On’

Anglicismes : la fin du français ?

C’est un fait : selon tous les sondages, les Français font partis des plus mauvais élèves en anglais de toute l’Europe.

Pourtant, la langue française se compose d’une multitude de mots qui viennent de l’anglais, trop pour certains. Ces anglicismes amorcent t’ils une hypothétique fin du français ?

L’Anglais tout-puisant

Dans un temps où l’anglais était incontestablement moins puissant qu’aujourd’hui, Georges Clemenceau a prononcé ces mots : « L’Anglais ? Ce n’est jamais que du Français mal prononcé. ». Le ton est railleur, certes, mais l’ex chef du gouvernement n’a pas totalement tort. En effet, plus de deux tiers du vocabulaire anglais viendrait du français. Cocorico ! Pour les mots anglais qui viennent du français, le chiffre chute à … 4%. Alors que la langue Française, avec l’Académie Française fondée en 1636 par Richelieu n’a cessé de vouloir figer sa langue, la rendre immuable, la langue de notre ami Shakespeare a quant à elle fait beaucoup d’emprunts. C’est en ce sens qu’elle a, à partir du XIe siècle, pris beaucoup de mots aux Français et aux Vikings.

Avec l’avènement du numérique et des réseaux sociaux, l’hégémonie de l’anglais est croissante, et elle est devenue la langue internationale par excellence. Ainsi, dans les milieux professionnels, la langue française perd, jour après jour un peu de terrain face à son ami britannique. L’argument du « ça n’existe pas en français » revient souvent. Est-ce le seul motif ? La réponse est non. Certes, des mots comme « spoileur » trouvent difficilement une traduction française. On s’imagine mal dire « la personne qui nous dit la fin de la série avant que nous la regardons ». Néanmoins, ces situations restent négligeables, et beaucoup de mots de la phrase suivante ont leurs équivalents en français.

Dans ma corporate, je peux me garer le weekend dans le parking de mon manager avec qui j’ai un bon feeling, pour aller travailler dans ma salle de co-working. C’est cool, car avant j’étais en open space… 

Top 10 anglicismes :

Business 

Best of

Loser 

Come back 

Scoop

Crash

Vintage

Cash

Listing 

Challenge

L’Anglais et nos vies

Le milieu du travail n’est pas le seul touché, puisque tous les secteurs sont concernés. Pour le cinéma les « travellings » , « reaction shot » et « mastershot » n’ont pas d’équivalents en français. Concernant la mode, les mots « smoking », « brushing », « pressing »,« dressing » et « sweat » ont intégré notre langage courant. Enfin dans le domaine du sport, le « jogging » et les « baskets » sont toujours utilisés. Bref, la liste est très longue, et non exhaustive. Au fil des jours, des mots anglais entrent dans notre langue. Mais, préservons-nous de ne pas détourner le sens originel, comme c’est souvent le cas. Demandez à un anglais ce qu’est un « play back » et vous serez étonné. On parle en anglais de « lip sycing ». S’il vous plait, je vous demande une seule requête : notre langue est si belle, gardons ses mots… et ne déformons les autres.

Aymeric De Tarle

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.