On’

The Euro Candidates #3 — Elections européennes : le choix François-Xavier Bellamy.

[Les propos de cet article n’engagent que la pensée du rédacteur et non celle du journal]

Laurent Wauquiez a récemment confirmé le nom de François-Xavier Bellamy pour mener la campagne des élections européennes. Ce choix, déjà contesté par les ténors du parti Les Républicains, marque une rupture idéologique au sein d’une famille politique qui continue de se disloquer.  

On n’arrête plus d’en parler. On ne veut pas arrêter d’en parler, et pour cause. François-Xavier Bellamy, à peine nommé chef de file Les Républicains pour les élections européennes, suscite déjà la controverse médiatique. Il serait populiste et ultraconservateur. On va jusqu’à voir en lui l’allégorie de la « droite catho» . «Anti IVG», clament les uns. « Proche des idées du Rassemblement national » ajoutent les autres. Cet inconnu du grand public, qui incarne ce mélange entre philosophie, jeunesse et conservatisme, sème des doutes au sein de son propre camp.

Mais mettons de côté les critiques qui lui sont adressées depuis quelques jours et essayons de comprendre le choix de Laurent Wauquiez.

Un philosophe avant tout

Normalien et agrégé de philosophie, François-Xavier Bellamy s’inscrit en harmonie avec ceux qui critiquent le progrès et la modernité. Comme si la technologie, l’individualisme et le poids croissant de l’économie dans nos sociétés contemporaines n’étaient pas le bon avenir pour l’Homme. « On a besoin d’avoir une vie politique qui ne soit pas fascinée par un taux de croissance » assène-t-il. 

Ce positionnement ne tient nullement au hasard. Il est en fait pensé comme un outil de reconstruction de l’idéologie conservatrice qui s’estime comme affaiblie depuis mai 68. C’est donc tout un travail pour repenser les structures traditionnelles de nos sociétés comme la famille, l’école ou la nation. Sa posture de philosophe lui permet ainsi de « légitimer » une pensée de système critique à l’égard des grands progrès sociétaux. (avortement, mariage gay, PMA…), quitte à provoquer la polémique.

On comprend alors pourquoi cet inconnu a été mis en avant, en particulier dans un contexte où le « nouveau monde » proposé par le Président est plus que jamais questionné.

La fin de l’union entre la droite et le centre ?        

Outre cette volonté de peser dans le débat d’idées, le choix de Bellamy aurait un caractère plus politique. C’est un secret pour personne : l’union entre la famille politique gaulliste et une partie des centristes, qui fit naître l’UMP, a implosé. L’élection d’Emmanuel Macron a brutalement accéléré ce phénomène en provoquant une recomposition de la vie politique. La stratégie de Laurent Wauquiez consiste donc aujourd’hui à finir le travail pour autonomiser la droite. Il souhaite la libérer de toutes contraintes sur le plan idéologique, et éventuellement envisager de nouvelles alliances… Seul objectif : adapter l’offre politique de la droite à un électorat populaire qui a manqué à François Fillon en 2017. Celui-ci continue en effet de voter en partie pour le Rassemblement national.

C’est de cette tâche dont François-Xavier Bellamy devra s’acquitter. Cependant il est peu probable que son seul parcours de normalien et d’adjoint au maire de Versailles suffise à convaincre cet électorat.

Le jeune philosophe n’a pour l’instant pas encore dévoilé précisément son projet européen. Il s’engage cependant dans une campagne difficile, puisque ces élections se caractérisent par un fort taux d’absentéisme. Enfin elles demeurent la bête noire des partis traditionnels…

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.