On’

Ceinture noire de Maître Gims : le retour en force du maître

Ceinture noire, le troisième album solo de Maître Gims est sorti le 23 mars dernier. C’est un projet charnière dans la carrière du rappeur qui assume pleinement son ambition : devenir la pop star préférée des Français. Un projet titanesque pour le maître qui n’en est plus à son coup d’essai. Nul besoin de présenter Maître […]

Ceinture noire, le troisième album solo de Maître Gims est sorti le 23 mars dernier. C’est un projet charnière dans la carrière du rappeur qui assume pleinement son ambition : devenir la pop star préférée des Français. Un projet titanesque pour le maître qui n’en est plus à son coup d’essai.

Nul besoin de présenter Maître Gims. Le rappeur a souvent été décrié pour sa vulgarisation du rap. Qu’importe. À coups de disques d’or, Maître Gims a su se frayer un chemin aux tops des charts français. Ceinture noire, son nouveau projet, semble suivre la même destinée. Écoulé à plus de 80 000 exemplaires dès la première semaine de sa sortie, l’album est un succès.

Un projet fédérateur et populaire

Maître Gims semble vouloir s’imposer comme star numéro un des Français. Cette volonté, déjà amorcée par des singles pop comme « J’me tire », est flagrante sur cet album. La majorité des titres de Ceinture noire sont des chansons de pop variété.

Sur cet opus, le rappeur s’entoure d’invités variés. On retrouve Vianney, Sofiane, Orelsan, Dadju ou encore Lil Wayne et tous ont diverses fonctions. Vianney renforce son image de chanteur populaire, Sofiane valide la « street crédibilité » de l’artiste, et Dadju montre que Maître Gims peut toujours faire des tubes.

Sur ce disque, le rappeur adopte donc un registre variété. Dès la première écoute, l’album nous semble très familier, car il joue sur des sonorités déjà connues du public français. Cette dimension est évidente sur des titres comme « T’es partie ». La composition rappelle Calogero et le phrasé est similaire à « Comme d’habitude » de Claude François. Le tout est saupoudré d’une touche Goldman et Joe Dassin sur le refrain.

Ceinture noire joue donc sur des sonorités très rassurantes, ancrées dans la culture française. C’est un album intelligent, car il semble avoir justement analysé la culture populaire et sa glorification du passé. Maître Gims trouve ainsi un juste équilibre entre héritage et modernité.

Un mainstream efficace

Finalement, cet album apparaît comme un manifeste de variété. Il montre ce qu’est la musique française mainstream en 2018 : un profond héritage culturel francophone, teinté de sonorités urbaines. Cet opus montre la mutation du rap en genre populaire et rassembleur.

À l’image de « Caméléon », les titres de Ceinture noire ont globalement la même structure. Un rythme efficace, une mélodie travaillée et un refrain théâtral sur-chanté. C’est finalement la formule gagnante de l’album. Celle-ci est signée Renaud Rebillaud, présent sur la majorité des titres du disque. Cet artisan de l’ombre est à l’origine du renouvellement musical français. Il a modelé cette nouvelle pop urbaine pour de nombreux artistes comme Amir ou Black M. Et il n’en est pas à son coup d’essai avec Maître Gims. Les deux ont déjà collaboré sur de nombreux tubes comme « Désolé », « J’me tire » ou « Bella ». Ils réitèrent donc l’expérience aujourd’hui.

Ainsi, Maître Gims parvient à s’imposer dans les foyers des Français. Il le fait par la musique, mais aussi par la télévision, comme dans L’aventure Robinson aux côtés de Kendji Girac sur TF1. Mais cette émission anecdotique est en réalité révélatrice du statut de Maître Gims aujourd’hui. Le rappeur est devenu la star des Français. Il est littéralement un chanteur de TF1, la chaîne populaire par excellence. Et preuve du succès, Ceinture noire est produit par ce même géant audiovisuel.

Ceinture noire : la volonté de rassurer son public urbain

60 % des titres de l’album sont des titres de variété pop. Néanmoins, on retrouve des sonorités plus urbaines, auxquelles Maître Gims nous avait habituées. Ainsi, « Tu ne le vois pas », en featuring avec son frère Dadju est un des titres phares de l’album. Sur ce morceau, la voix percutante de Maître Gims se mêle agréablement au timbre suave de Dadju. C’est sans doute un des singles les plus réussis de l’opus.

Les titres purement rap de l’album sont quant à eux très peu nombreux. On en compte cinq en tout. « Loup Garou » en est l’exemple. Il est intéressant, car il répond à une volonté précise : rassurer son public rap initial. Sur ce titre Maître Gims montre qu’il sait toujours kicker et qu’il n’oublie pas d’où il vient. À force de punchlines et de flow incisif, Maître Gims s’adresse directement à ses détracteurs. Ses ambitions n’ont pas tari ses qualités de rappeur.

L’ambition internationale

La dernière ambition de Ceinture noire est l’international. Comme le dit l’artiste lors de son interview pour Rapelite en 2016 : « La France est un marché prestigieux, mais mes ambitions sont devenues trop grandes ». Cet album nous invite donc à penser que Maître Gims veut exporter son succès outre-Atlantique. Cette volonté est confirmée par le choix d’invités comme Lil Wayne ainsi que l’insertion progressive de la langue de Shakespeare dans ses textes. La question est désormais de savoir s’il parviendra à gagner les États-Unis. En effet, on peut questionner cet aspect, car Maître Gims joue sur des influences et un héritage très francophones. Si ce son rassure l’oreille française, il peut sembler déjà vu auprès d’un public étranger. Pas assez novateur, et finalement peut-être trop français.

Traduction : Dédicace à mon gars @maitregims !! Il m’a envoyé ce putain de CD qui va tout déchirer !!

Ceinture noire : un pari réussi ?

Si la tracklist de 40 titres peut sembler brouillonne sur le papier, elle est en réalité très réfléchie. Trop réfléchie même. On en vient à regretter les automatismes du duo Rebillaud/Gims qui semble répéter la même formule machinalement. Ceinture noire est donc très redondant. S’il contient des titres très efficaces, il peut être résumé à quelques morceaux. L’écoute intégrale de l’album peut ainsi paraître superflue.

On peut finalement reprocher le manque de sincérité global de l’album. À force de démonstrations et d’automatismes, le plaisir de la musique semble s’être perdu. Mais cela n’en fait pas un projet inintéressant pour autant. Ceinture noire est un bel opus, très bien produit, qui s’écoute facilement.

Et il réussit son ambition première qui est de satisfaire tous ses publics. Dans ce disque, tout le monde trouve son compte. L’adolescent qui a grandi avec la Sexion d’Assaut sera ravi par des titres comme « Loup Garou » ou « Anakin ». Son public urbain se réjouira aisément sur « Tu ne le vois pas », tandis que la mère de famille pourra apprécier des duos comme « La même ». Et c’est là le coup de force de l’album : il arrive à contenter un large public.

Ceinture Noire réussit ainsi un projet populaire, qui peut être apprécié de tous. C’est là que le titre Ceinture noire prend tout son sens. L’album montre que Maître Gims peut régner en maître sur tous les genres musicaux.

Noémie Taty

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .