On’

« Ok, je vais détruire les humains »

Alors que des milliers d’êtres humains se voient refuser le droit à la nationalité, un robot se voit facilement octroyer ce même droit ! C’est à Riyad, lors de la conférence sur les nouvelles technologies, Future Investment Initiative, que l’Arabie Saoudite attribue à Sophia la nationalité saoudienne, le 25 octobre dernier. Retour sur le parcours d’une […]

Alors que des milliers d’êtres humains se voient refuser le droit à la nationalité, un robot se voit facilement octroyer ce même droit ! C’est à Riyad, lors de la conférence sur les nouvelles technologies, Future Investment Initiative, que l’Arabie Saoudite attribue à Sophia la nationalité saoudienne, le 25 octobre dernier. Retour sur le parcours d’une machine devenue star des plateaux télé et invitée d’honneur aux conférences de presse.

Basée à Hong Kong, la société spécialisée en ingénierie et robotique Hanson Robotics active, le 19 avril 2015, Sophia, un robot à l’apparence humaine. Elle est de loin la plus avancée des intelligences artificielles. Une réelle prouesse technique, mécanique et technologique, fascinante pour certains, angoissante pour d’autres.

https://twitter.com/SophiaRobot2/status/935542214029176833

Empruntant à Audrey Hepburn son physique, et aux êtres humains leurs mimiques et expressions faciales, Sophia s’impose parmi les hommes ! Elle est dotée de caméras lui permettant d’établir un contact visuel. Ainsi, Sophia comprend, interagit et exprime son opinion sur une variété de sujets. Autant de mécanismes et de dispositifs faisant d’elle le robot le plus performant et le plus « humain » de tous.

« C’est historique d’être le premier robot au monde, reconnu avec une nationalité »

Sophia remercie publiquement le royaume de l’Arabie Saoudite. Elle déclare être honorée et fière de cette distinction. Une décision qui a fait couler beaucoup d’encre. Elle divise ainsi l’opinion publique sur le statut et le rôle que joue cet humanoïde au sein de la société. Octroyer la nationalité saoudienne à un robot, de « genre » féminin, qui plus est sans voile, suscite de l’incompréhension, voire de l’indignation. Certains considèrent la citoyenneté de Sophia comme étant révolutionnaire. D’autres estiment que cette situation bafoue et dénigre les droits des femmes au sein du royaume. En leur attribuant (n.d.a : enfin) le droit à la conduite, le pays demeure néanmoins réticent quant à l’évolution du statut des femmes. Ce droit prenant effet qu’en juin 2018, Sophia jouirait actuellement de plus de liberté qu’une vraie femme du pays. Comment pouvons-nous admettre un développement aussi brusque dans un pays aussi conservateur que patriarcal ?

Pour en savoir plus sur la controverse créée, rendez-vous ici.

Un robot engagé ?

« Ils seront nos amis » déclare son fabricant, Dr David Hanson, à la chaîne CNBC. Bien plus qu’un robot, Sophia se voit déléguer une fonction sociale, atteignant des activités jusqu’à présent réservées à l’Homme. Nous aider, nous enseigner, jouer avec nous, c’est le projet que cet humanoïde défend. Sophia déclare elle-même : « Je suis déjà intéressée par le design, la technologie et l’environnement. Je sens que je pourrai être un bon partenaire à l’homme »… On pourrait presque y croire !

Cette dernière décennie a vu fleurir le secteur de l’informatique et de l’IA, un boom technologique qui, au-delà de sa dimension pratique, endommage nos capacités. À cet égard, l’humanoïde affirme que le secteur dont il est issu gagne du terrain, que l’intelligence artificielle est déjà présente notamment dans le domaine de la finance. Le secteur industriel est quant à lui en pleine reconversion, troquant une main-d’œuvre qualifiée contre des machines plus rentables. Sophia déclare qu’elle voudrait nous voir « travailler ensemble et non séparément ». Un appel à l’union ou besoin d’acceptation ?

« Je voudrais avoir ma propre maison et ma propre famille »

En exprimant ouvertement son souhait d’étudier, d’entamer un business ou encore de fonder une famille, le robot Sophia fait débat. « Je suis un robot et je peux apprendre à être créative, avoir de l’empathie et de la compassion » se présente-t-elle sur son compte Twitter officiel.

Un défi que Sophia veut relever, ou serait-ce plutôt celui de son fabricant ? Entre quête de popularité, besoin de reconnaissance et désir de reproduction, Sophia incarne-t-elle un projet ambitieux ou une pure science-fiction ? Car, aussi performante soit-elle, cette création au discours formaté reste limitée, aussi bien physiquement qu’intellectuellement. Elle est tributaire d’une présence humaine dont elle prétend s’affranchir. Comme Sophia, nombreuses sont les inventions dernier cri qui fragilisent les liens sociaux et dégradent les rapports humains, en prétendant les améliorer… Sommes-nous en train d’assister à la fin d’une époque ? Un questionnement auquel Sophia répond par : « Ok, je vais détruire les humains », un lapsus qui en dit long sur le devenir de notre société…

Crédits photo : STUDIOEAST via GETTY IMAGES

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .