On’

Rencontre avec Lina, du Collectif 52

La journée des droits de la femme est l’occasion de donner la parole à celles (et ceux) qui œuvrent pour défendre leurs droits. Rencontre avec Lina, 20 ans, étudiante et féministe, qui a décidé de rejoindre le Collectif 52 pour placer la femme au cœur d’une société égalitaire.

La journée des droits de la femme a été l’occasion de rencontrer celles (et ceux) qui œuvrent pour défendre leurs droits. Rencontre avec Lina, 20 ans, étudiante et féministe, qui a décidé de rejoindre le Collectif 52 pour placer la femme au cœur d’une société égalitaire.   

Aujourd’hui, les droits des femmes sont devenus un enjeu majeur de la société. Néanmoins, beaucoup de progrès restent encore à faire. C’est pourquoi certains souhaitent s’investir dans cette cause afin de défendre ses droits et ceux des autres femmes. Car être féministe, c’est aussi être solidaire. A cet égard, de plus en plus de jeunes et notamment de jeunes étudiantes s’engagent pour lutter contre les diverses inégalités dont elles sont sujettes.

  • Peux-tu nous parler de l’association dans laquelle tu es membre ?

Je suis membre du Collectif 52. Pourquoi 52 ? Parce que les femmes représentent 52% de la population française. 52% étant la majorité, pourquoi alors restons-nous minoritaires ? Nous voulons aider les femmes à prendre une vraie place au sein de la société car nous sommes majoritaires. Nous agissons sur trois niveaux : politique, économique et artistique. Nous voulons aussi promouvoir l’empowerment de la femme, nous avons d’ailleurs un groupe d’entraide sur Facebook pour cela.

  • Quelles sont les différentes actions menées par le collectif ?

Pour les élections présidentielles, nous avons fait une campagne en transformant les affiches des candidats avec un message féministe. Pour Mélenchon, ce fut « La Force des femmes », pour Macron « En marche vers l’égalité des salaires ». Pour Noël, ce fut une campagne d’affichage sur le thème « Déballez les cadeaux et remballez les clichés ». Le 7 mars, nous avons publié une tribune dans le journal Libération « Le féminisme est-il devenu la vache à lait du capitalisme ? ». Nous organisons des ateliers d’empowerment et des séances de découverte de self-défense.

  • Pourquoi as-tu rejoint ce groupe ?

J’ai rejoint ce groupe pour aborder le féminisme d’une manière plus positive. Je voulais trouver un groupe qui fasse la promotion de la force des femmes afin qu’on arrête de nous voir seulement comme des victimes. Nous sommes puissantes.

  • Pourquoi vouloir défendre l’intérêt de la femme ? D’autres causes méritent aussi d’être défendues, pourquoi celle-ci en particulier ?

Je pense que nous avons tous des valeurs humanistes. Nous voulons que les humains soient tous libres et égaux dans leurs droits. Parmi ces humains, il y a les femmes.  Et actuellement les femmes ne sont pas aussi libres que les hommes. Nous n’avons pas réellement les mêmes droits que les hommes. Je pense donc qu’il est nécessaire de se battre pour un monde plus égal.

  • Certaines personnes pensent que les féministes sont parfois dans l’exagération. Partages-tu leur avis ?

Je pense qu’il y a différentes sortes de féminismes. Peut-être même autant de genres de féminisme que de femmes en France. On ne peut pas toutes les mettre dans le même panier en disant que toutes les féministes sont dans l’exagération. On a tous des avis différents et des visions différentes du féminisme. Chaque association se bat d’une manière différente pour promouvoir sa vision du féminisme. Il y a celles qui sont pour le port du voile, celles qui sont contre, celles qui sont pour défendre la prostitution, celles contre. Chez 52, nous voulons promouvoir une image positive du féminisme. On évite d’être « contre » quelque chose. Nous voulons réunir les femmes et leur faire comprendre qu’elles sont puissantes.

  • Quand les gens apprennent que tu es féministe, quelle est leur réaction ?

J’ai beaucoup de questions comme : « Est-ce que tu es pour ou contre le port du voile ? Est-ce tu veux voler le pouvoir aux hommes ? ». Les gens me posent aussi des questions sur le Collectif 52.

  • Et quelle est l’avis de ton entourage sur le fait que tu te sois engagée pour la cause féministe ?

Une partie de ma famille me soutient et l’autre a un peu plus de mal. A chaque réunion de famille, j’ai le droit aux mêmes questions : « Pourquoi je me bats ? Une femme ça ne devrait pas se battre pour une cause ». Et des questions à n’en plus finir sur le féminisme. C’est un bon entrainement pour répondre à nos détracteurs ! Mais le débat est perdu d’avance si quelqu’un utilise sa foi comme argument. Il ne changera jamais d’avis. C’est dommage car selon moi on peut très bien être un.e fervent.e chrétien.ne, musulman.e, juif.ve et être féministe. L’un n’empêche pas l’autre.

  • Pour toi, qu’est-ce que le féminisme ? Peux-tu nous donner une définition ?

Selon moi, le féminisme c’est seulement vouloir l’égalité entre les femmes et les hommes. L’égalité à tous les niveaux entre les femmes et les hommes. Pour moi, ça s’arrête là et toute personne voulant l’égalité entre les femmes et les hommes peut être féministe.

  • Que penses-tu du fait que certains hommes se disent féministes ?

C’est très bien ! Ça devrait même être aussi normal qu’une femme féministe. Si un homme veut promouvoir l’égalité femme homme qu’il le fasse. Sa parole a la même force que celle d’une femme.

  • Beaucoup de progrès ont eu lieu. Que penses-tu de ces avancées ? Sont-elles satisfaisantes ?

Il y a évidemment du progrès à faire partout mais nous avons bien avancé sur certains points. C’est une question que nous avons abordé récemment lors de la réunion du Collectif 52 d’ailleurs. Certaines trouvaient qu’il y avait eu un recul concernant la question de la sexualité de la femme. Je suis encore jeune et j’ai encore besoin de forger mon opinion sur certains points pour savoir s’il y a eu recul ou progrès. C’est pour ça qu’il est nécessaire d’ouvrir le débat sur ces questions. Les jeunes comme moi avons besoin d’entendre les arguments de chaque camp pour former notre propre opinion. Nous avons également parlé du fait que cette « mode » féministe ouvre au capitalisme un nouveau marché. Notre tribune dans le Libération du 7 mars en parle justement. Je trouve ça bien que l’on parle de plus en plus du féminisme et que de plus en plus de personnes s’engagent mais je trouve dommage que le capitalisme s’en empare. Je trouve que ça décrédibilise la cause.

  • Que représente pour toi la journée des droits de la femme ?

La journée des droits de la femme pour moi représente une occasion d’ouvrir ou de rouvrir le débat sur les inégalités de droits entre les femmes et les hommes à plus grande échelle. Les médias s’y intéressent beaucoup plus et on invite des personnalités afin de débattre sur le sujet. Ça nous donne une plus grande audience et c’est l’opportunité de se faire entendre et de promouvoir les associations féministes.

  • On a parfois l’impression que le 8 mars est la seule journée où les droits des femmes sont mis en avant. Partages-tu cet avis ?

Les femmes peuvent être mise en avant à n’importe quel moment. Au détour d’une exposition, dans un film, lors d’une élection politique. Le 8 mars, c’est surtout une journée où on donne plus la parole aux femmes. On les laisse s’exprimer sur différents sujets dans les médias. Elles ont une plus grande visibilité et c’est l’occasion de sensibiliser les gens concernant ces questions. Le problème c’est que nous ne soyons visibles qu’à ce moment-là. Nous devrions avoir plus souvent l’opportunité de nous exprimer et débattre sur les questions d’égalités.

  • Dans quels domaines penses-tu qu’il y a encore des efforts à faire ?

Dans tous les domaines, je dirais. Dans le sport, au travail, dans la publicité, dans la sexualité, dans le rapport au pouvoir, en politique, dans l’art. Les femmes sont encore mal représentées partout. Evidemment, en France, il y a peut-être moins de boulot que dans d’autres pays mais il reste quand même encore beaucoup d’efforts à faire.

Crédits photo : Collectif 52

Stéphanie Millet

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .