On’Media

Semaine en Bref : Premier naufrage de l’année, Remaniement en Pologne et au Royaume-Uni, Responsabilité de l’armée birmane dans les assassinats des Rohingyas….

Une semaine mouvementée fait son apparition avec la dernière catastrophe en date et la centaine de migrants portés disparus en mer en marge d’un mini-sommet sur l’immigration à Rome. Cela se poursuit avec le changement radical des gouvernements polonais et anglais, sans oublier la reconnaissance de la responsabilité de l’armée birmane quant aux assassinats des Rohingyas.

FRANCE : Visite-surprise du Premier ministre à Notre-Dame-des-Landes

Le Premier ministre Édouard Philippe s’est rendu samedi 13 janvier à Notre-Dame-des-Landes, Nantes et Saint-Aignan-de-Granlieu pour «voir et écouter». Ce déplacement n’était pas inscrit sur son agenda. Lors de sa visite en Loire-Atlantique, le Premier ministre s’est entretenu avec le maire de la ville Jean-Paul Naud. Le chef du gouvernement venait de boucler une semaine de consultations des élus locaux sur le projet de l’aéroport de Nantes. Le dossier houleux depuis une cinquantaine d’années connaîtra un dénouement à la fin du mois de janvier.

IRAN : L’accord sur le nucléaire iranien chahuté par Donald Trump

Donald Trump avait lancé un ultimatum à l’Iran, pour reprendre et retravailler l’accord sur le nucléaire iranien qui avait déjà été négocié sous l’administration Obama. Finalement, sous la pression de la communauté internationale, Trump a consenti à suspendre les sanctions économiques des États-Unis contre l’Iran. Toutefois, le président américain a demandé aux partenaires européens de l’accord de durcir le texte. Selon l’administration américaine, le président cherche notamment à garder la possibilité pour les signataires de l’accord, de réimposer de nouvelles sanctions contre l’Iran, si le pays ne respecte pas les termes du contrat. Et le 45ème président des États-Unis affirme toujours qu’il peut se retirer de l’accord «à tout moment». Autant de manigances qui font dire à Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, que Donald Trump cherche désespérément à «saboter un accord multilatéral solide».

TUNISIE : 200 personnes arrêtées lors de manifestations

Cette semaine, plusieurs nuits de troubles ont eu lieu en Tunisie, donnant lieu à plus de 200 arrestations. Les raisons de cette grogne sociale viennent des difficultés financières du pays et de la hausse des prix. Lorsque le gouvernement a émis l’idée de remédier à ce problème économique en augmentant les impôts, la population est descendue dans la rue. Les manifestants étaient majoritairement des jeunes. Ils ont bloqué des routes puis jeté des pierres contre les forces de police, ce qui a généré une vive répression policière.

CRISE : Une centaine de migrants portés disparus en mer en marge d’un mini-sommet sur l’immigration à Rome

La marine libyenne a annoncé mardi 9 janvier le naufrage d’un bateau pneumatique transportant plus d’une centaine de personnes. Seules 17 personnes ont pu être secourues par des gardes-côtes. Les autorités estiment entre 80 et 100 personnes portées disparues, et des nombreuses morts par noyade. C’est le premier naufrage de l’année en marge de l’ouverture du 4e mini-sommet européen nommé le Med 7. Jeudi 11 janvier, sept pays européens situés autour de la Méditerranée se sont réunis à Rome pour discuter de la maîtrise des flux migratoires. Les dirigeants européens, dont Emmanuel Macron, ont affirmé que «c’est l’un des principaux défis de l’Europe pour ses prochaines années» et ont affirmé leur unité sur ce sujet.

ROHINGYAS : L’armée birmane reconnaît sa part de responsabilité dans les assassinats

C’est historique. Pour la toute première fois, l’armée birmane a officiellement reconnu qu’elle avait pris part à un massacre de Rohingyas. Depuis plusieurs années, la communauté musulmane dite «rohingya» vivant en Birmanie subit les persécutions de l’État birman qui ne reconnaît par leur citoyenneté, et de l’armée birmane. L’ONU a déjà publiquement dénoncé cette forme de discrimination considérée comme un «nettoyage ethnique» ou une «épuration ethnique». Depuis le mois d’août 2017 il y aurait jusqu’à 650 000 Rohingyas qui auraient fui le pays pour rejoindre le Bangladesh. Cette première reconnaissance des crimes commis par des soldats birmans est un premier pas mais, comme le dit Amnesty International «c’est juste le sommet de l’iceberg».

PÉNINSULE CORÉENNE : Début du dialogue inter-coréen

Un rapprochement diplomatique s’est opéré entre la Corée du Nord et la Corée du Sud après près de deux ans de silence. Comme convenu, les représentants de Séoul et Pyongyang se sont réunis, mardi 9 janvier, dans «la Maison de la paix» à Panmunjom. La Corée du Nord a officiellement décidé d’envoyer une délégation aux Jeux Olympiques en Corée du Sud. Sur demande de la Corée du Sud, une réunion des familles séparées depuis la guerre de Corée (1950-1953) sera organisée en marge des Jeux Olympiques d’hiver.

ROYAUME-UNI : Theresa May procède à un remaniement pour le Brexit

Alors que Londres est entrée dans une nouvelle phase des négociations avec Bruxelles pour procéder au Brexit, la Première Ministre Theresa May a remanié son gouvernement. Il s’agit d’un nouveau remaniement pour asseoir encore plus son autorité, qui avait été fortement contestée en juin dernier après l’échec de son parti aux élections législatives. Différents ministres ont donc été nommés pour mener les négociations du Brexit en premières lignes : le ministre chargé du Brexit David Davis, le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, le ministre des Finances Philip Hammond, le ministre de l’Intérieur Amber Rudd et le ministre de la Défense Gavin Williamson, gardent leurs postes.

Du côté de l’Union européenne, Jean-Claude Juncker le président de la Commission européenne a d’ores et déjà prévenu que le départ du Royaume-Uni générera des coupes de budget «impressionnantes» dans les programmes de l’UE. Jean-Claude Juncker s’est également montré favorable à une hausse des cotisations des autres pays membres, pour compenser le départ de l’Angleterre dans les finances de l’UE.

POLOGNE : Un remaniement gouvernemental pour améliorer les relations avec l’UE

Ce mardi 9 janvier, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a limogé plusieurs ministres forts du gouvernement. Le ministre des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Environnement, de la Santé et du Numérique ont été visés. Il se pourrait très fortement que ce remaniement ait eu lieu afin d’améliorer les relations entre le gouvernement polonais très conservateur et l’Union européenne. En effet, cela s’est passé juste avant la rencontre prévue entre le Premier ministre polonais et Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Depuis quelques temps, l’Union européenne reproche à la Pologne de ne pas respecter l’ «état de droit» puisque le pouvoir exécutif exerce une mainmise de plus en plus forte sur le pouvoir judiciaire du pays. Et dernièrement, la Commission européenne avait même enclenché l’article 7 du traité de l’Union européenne, menaçant de retirer le droit de vote de la Pologne lors des traités et des décisions collégiales.

ALLEMAGNE : Accord entre Merkel et les sociaux-démocrates pour former un gouvernement

Un possible dénouement heureux pour Angela Merkel concernant la formation du gouvernement. Le parti de la chancelière, c’est-à-dire le CDU, et le SPD ont trouvé vendredi 12 janvier un consensus pour former un gouvernement après une semaine de négociations. Les deux partis politiques se sont entendus notamment sur la question migratoire à près de 200 000 entrées sur le territoire allemand et à limiter à mille le nombre de demandes de regroupement familial par mois. L’alliance est qualifiée par les médias locaux de «coalition de perdants» à cause de la baisse de leur score à la dernière élection et de la montée du parti d’extrême-droite AfD.

DIPLOMATIE :  Accords signés entre la France et la Chine  

En visite officielle en Chine, le président de la République Emmanuel Macron, accompagné d’une délégation de chefs d’entreprises, s’est entretenu avec son homologue chinois Xi Jinping et ont signé plusieurs contrats. L’entreprise Areva a obtenu la construction d’une usine de traitement des déchets nucléaires en Chine. De son côté, EDF a eu l’accord pour l’édification d’un réacteur EPR (Réacteur pressurisé européen) dont la construction devrait débuter dans six mois. Un autre accord a été signé pour lever l’embargo de la viande bovine française sur le territoire chinois.  

Rédigé par Gaëlle Kabongo et Marie Mougin

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media