On’

Commémoration du 13 novembre, Marchés d’esclaves filmés en Libye, découverte d’une nouvelle planète… Semaine en Bref #66

TERRORISME : Les forces irakiennes reprennent Rawa des mains de Daesh Les forces irakiennes continuent leurs offensives contre les positions de Daesh en Irak. Et cette semaine c’est la ville de Rawa qui a été visée. Elle est située non loin de la frontière avec la Syrie. La plupart des djihadistes ont réussi à échapper […]

TERRORISME : Les forces irakiennes reprennent Rawa des mains de Daesh

Les forces irakiennes continuent leurs offensives contre les positions de Daesh en Irak. Et cette semaine c’est la ville de Rawa qui a été visée. Elle est située non loin de la frontière avec la Syrie. La plupart des djihadistes ont réussi à échapper aux forces irakiennes en passant la frontière. Aujourd’hui l’emprise territoriale de Daesh se résumerait de la vallée de l’Euphrate en Irak à la province pétrolière de Deir Ezzor en Syrie. La ville de Deir Ezzor avait été un temps repris des mains de Daesh, par les forces de Bachar Al-Assad, mais elle est retombée sous le contrôle de l’organisation terroriste.

 

TERRORISME : La France rend hommage aux victimes de l’attentat du 13 novembre

Deux ans après cette terrible soirée, la France a rendu hommage ce lundi aux 130 victimes et aux 350 blessés de la pire attaque terroriste survenue sur son territoire. Emmanuel Macron, accompagné de son épouse et de son prédécesseur François Hollande, se sont rendus sur les six lieux des attaques : le Stade de France, Le Carillon et Le Petit Cambodge, La Bonne Bière et la Casa Nova, le Comptoir Voltaire, La Belle Équipe et le Bataclan. À chaque lieu, le même protocole : une lecture les noms des personnes tués, un dépôt de gerbe, une minute de silence puis des échanges avec les familles des victimes. L’association des familles de victimes Life for Paris a organisé un lâcher de ballons. Le fils de la première victime Michael Dias a refusé de s’y rendre dénonçant l’attitude “méprisante et inacceptable” du président de la République depuis son élection envers les familles des victimes.

 

CRISE MIGRATOIRE : Des marchés aux esclaves filmés en Libye

Un reportage sur des migrants d’Afrique subsaharienne diffusé sur la chaîne américaine CNN mardi 14 novembre a suscité le choc et la colère en Afrique et sur la sphère internationale. Des journalistes ont récupéré des vidéos qui prouvent l’existence de vente aux enchères d’êtres humains en Libye. Sur l’une de ces vidéos, on y voit trois hommes originaires d’Afrique subsaharienne être vendus comme esclaves pour 1 200 dinars libyens soit 800 dollars américain. La vidéo qui a été reprise par BFMTV et traduite en français en version courte, a créé une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Plusieurs dirigeants africains ont condamné ces pratiques. Le président de l’Union Africaine Alpha Condé a demandé à la Libye l’ouverture d’une enquête. En France, plusieurs collectifs dont le Collectif contre l’esclavage et les camps de concentration en Libye (CECCL) ont appelé à manifester. Environ un millier de manifestants se sont réunis samedi 18 novembre devant l’ambassade de Libye à Paris pour protester contre l’esclavage moderne. La manifestation a vite dégénéré.  

 

DIPLOMATIE : Crise politique au Liban, Emmanuel Macron invite Saad Hariri à Paris

Il y a deux semaines Saad Hariri avait annoncé sa démission du poste de Premier ministre et avait dénoncé la mainmise de l’Iran dans son pays. Les autorités libanaises avaient affirmé que Riyad détenait Saad Hariri contre son gré. Mais, contre toute attente, Emmanuel Macron a invité et reçu l’ancien Premier ministre libanais et sa famille à l’Elysée ce samedi 19 novembre pour trouver une solution à la crise libanaise. Après cet entretien, Saad Hariri a remercié la France de son intervention et a annoncé son retour le 22 novembre au pays pour la fête nationale.

 

ZIMBABWE : “Coup d’Etat” de l’armée contre le président Mugabe

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 novembre, l’armée zimbabwéenne a pris le contrôle de la capitale Harare et a assigné à résidence le président en exercice depuis 37 ans Robert Mugabe et notamment son épouse Grace Mugabe susceptible de succéder à son mari au pouvoir. Cette action des militaires intervient une semaine après le limogeage du vice-président zimbabwéen qui permettait à la Première dame de Zimbabwe de continuer son accession à la tête du pays. Samedi 18 novembre, une dizaine de milliers de manifestants ont réclamé dans les rues de la capitale le départ du président aujourd’hui agé de 93 ans. Ce matin le président Mugabe a été exclu de la présidence de son propre parti et remplacé par son vice-président qu’il avait limogé la semaine dernière Emmerson Mnangagwa.

 

AFGHANISTAN : Les Etats-Unis envoient 3 000 soldats en renfort

Pour lutter contre les talibans, le Pentagone a annoncé l’envoi de 3 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan. C’est le général américain John Nicholson qui dirige la mission de l’OTAN en Afghanistan, dont le but est toujours de former, d’entraîner et d’assister l’armée afghane dans la lutte contre les talibans. Et dernièrement il a demandé que le chiffre de soldats de l’OTAN déployés sur place soit rehaussé à 16 000. Avec le renfort américain ils seraient maintenant 14 000 et d’autres pays de l’OTAN doivent encore renforcer leurs contingents en Afghanistan.

 

RUSSIE : Moscou est accusé d’avoir joué en faveur du Brexit

Le Royaume-Uni vient de confirmer l’ingérence de la Russie dans le référendum sur le Brexit, en faveur de ce dernier. The Times évoque 156 252 comptes Twitter basés en Russie qui auraient tweeté près de 45 000 messages sur le Brexit avant le référendum. Par exemple le compte Svetal1972 a publié 92 tweets, appelant notamment les Anglais à « faire du 23 juin notre Jour de l’Indépendance ». The Guardian évoque de son côté 400 comptes Twitter émanant d’une agence russe de trolling. Si ces résultats diffèrent autant c’est aussi que le sujet a inspiré de nombreuses études : à l’université d’Edimbourg, de Swansea ou de Berkley, en Californie. Quoi qu’il en soit, la Première Ministre Theresa May a pris ces études très au sérieux et a dénoncé lundi soir les actes « hostiles » de la Russie dans un dîner officiel. « La Russie cherche à faire de l’information une arme […] dans le but de semer la discorde en Occident et de saper nos institutions ». De son côté Moscou a démenti ces accusations, les jugeant « sans fondement ».

 

BREXIT : La City pourrait se délocaliser vers Paris

Alors le Brexit est entériné et que les négociations concrètes ont commencé, de nombreuses entreprises britanniques pense à se délocaliser afin de bénéficier toujours des avantages commerciaux de l’Union Européenne. Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, a fait le déplacement à Londres pour rencontrer d’importants chefs d’entreprise britanniques et les convaincre de déménager en France pour échapper au Brexit. Des chefs d’entreprises français qui étaient partis à la City de Londres, sont également visées pour revenir sur Paris. Erich Bonnet, directeur de la société Smartlenders a d’ailleurs confié « Le climat d’incertitude qui règne est totalement défavorable à l’investissement en Grande-Bretagne. On a l’impression que les jours de Theresa May sont un peu comptés. » Parallèlement le patronat britannique de l’industrie (CBI) aurait lancé un ultimatum à la Première Ministre britannique pour montrer des progrès sur les négociations du Brexit avant la fin de l’année.

 

ESPACE : Découverte d’une nouvelle planète qui pourrait héberger la vie

Une nouvelle planète qui pourrait accueillir la vie vient d’être découverte. Une découverte européenne, de l’Observatoire européen austral (ESO) en Allemagne, qui a été annoncée ce mercredi 15 novembre. La planète en question a été nommée Ross 128b et elle se trouve à pas moins de 11 années lumières de notre système solaire, soit plus de 100 000 milliards de kilomètres. Ross 128b ressemblerait à la Terre : sensiblement la même masse et la même température, donc elle pourrait contenir de l’eau liquide sur son sol et héberger ainsi la vie.

 

SOCIÉTÉ : Polémique sur l’âge minimum du consentement sexuel

De récentes affaires qui ont abouti à l’acquittement de deux hommes accusés de viol sur mineure de deux jeunes filles de 11 ans ont relancé le débat sur l’instauration d’un âge légal au consentement sexuel. Le gouvernement a annoncé ce mercredi l’intention de mettre en place un âge minimum au consentement donc, en dessous de l’âge défini par la loi, tout acte sexuel est considéré comme agression sexuelle ou viol. La fixation de l’âge fait débat au sein du Parlement. Le Haut Conseil à l’égalité veut le fixer à 13 ans quant aux parlementaires et les associations penchent plutôt pour 15 ans. Le projet de loi sera proposé au courant de l’année 2018.

 Rédigé par Gaëlle Kabongo et Marie Mougin

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .