l’actualité de la semaine écoulée, histoire de ne pas perdre le fil ! Bon recap !

Le discours de politique générale d’Édouard Philippe

Cette semaine, afin de lancer l’acte II du quinquennat, Édouard Philippe a fait une DPG… Qu’est ce que c’est ? Une Déclaration de Politique Générale ! Entre le climat de contestation incarné par les gilets jaunes et l’échec des élections européennes, le gouvernement doit sortir de l’impasse. Cette seconde déclaration de politique générale du quinquennat a donc été l’occasion d’évoquer les futures mesures du gouvernement et d’énoncer le calendrier des réformes. Mercredi dernier, le Premier Ministre s’est d’abord présenté devant l’Assemblée Nationale. Puis, le lendemain, c’est devant le Sénat qu’il a présenté les grands chantiers qui attendent le gouvernement : PMA pour toutes, environnement, justice sociale ou encore réformes administratives.

A l’issue de son discours, les deux chambres doivent ensuite se prononcer sur la confiance qu’ils prêtent au gouvernement. L’Assemblée a confirmé sa confiance mais le Sénat (majorité à droite) a quant à lui a opté pour l’abstention. En effet, 181 sénateurs sur 345, soit la majorité, n’ont pas souhaité se prononcer. Dans son discours, Édouard Philippe n’a en tout cas pas manqué de reconnaître les erreurs passées. Enfin, il a assuré un changement de ton et de méthode pour cet acte II. L’avenir nous dira si ce tournant suffira pour apaiser l’opposition.

Ce qu’en dit Le Monde

La situation au Soudan

On vous en parlait déjà la semaine dernière, de nombreux manifestants luttent actuellement pour la démocratie et font face à une répression sanglante orchestrée par le gouvernement. Cette semaine, on a appris que le président déchu Omar Al-Béchir va comparaître pour corruption et possession illégale de devises étrangères. Pour rappel, il a été destitué du pouvoir le 11 avril dernier, après son arrestation par l’armée. Depuis cette destitution, c’est l’armée qui est justement au pouvoir, à travers le Conseil de Transition Militaire (CTM) dirigé par Abdel Fattah Al-Burhan. Jeudi dernier, Chamseddine Kabbachi, qui est le porte-parole du CTM, a pris la parole :

« Le Conseil militaire a décidé de disperser le sit-in et un plan a été établi en ce sens […] Mais nous regrettons que des erreurs se soient produites »

L’ordre de dispersion d’un sit-in au début du mois a ainsi été reconnu pour la première fois par le pouvoir. Cette répression s’était conclue par des dizaines de morts. Enfin, ce jeudi 13 juin a aussi été marqué par la reprise des discussions pour une transition démocratique, durable et pacifique. Deux jours auparavant, le mardi 11 juin, le mouvement de désobéissance civile avait pris fin afin de faciliter les pourparlers entre les deux camps.

Ce qu’en dit Courrier International

Ce qu’en dit France 24

La mobilisation à Hong-Kong

Dimanche dernier, une grande manifestation a eu lieu à Hong-Kong. Près d’un million de personnes se sont rassemblées pour s’opposer à un projet de loi qui autoriserait les extraditions vers la Chine. Une manifestation monstre pour une ville de 7 millions d’habitants. Cette mobilisation massive s’est poursuivie toute la semaine. Puis, samedi 15 juin, Carrie Lam, qui est à la tête de l’exécutif hongkongais, a annoncé la suspension du très controversé projet de loi lors d’une conférence de presse.

Mais cette annonce n’a pas freiné la mobilisation pour autant. En effet, le rassemblement prévu ce dimanche 16 juin a été maintenu. Les manifestants veulent poursuivre leur mobilisation jusqu’à l’obtention du retrait définitif du projet de loi. Ils souhaitent également obtenir la démission de Carrie Lam et une reconnaissance des violences policières. On’ ne manquera de vous tenir au courant de la suite des événements.

Ce qu’en dit Libération

Les grèves aux urgences

Ce mardi 11 juin a été une journée de mobilisation dans les milieux hospitaliers. Depuis près de 3 mois certains personnels des urgences sont en grève. Les soignants se joignent aussi à eux pour dénoncer le manque de moyens, la charge de travail et réclamer une hausse de la rémunération. Aujourd’hui, les services d’urgence souffrent de moyens insuffisants : pas assez de lits, locaux dégradés et bien sûr manque de personnel. Des insuffisances qui provoquent une mise en danger des patients, confrontés à une longue attente avant une prise en charge. De plus, une fois pris en charge le patient se retrouve parfois encore dans de mauvaises conditions, en raison du manque matériel des hôpitaux.

Le 6 juin dernier, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé une série de mesures. Elle a notamment avancé des financements pour certains services, des primes, ainsi que la mise en place d’une mission afin de refonder les urgences. D’ailleurs, le Sénat a adopté cette semaine la loi Santé visant à réorganiser l’ensemble les services hospitaliers. Cependant, l’ensemble de ces mesures sont jugées insuffisantes et trop tardives pour le personnel gréviste. Enfin, Agnès Buzyn a annoncé vendredi vouloir débloquer 70 millions d’euros pour des mesures immédiates, afin de soulager les services hospitaliers.

Ce qu’en dit France Info

Les dons de Notre-Dame

Ce samedi après-midi, s’est tenue la première messe à la cathédrale Notre-Dame depuis l’incendie du 15 avril. Deux mois après l’événement, c’est l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, casque de chantier sur la tête, qui a célébré la messe. Une première messe très symbolique et inédite qui a rassemblé un petit comité d’une trentaine d’hommes d’Eglise. Aucun fidèle n’a pu y assisté à cette célébration. Ils étaient rassemblés dans la chapelle de la Vierge, épargnée, éclairés par des lumières de chantier et entourés de filets de sécurité.

Parallèlement, on a appris cette semaine que seulement 9% des dons promis pour la restauration ont été versés. Les promesses de dons s’élevaient à 850 millions d’euros. Cependant les dons des grands mécènes, comme le groupe LVMH ou la famille Pinault, sont eux versés progressivement. Enfin certains face à l’afflux des dons n’ont finalement pas tenu leurs promesses financières. France Info nous apprend par exemple que la Fondation de France qui avait reçu 29 millions de promesses n’a finalement récolté que 9 millions d’euros pour l’instant.

Ce qu’en dit Le Figaro

Credit photo: Reuters/Stringer

Océane Caillat

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.