/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); Altered Carbon : critique de la série sans spoilers !
On’

Altered Carbon : Netflix offre de la science-fiction ambitieuse et esthétique

Netflix signe une nouvelle production originale avec la série Altered Carbon. Diffusée le 2 février, on y découvre un univers de science-fiction futuriste. Dans cette série créée par Laeta Kalogridis, la technologie a permis d’accéder à l’immortalité… https://www.youtube.com/watch?v=OjijzSQ_TKc Le site de vidéos à la demande Netflix a encore frappé un grand coup avec l’ambitieuse série de […]

Netflix signe une nouvelle production originale avec la série Altered Carbon. Diffusée le 2 février, on y découvre un univers de science-fiction futuriste. Dans cette série créée par Laeta Kalogridis, la technologie a permis d’accéder à l’immortalité…

https://www.youtube.com/watch?v=OjijzSQ_TKc

Le site de vidéos à la demande Netflix a encore frappé un grand coup avec l’ambitieuse série de science-fiction, Altered Carbon, réalisé par la showrunneuse Laeta Kalogridis (Shutter Island, Terminator Genisys). Adaptée du roman éponyme écrit par Richard K. Morgan (2002), l’action prend place dans un futur où les humains peuvent transférer leur conscience d’un corps à un autre grâce à une pile. Le personnage principal, Takeshi Kovacs (Joel Kinnaman), ancien soldat aux nombreuses capacités, est ramené à la vie dans l’optique d’enquêter sur le meurtre de l’homme le plus riche du monde, Laurens Bancroft (James Purefoy).

Un projet ambitieux

Le gros point fort de cette série est son aspect visuel. De ce point de vue, on pourrait dire qu’Altered Carbon égale de grandes productions du septième art. La photographie et les effets spéciaux sont impressionnants à voir. On adhère donc rapidement à l’atmosphère futuriste et technologique. Elle s’accompagne d’une réalisation et d’une production de qualité. Miguel Sapochnik a d’ailleurs réalisé l’épisode pilote de la série. Celui-ci est connu pour avoir réalisé des épisodes notables de la série Game of Thrones (Hardhome — S05EP03, Battle of Bastards — S06EP09, The Winds of Winter — S06EP10).

Dans un esprit Blade Runner et Ghost in the Shell, l’univers cyberpunk, sombre, nocturne, est très construit car il présente aussi un aspect polar très prenant. On se laisse facilement embarquer dans le périple du héros, sa quête de liberté, sa recherche de sens et de justice.

Altered Carbon présente de vraies ambitions. En plus, les lecteurs du roman de Richard K. Morgan l’ont jugée comme une adaptation plutôt fidèle.

Un protagoniste riche et complexe

Pour retrouver sa liberté, le personnage principal doit résoudre une affaire de meurtre. Mais entre souvenirs douloureux et confrontations technologiques, Kovacs aura la tâche bien compliquée alors que des ennemis du passé refont surface. Les éléments de l’enquête se révèlent très intéressants, on peut d’ailleurs apprécier les capacités physiques et mentales de ce personnage. C’est un personnage hors norme, grave mais sincère.

Le personnage principal, Takeshi Kovacs, est très riche et complexe à cause de tout ce qu’il a traversé. La carrure de son personnage froid et impassible prend tout son sens au fil de l’intrigue. Il faut savoir (et ce n’est pas évident au premier regard) que ce personnage est interprété par trois acteurs différents mais l’acteur principal est Joel Kinnaman.

Altered Carbon aborde des sujets à la fois éthiques et philosophiques tel que l’immortalité. L’idée de pouvoir changer de corps autant qu’on le souhaite pose des questions sur l’identité, l’essence de ce que nous sommes.

Les plus pauvres ne peuvent se garantir l’immortalité car ils n’ont droit qu’à des corps de « mauvaise qualité ». Les plus riches s’ennuient au point d’en perdre parfois la raison. La déshumanisation est largement explorée.

Mais un certain manque de subtilité

On peut déplorer des scènes très crues avec une surreprésentation de la nudité dans la série. Elle n’est pas toujours utilisée à bon escient, sans raison scénaristique apparente. Le niveau de langage dans les dialogues est parfois vulgaire, ce qui contraste avec le ton complexe d’Altered Carbon, une série qui se prend au sérieux. Les scénaristes ont voulu mettre en avant le côté audacieux de la série mais elle tombe malheureusement parfois dans le vulgaire.

De plus, le spectateur peut facilement basculer dans l’incompréhension face au jargon complexe de la série. On se retrouve face à des termes qui manquent d’explications comme « Math », « Diplo (Envoy en VO) », « C-Tac », « Protectorat ».

On remarque aussi une grande diversité de sous-intrigues. Cela empêche le téléspectateur de se concentrer sur l’intrigue principale. On perd ainsi rapidement le fil conducteur. On voit aussi un manque d’organisation du point de vue de l’intrigue. En effet, plusieurs flash-backs se mêlent et ne sont pas chronologiques. Le manque d’unicité, la multiplicité des intrigues, le manque de chronologie combinés aux différents acteurs qui interprètent le protagoniste contribuent à rendre l’histoire floue dans la tête du spectateur. À ceci s’oppose une certaine facilité scénaristique qui a lieu en fin de saison. La série ne parvient pas à trouver le bon équilibre.

Par ailleurs, on peut critiquer certains membres du casting, plus choisis pour leurs caractéristiques physiques que pour leur jeu d’acteur. On pense notamment à Martha Higareda qui surjoue dans de nombreuses scènes alors qu’elle interprète un personnage-clé. On note aussi un manque d’alchimie entre elle et Joel Kinnaman, alors qu’ils forment un duo important dans la série.

Enfin, Altered Carbon présentait l’occasion de traiter des questions éthiques et philosophiques mais ne l’a pas fait ou les a très peu abordées. On déplore ainsi l’absence du traitement de la corruption (dont les conséquences présentent des enjeux importants), les limites de la science (la base de l’intrigue), la pauvreté exacerbée (réellement représentée dans une seule scène de la saison), les intelligences artificielles et tout ce qui tourne autour de ce monde futuriste et technologique.

Ainsi, Altered Carbon est néanmoins une série qui mérite que l’on s’y attarde. Mais elle n’a pas su profiter de tout son potentiel. Toutefois, elle tire son épingle du jeu avec une certaine qualité de réalisation et une histoire intéressante. À voir avec la saison 2 !

Toute la saison 1 est disponible sur Netflix

Virginie Incerto

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .