/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); Argentine : l'avortement légal c'est maintenant !
On’

Argentine : l'avortement légal c'est maintenant !

14 juin, 10h, c’est l’effervescence sur la place du Congrès argentin. Armés de leurs foulards verts, symboles de la lutte pour l’avortement, les pro-choix fêtent la victoire du « oui » au projet de loi pour l’avortement légal après un long débat de près de 22 heures à la Chambre des députés. Mercredi encore, l’avortement était illégal […]

14 juin, 10h, c’est l’effervescence sur la place du Congrès argentin. Armés de leurs foulards verts, symboles de la lutte pour l’avortement, les pro-choix fêtent la victoire du « oui » au projet de loi pour l’avortement légal après un long débat de près de 22 heures à la Chambre des députés.

Mercredi encore, l’avortement était illégal en Argentine. Aujourd’hui, cette interdiction n’est presque qu’un lointain souvenir. 129 députés sur 254 ont voté pour la légalisation de l’avortement. Depuis le mois de janvier, le pays était le témoin d’une forte mobilisation en faveur du projet de loi permettant l’accès à un avortement légal, sûr et gratuit.

Une septième présentation du projet de loi en treize ans

Rejeté six fois en 13 ans par le Parlement, le projet de loi pro-avortement a triomphé en Argentine. Ce projet, promulgué par la Campaña nacional por el derecho al aborto, prônait la légalisation de l’avortement jusqu’à quatorze semaine.

En 2015, avec l’arrivée du Président conservateur Mauricio Macri, les pro-choix avaient perdu espoir de voir un jour le projet aboutir. L’annonce de l’autorisation d’un débat au Congrès avait alors fait l’effet d’une bombe au sein de la communauté argentine. Une manière, peut-être, de redorer l’image de son gouvernement après les violentes répressions lors des manifestations en décembre 2017.

« Il s’agit de savoir si nous sommes pour un avortement libre, sûr […] ou pour des avortements clandestins. Il n’y a pas d’autres débats ici ». Victoria Donda, députée argentine.

Du danger d’avorter en Argentine

« L’avortement existe, a existé et existera en Argentine, qu’on le légalise ou non», confie Valeria, étudiante argentine. Mais à quel prix ? Les associations argentines de défense des droits des femmes comptent 500 000 interruptions volontaires de grossesse par an, dont 100 cas où les femmes décèdent suite à cette intervention.

Avorter en Argentine n’est pas sans danger. Quand ce n’est pas l’aiguille à tricoter qui est utilisée, c’est le Misoprostol. Un médicament initialement prévu pour traiter les ulcères d’estomac, mais qui sert aux IVG clandestines. Il peut tout de même provoquer des anomalies fœtales en cas d’échec du processus.

L’IVG est également synonyme d’inégalité sur la Tierra Argentina. 80% des classes aisées ont accès à une assistance médical professionnelle dans le cadre d’un avortement, contre 20% pour les plus pauvres.

La député pro-choix Victoria Donda rappelait avant le vote : « Il s’agit de savoir si nous sommes pour un avortement libre, sûr (…) ou si nous sommes en faveur des avortements clandestins. Il n’y a pas d’autres débats ici ».

Une mobilisation historique

Depuis le mois de janvier, une immense campagne pour la légalisation de l’avortement faisait trembler le pays. Les associations féministes ont donné de la voix pour défendre les femmes. Mais pour la première fois, l’Argentine a connu un grand soutient populaire à cette lutte:  de nombreuses personnalités ont rejoint le mouvement.

Le maître mot de cette mobilisation : la solidarité. Les manifestations et les réseaux sociaux ont été inondés d’images, de vidéos ou encore de textes en faveur de l’avortement.

Les témoignages de femmes ayant déjà eu recours à un avortement clandestin ont eux aussi envahi Internet. Dans son témoignage, Valeria fait part de sa condition de privilégiée : « J’ai réussi à obtenir l’argent. Je n’ai pas eu besoin d’avoir recours à une aiguille à tricoter. L’avortement auquel j’ai eu accès est un privilège ». Elle se dit prête à se battre pour les autres : « Aujourd’hui, alors que je suis en train d’écrire, d’autres femmes comme moi ne peuvent pas le faire. Ne perdons pas plus de vies. »

Jeudi, l’Argentine a rejoint la liste des pays où la volonté de rendre les femmes maîtresses de leur corps existe et où choisir est un droit. Le vote doit encore être soumis au Sénat. Mais pour le moment, Argentina,  ABORTO LEGAL YA !

Crédits photo : Juan Mabromata. AFP

Caroline Protat

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .