On’

Make Metal Great Again

Du mouvement imperceptible de tête au moshpit (mais si vous savez, ce croisement étrange et original entre un combat de MMA et un câlin fraternel) : oubliez tout ce que vous savez ou croyez savoir sur le metal. Lors d’un concert de 6h, Sorb’on a mené l’enquête dans les coins les plus sombres de la capitale… […]

Du mouvement imperceptible de tête au moshpit (mais si vous savez, ce croisement étrange et original entre un combat de MMA et un câlin fraternel) : oubliez tout ce que vous savez ou croyez savoir sur le metal.

Lors d’un concert de 6h, Sorb’on a mené l’enquête dans les coins les plus sombres de la capitale…

On détruit les idées reçues ?

Le Trabendo, samedi 3 novembre 2018, 17h. C’est l’ouverture des portes. Hommes et femmes rentrent calmement et au compte-goutte à l’intérieur. Passages au merch et à la consigne sont obligés : dans 2h la température aura monté de 3°C, et il fera chaud, très chaud.

J’entends déjà les critiques venir…

Le metal, c’est que du bruit

Les mecs ne font que hurler

Ils sont tous bourrés

Ce ne sont que des hommes de 2m pour 95kg de muscle (et 5kg de bière)

De quoi ? Des femmes dans le metal ? Connais pas…

Revenons, point par point, sur ces critiques pour le moins éculées.

Le metal regroupe en effet plusieurs genres, du plus au moins hard, du plus au moins hurlant, du plus au moins mélodique et harmonieux. Il en existe en fait pour tous les goûts : black metal, death metal, cello metal, folk metal, et j’en passe et des meilleurs. Comme leurs noms l’indiquent, on peut retrouver dans ces sous-genres autant de hurlements violents que de violoncelles.

Il est évident que, comme tous les fans de musique populaire n’écoutent pas que Johnny Hallyday, tous les metalleux n’écoutent pas que du death metal.

Une musique qui rassemble

Le metal, s’il peut parfois faire peur avec ses rituels plutôt violents, compte énormément de femmes. Cela peut paraître étrange, mais toutes les femmes ne sont pas de petites choses fragiles qui ont peur de se jeter dans la fosse et d’en ressortir avec quelques bleus. Evidemment, pour les groupes plus calmes, peu de risques de pogo ; il faut que la basse résonne dans la cage thoracique pour que de tels extériorisations de joie et de partage dans la musique aient lieu.

On compte, chose étonnante, pas mal de grandes chanteuses : screameuses de tous poils, elles donnent une touche particulière aux chansons, et font de leur voix une marque de fabrique. Elles ne poussent pas de petits cris comme on aurait pu l’entendre dire de commentatrices sportives, et n’ont rien à envier à leurs virils homologues.

Ils sont tous dépressifs et suicidaires

Cliché pourtant réaliste, car pour certains, cette musique peut parfois être associée à cette idée de différence. Se sentir assis à côté de la chaise. Si le côté sombre de la musique peut s’allier avec l’obscurité d’une personnalité, voire d’une émotion, les metalleux en sont généralement au courant, et les moments de partage et de communion ne sont pas rares.

Linkin Park a par exemple perdu son chanteur, Chester Bennington, l’an dernier. Groupe inconditionnel des adolescents dépressifs dans l’imaginaire commun, son chanteur l’était lui-même depuis des années.

Samedi soir. 20h environ. Une ode à la fraternité et à l’entraide : un poing levé pour aider nos amis, nos compatriotes, nos camarades de pogo. Le métal peut allier musiques tristes, dépressives, et extrêmement sombres. Des associations sont présentes pour aider, simplement parler. Il est nécessaire de le rappeler. Et, au moins, lors de ces concerts, personne n’est seul.

Se rendre seul à un concert de metal n’est pas rare, et j’ai de nombreuses fois entendu des histoires de soutien entre fans d’un même groupe. Se rejoindre, alors que l’on ne se connaît même pas, et passer la soirée ensemble. Le metal est souvent un lieu de rencontre et de découverte. En effet, les concerts regroupent rarement plus de 250 personnes, tout du moins en France (à part les grands festivals et les très grands groupes, évidemment). Ce sont de toutes petits communautés, et cela permet de se rencontrer. Combien de fois se répète-t-on « je suis sûr de l’avoir déjà vu… », avant de se souvenir d’un pogo fait quelques mois plus tôt ?

Vous voulez passer au metal ?

Pour comprendre un ami, ne pas avoir à quitter votre petit-ami qui hoche frénétiquement la tête et vous juge alors que vous écoutez Eddy de Pretto, il ne faut pas passer directement à l’écoute de métal, il faut y aller crescendo. L’oreille et le cerveau doivent s’habituer, et lorsque l’on commence, on a du mal à s’arrêter…



N’oubliez pas de laisser une chance à ces musiques jusqu’au bout, ne les coupez pas au premier scream, elles pourraient vous surprendre…

Crédits photos : Wikipedia

Clemence Diligent

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .