On’

Summer is coming

Ils approchent à grands pas… Non, ce ne sont pas les Marcheurs blancs qui menacent notre été mais les diktats qui reviennent comme chaque année pour la préparation du Summer Body.

Véritable phénomène de société, le Summer Body revient en force dès la fin de l’hiver. Magazines, sites internet, réseaux sociaux : tout le monde en parle. C’est plus qu’un thème récurrent à l’approche de l’été, il devient un mode de vie à part entière. Car il faut bien une année entière pour se préparer à deux semaines de vacances sur la plage…

La Quête du Graal

« Régimes minceur » et « Objectifs ventre plats » fleurissent sur les couvertures des magazines féminins. Car ce sont les femmes qui sont en première ligne, touchées par cette injonction à la minceur. Leur corps doit perdre ses kilos superflus pour pouvoir arborer un joli petit bikini sur la plage cet été. Certains médias en font même leur ligne éditoriale, comme « Fourchette et Bikini », dont le titre résume à merveille le concept.

Si le gras doit disparaître, les poils aussi ! L’étape de l’épilation, de plus en plus contestée, semble être une condition pour un Summer Body réussi. Mais que ces messieurs se rassurent, ils ne sont pas en reste : musculature et abdos sont aussi de mise pour marcher fièrement les pieds dans l’eau !
Une fois ce travail fourni, les efforts se poursuivent sous le soleil. Oubliez parasol et protection 50 : il faut bronzer ! Si les vacances se vivent, elles s’exhibent surtout sur les réseaux sociaux. Il faut faire pâlir d’envie ceux qui nous regardent grâce à un bronzage parfait !

C’est dès les années 1960, en France, qu’apparaît peu à peu cette injonction de minceur. Les femmes gagnent en liberté dans le choix de leur tenue avec la fin de certaines contraintes grâce notamment à la révolution de la mini-jupe. Mais le revers de médaille ne se fait pas attendre. Le corps doit s’adapter à la jupe et non l’inverse.

Le modèle à suivre s’uniformise au fil des ans : mince, sportive, bronzée. Et peu importe l’impact nocif que cela peut avoir sur la santé, tout est bon pour fondre avant l’été.

Le Gras fait de la résistance

Nous sommes en 2019. Toute la France est conquise par le Summer Body … Toute ? Non ! Car une communauté d’irréductibles rebelles résiste encore et toujours à l’envahisseur ! Face aux injonctions du corps parfait pour l’été, la résistance s’organise depuis déjà quelques années. Pas question de maltraiter son corps et son esprit pour suivre la mode. Chacun doit pouvoir assumer son corps tel qu’il est, sans complexe.

C’est en mai 2018 qu’un mouvement naît sur Twitter autour du hashtag lancée par l’humoriste Laura Calu. #Objectifbikinifermetagueule lutte contre la pression estivale d’un corps « parfait ». Elle prône l’acceptation de soi et de son corps. Si vous voulez en savoir plus, elle se prononce à ce sujet dans cette vidéo.

Je pense que la chose la plus importante c’est de se sentir bien comme on est. Il paraît même que quand on se sent bien on est vachement plus belle.

Laura Calu

Le mouvement connaît un franc succès auprès des femmes mais également des hommes.

Un esprit libre dans un corps libre

Si elle véhicule un nouveau message, l’injonction ne disparaît pas. L’objectif « minceur » est remplacé par celui d’« aimer son corps ». On exhibe alors des photos de femmes pulpeuses qui assument et aiment leur corps pour donner l’exemple, bien que seuls quelques kilos les séparent des mannequins des magazines spécial régime. Car « aimer son apparence », c’est plus facile à dire qu’à faire.

Et si on foutait la paix à notre corps ? C’est ce que propose le mouvement de « body neutrality ». Il n’est plus question d’aimer son corps coûte que coûte car il peut être légitime de ne pas adorer sa cellulite ou ses kilos en trop.
Dans son article « Please Stop Telling Me to Love my body » (S’il vous plaît, arrêtez de me dire d’aimer mon corps), la journaliste américaine Romy Oltuski évoque sa relation avec son corps et son relatif détachement à son apparence physique, qu’elle juge secondaire. Elle met en valeur une forme d’indifférence bienveillante envers son enveloppe charnelle.

Alors pourquoi ne pas laisser tomber les selfies et les miroirs cet été et profiter simplement des vacances ?

@crédit photo : albertotavira.com

Céline Surget

Ajouter un commentaire

Logo On'