/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); L’origine de la tradition de la bière de Noël
On’

L’origine de la tradition de la bière de Noël

Quand surviennent les premiers signes du froid, on a tous envie de se retrouver entre amis autour d’un feu, dans un endroit cosy, à boire une bonne bière pour se réchauffer et se raconter les aventures du quotidien. Mais connaissons-nous réellement l’origine de la bière de Noël ? Un peu d’histoire  Avant l’industrialisation de la production […]

Quand surviennent les premiers signes du froid, on a tous envie de se retrouver entre amis autour d’un feu, dans un endroit cosy, à boire une bonne bière pour se réchauffer et se raconter les aventures du quotidien. Mais connaissons-nous réellement l’origine de la bière de Noël ?

Un peu d’histoire

 Avant l’industrialisation de la production brassicole, le mois d’octobre au XX° siècle marquait la fin des récoltes de malt et de houblon pour les brasseurs. Initialement – et pour des raisons de conservation – les bières étaient fabriquées au rythme des récoltes. Ainsi, il fallait utiliser les récoltes de l’année précédente avant d’accueillir celles de l’année actuelle. Et en brasserie, on ne gâche rien, on transforme tout ! Pour cette raison, les brasseurs fabriquaient un brassin avec le malt et le houblon de l’année passée. La bière était donc ambrée et avait un fort taux d’alcoolémie. En conséquence, pour la rendre plus agréable on y ajoutait du sucre et des épices. C’est le début de la bière de Noël, qui était souvent offerte aux employés des brasseries en tant qu’étrennes.

La bière de Noël aujourd’hui

Aujourd’hui, les contraintes de conservation et de stockage ne sont plus d’actualité. Cependant, la tradition des bières de Noël perdure et chaque mois de décembre, les brasseurs continuent à sortir leurs bières. Cela permet de goûter de nouvelles recettes et de découvrir de nouvelles saveurs. Chaque région et pays a sa spécialité : en Belgique, on trouve des bières ambrées aux notes de caramel, de girofle, de réglisse. Les bières françaises, quant à elles, sont originales car elles sont aromatisées selon des spécialités régionales. On en trouve donc à la coriandre ou avec des écorces d’orange. En revanche, au Pays-Bas et en Allemagne, on trouve majoritairement des bières brunes et ambrées avec des notes de pain grillé.

Selon un historien de la bière, celle d’octobre est comme la bière de mars car elle est vendue très peu de temps après sa fabrication. La bière d’octobre est souvent une bière de garde car les températures du mois d’octobre et de novembre sont favorables à la bonne maturation. Comme elle arrivait à maturité au moment de Noël, on l’a donc appelé bière de Noël.

La tendance de brasser soi-même

On entend de plus en plus de personnes se lancer dans la fabrication de leur propre bière. Mais comment font-ils ?

Les différentes étapes de fabrication de la bière : 

  • On commence la fabrication par le concassage qui consiste au broyage des grains afin de réduire le grain et d’extraire des enzymes et des sucres. Ensuite, il y a l’empâtage qui est le fait de tremper le malt dans de l’eau chaude pour procéder à l’extraction de l’amidon du malt. Puis intervient la filtration, qui est le moment où l’on sépare la partie liquide (le moût) de la partie solide, en la faisant passer à travers des matières solides qui sont insolubles.
  • Arrive l’étape de la cuisson du moût pendant laquelle on le porte à ébullition pour le stabiliser et le stériliser. On rajoute ensuite le houblon qui est important car il fournit au moût ses résines 2 acides qui stérilisent, conservent et donnent de l’amertume à la bière.
  • Puis c’est la cuisson : de 1 à 2 heures selon la bière. C’est aussi le moment d’ajouter des produits aromatiques (sucre, épices) selon le type de bière que l’on veut.
  • Finalement, on procède au refroidissement pendant lequel le moût va être pompé pour être séparé des résidus solides. Il sera ensuite refroidi pour procéder à l’étape de la fermentation. C’est la dernière étape importante dans la fabrication de la bière. Le moût est transféré dans une cuve de fermentation où il est ensemencé avec une levure de bière.
  • Enfin, la fermentation terminée on peut consommer la bière. Pour la commercialiser, il faudra la mettre en bouteilles ou en fûts. Les bouteilles de bière sont souvent brunes car cette couleur absorbe la plupart des longueurs d’onde de la lumière qui pourraient oxyder la bière et dégrader le houblon.

Mais en fait, qu’est-ce qui différencie une bière industrielle d’une bière artisanale ?

Ce sont les mêmes étapes de fabrication mais la bière industrielle subit une étape supplémentaire, la pasteurisation. Procédé de conservation, pour le cas de la bière, elle sert à stopper la fermentation et à stabiliser son goût. 

Pour produire en masse, cette étape est importante car elle permet de stabiliser le produit notamment quand il est aromatisé. Cela évite tout développement de bactéries en contact avec le sucre de l’arôme. Le produit reste intact pour son transport et conserve son goût unique. A l’inverse, une bière artisanale n’est pas pasteurisée, les levures continuent à travailler ce qui peut conduire à modifier le goût de la bière.

Quelques chiffres

Le nombre de sortes de bières de Noël est difficile à définir précisément. On en dénombre cependant pas moins de 118 références. Devant l’importance de la consommation de la bière, les brasseurs ont eu l’idée cette année d’exploiter à fond la période de Noël en transformant le calendrier de l’avent : des bouteilles de bières remplaçant les chocolats.

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .